Heureux qui, comme Ulysse, a fait un beau voyage.

Consigne : « Mon travail de recherche, alors… heureux ? »

En repensant à la mise en route de mon travail de recherche, je me rends compte que j’avais quelque préjugés sur le travail de rédaction. Quand j’ai repris mon travail de préparation à la recherche de l’an passé, et que j’ai compris qu’il manquait un fil conducteur à l’ensemble, ma peur a été de ne pas réussir à me focaliser sur un thème précis, de rester dans une étude thématique du film. J’ai alors pensé que trouver le thème était la clé pour pouvoir commencer un travail de recherche, et donc de rédaction. Il pouvait ensuite être possible de trouver une façon de présenter cette idée pour avoir le plan. J’ai finalement appris que la clé n’était pas là où je l’attendais…

J’ai compris que trouver un thème ne suffit pas. Cet objet d’étude doit être bien problématisé afin que le travail de recherche prenne sens. J’ai réalisé qu’un travail de recherche, pour un même objet d’étude, peut être pris dans des sens bien différents. Pour arriver à une conclusion, plusieurs chemins sont possibles, et c’est ce qui a rendu ce travail enrichissant. Il a fallu faire des choix, et c’est en s’affirmant dans certaines positions que l’on peut faire valoir un travail original et personnel. Tenter d’aller dans des pistes nouvelles permet de se sentir, en quelque sorte, bénéfique au monde de la recherche. Une fois que l’on a ce sentiment et que l’on a problématisé l’objet d’étude, on se sent pousser des ailes et le travail de recherche devient plus fluide, presque évident.

Sylvestre

This is the end …

(cc) Julie T.
(cc) Julie T.

La dernière étape du teaser a été la post-production, celle-ci a été plus rock and roll que le tournage. L’équipe a été confronté à tout un tas de savoirs-faire techniques que nous n’avions pas forcément. Si l’ours a été rapidement monté, nous avons pris notre temps sur des détails comme le son, un peu d’étalonnage ou encore un joli travail d’effet à coup de photoshop et d’alter effect !

Nous avons appris par nous-mêmes, nous avons tâtonné et surtout accepté que nos connaissances en post-production n’étaient pas assez importantes pour faire quelque chose de trop ambitieux. Nous sommes restées dans la simplicité et cela a été payant ! Maintenant que le projet est terminé, chacune d’entre nous repart avec ce taser comme bon souvenir d’un travail de groupe qui fut joyeux. Je crois que c’est ça qui me restera le plus en mémoire : une simplicité et une cohésion qui ont fait que le projet s’est déroulé sans autres accords que la faisabilité de nos plans sous la pluie et de la synchronisation des titres. En sommes, une bien belle expérience !

Les mains dans le cambouis

(cc) Maelys Gosset 02/03/2016
(cc) Maelys Gosset 02/03/2016

Pendant ces deux années, j’ai suivi ce projet. Copains comme cochons, Larrons et Lardons, une idée griffonnée sur un bout de papier qui se concrétise par le tournage du teaser et la confrontation à la post-production. Un travail d’équipe qui nous amène à remonter nos manches, à apprendre par nous-même et, il faut le dire, à nous faire davantage confiance.

Chacune a trouvé sa place, a su apporter sa contribution et son inspiration. Entre notre imagination et la concrétisation, il y avait plus qu’un pas, un gouffre pour moi. Je ne suis ni une technicienne, ni une cinéaste mais je voulais comprendre, apprendre, surtout «faire». J’ai donc réalisé que lorsque je pensais ne pas avoir de solution, il fallait les inventer, bricoler, essayer mais surtout ne pas abandonner en passant n’avoir aucune légitimité. Tutoriels vidéo, forums de discussion, modes d’emploi, ont été d’une aide précieuse lorsqu’il a fallu apprivoiser les logiciels Photoshop et Première en un temps record. C’est aussi cela l’Atelier Projet, l’écriture, la réalisation et la post-production en peu de temps mais avec beaucoup de motivation!

Maelys Gosset

Point final

(cc) Louise Tressens 14/02/2016
(cc) Louise Tressens 14/02/2016

Consigne : « Clap de fin »

La rédaction d’un mémoire, qu’il doive être traité en vingt pages ou en cent, implique que l’on passe de l’amateurisme à la connaissance. Lire, étudier, se renseigner, écrire et se voir y prendre goût représente une satisfaction d’autant plus grande lorsque l’on appose le point final au travail de mémoire de recherche.
Après avoir étoffé le plan d’argumentation et trié les idées abordées, la rédaction semble presque facile jusqu’à ce que la « plume » se laisse aller à la digression.
C’est en ce sens que l’appui et la relecture d’un directeur de mémoire sont essentiels puisqu’ils permettent d’apporter un œil extérieur à un travail devenu central, même personnel pour l’étudiant.

Les derniers détails méthodologiques, pourtant très importants, sont les plus méticuleux et sans doute les plus longs à vérifier. Ainsi, si le « gros » du travail est déjà fait, il reste désormais à recevoir la sentence fatidique du directeur de mémoire après la lecture du travail de recherche. S’ensuit alors le contrôle du référencement bibliographique, de la mise en page et de la bonne utilisation de la syntaxe et de l’orthographe pour pouvoir apposer un véritable point final au mémoire.
Le chemin est long mais l’éveil intellectuel inhérent à tout travail de recherche fait oublier tout sentiment de contrainte.

Louise Tressens