Archives par mot-clé : mythe

It’s time for a cow-boy to dream

Consigne : “Mes personnages & moi”

Je distingue trois étapes dans ma manière d’appréhender les personnages du film Rio Bravo. Tout d’abord, c’est grâce à eux que j’ai choisi d’étudier ce film. L’ayant vu étant petite, je me rappelais particulièrement d‘une scène, celle où le shérif Chance et ses trois compères, Dude (l’alcoolique), Stumpy (le boiteux) et le jeune Colorado chantent ensemble dans la prison. Ces personnages font partie de mes souvenirs d’enfance et c’est de la tendresse que j’éprouve à leur égard, ils n’ont pas vieilli, moi oui, et après les avoir admirés étant plus jeune je vais pouvoir à présent les étudier.

Au cours de la rédaction du mémoire, cette admiration pour les personnages a peu à peu laissé place à un sentiment d’empathie. En les étudiant je me suis rendu compte qu’ils n’étaient pas que des héros de western ou des personnages comiques mais des hommes blessés, faibles et manquant de confiance en eux… Le mythe du cow-boy s’effondre (et c’est tant mieux). Lorsque je revois le film je ne peux m’empêcher de sourire lorsqu’ils partagent un moment ensemble, ce sont comme de vieux amis dont j’aurais pris soin pendant un an.

De tous les personnages du film, seul un m’a un peu déçue sans que jamais je n’ose le lui avouer. C’est le personnage principal, Chance. Peut-être parce que j’ai appris que l’acteur était engagé politiquement auprès des Républicains, ou peut-être parce qu’il est celui des personnages qui se livre le moins, le plus fier. Oui mais cet acteur c’est John Wayne, le héros des westerns, charismatique et imposant, et je ne peux pas lui en vouloir.

Marion Souquet

Lincoln, le tout-puissant

Consigne : “Mes personnages & moi”

Lincoln est un biopic réalisé par Steven Spielberg, sorti en 2012. Le 16ème président des États-Unis est donc le personnage principal. Daniel Day-Lewis interprète dans cette œuvre une figure emblématique de la mémoire collective américaine. En effet, Abraham Lincoln tient une place particulière dans le cœur des Américains puisqu’il incarne le défenseur de la liberté des Hommes par excellence. Plus que tous les autres Présidents américains, il est une figure mythique de l’hégémonie de la puissance des États-Unis en faisant adopter à la Chambre des Représentants le 13ème amendement abolissant ainsi l’esclavage.

Steven Spielberg, par des choix de mise en scène et une esthétique travaillée,  nous présente un Lincoln puissant, autoritaire et même divin ce qui entre en dissonance avec son propos humaniste : celui de la liberté et de l’égalité des Hommes. Spielberg renoue ici avec la tradition du cinéma des années Reagan de reviriliser l’Amérique en construisant un Président puissant doté de tous les pouvoirs qui se justifie par une bienveillance exacerbée. Le cinéma comme médium de communication internationale bénéficie d’un certain pouvoir de persuasion diffusant une idéologie qui prône le culte de la personnalité, de sa puissance, à travers l’image emblématique du Président. Mon Président, ce héros ! Aucune opposition, aucun allié pour le seconder, Lincoln est seul usant de son pouvoir, contournant la loi. Le roi de l’entertainment nous plonge au cœur de la Maison Blanche dans une  exaltation du leader politique américain. Ce qui semble inédit puisque Lincoln se présente comme un Président autoritaire remettant en cause le principe même de la Démocratie. Alors que j’avais une réelle admiration pour le personnage avant de me plonger dans l’analyse de cette œuvre de Steven Spielberg, il me paraît maintenant plus cruel que jamais !

Maelys GOSSET

Le mythe

Consigne : Ma problématique, une odyssée ! 

En me renseignant sur Wenders, je découvris qu’il était l’un de ces nouveaux cinéastes allemands avec Fassbinder, Adlon ou encore Herzorg à avoir été attiré par le continent Américain, lequel déversait déjà son influence culturelle et la sur-représentation de son mythe en Europe depuis quelques années.  Paris, Texas ayant donc été tourné aux Etats-unis, je fus tenté de percevoir en ce film des traces de syncrétisme culturelle, un indice flagrant marquant l’altérité de l’auteur. Cet indice était là : une certaine ressemblance avec le western, genre porteur du mythe Américain.  Je me suis alors demandé s’il utilisait consciemment les codes du genre afin  de les détourner et ainsi déchirer le voile de ce mythe historique pour nous dévoiler ce qui se dissimule derrière…

Il est bien facile de conclure que Wenders critique ou non les Etats-Unis, ce qui était la problématique de mon TPR. Il suffit de lire ses écrits pour s’en rendre compte. Pour donner un sens plus profond à mon objet d’étude, j’ai dû trouver un fil conducteur permettant de bâtir ma réflexion et éviter tout manichéisme. Je suis alors allé chercher du côté du mythe américain et de ses représentations, de l’influence des États-Unis sur l’Europe et de l’amalgame des genres. J’ai alors compris que Wenders portait ce mythe en lui et le retransmettait inconsciemment par l’image et la dramaturgie, ce qui me conduisit directement à ma problématique.

Tristan Leyri