Archives par mot-clé : montage narratif

Des images, des figures

rio_bravo
Rio Bravo, Chance et Feathers

Consigne : “Mon mémoire, un montage narratif”

Actuellement en pleine remise en question de ma problématique et de mon plan, les mots “montage narratif” me parlent beaucoup. C’est effectivement ce que je souhaite faire : raconter une histoire, poser une question et raconter le cheminement qui mène (peut-être ?) à la réponse. Le petit problème est d’être sûre de l’histoire que l’on souhaite raconter. Il faut faire attention à la narration, ne pas se perdre dans des questionnements trop éloignés ou trop abstraits et choisir une problématique assez large pour pouvoir tout de même raconter et répondre à certaines questions, du moins celles qui nous intéressent le plus.

Le plan que l’on doit élaborer pour notre mémoire peut donc être une sorte de montage narratif où l’on y donne les éléments nécessaires à la compréhension du film. Ces éléments s’accumulent sur mes feuilles, mes notes, des livres, des images du film… Je dois à présent les mettre en tableau afin d’y voir un peu plus clair, c’est comme prendre des images dispersées et trouver un ordre afin de raconter sa propre version. Et bien sûr arriver à trouver et placer les éléments narratifs dans le bon ordre afin de former le fil conducteur de mon histoire, l’analyse de Rio Bravo.

Marion Souquet

L’effet Godard

karinagodard
(cc) Adélaïde Michel (21/12/2015)

Consigne : “Mon mémoire, un montage narratif”.

Le moins que l’on puisse dire, c’est que le montage narratif — expression que j’emploierai ici pour évoquer l’ensemble de ma réflexion, de mes recherches jusqu’à l’écriture de mon mémoire — peut sembler aussi surprenant et décousu que la structure narrative de certains films de Jean-Luc Godard. Dans mon cahier de notes apparaît une accumulation d’idées, un mélange de citations, de mots isolés pourtant évocateurs à mon goût, de références issues de mes lectures et de tournures de phrases griffonnées sur des coins de pages ; le tout se mêle dans ma tête à des extraits de films, à la voix de Ferdinand Griffon, de Jean-Paul Belmondo dans Pierrot le fou qui tourne en boucle comme un fond musical auquel je ne suis que parfois attentive… tout cela est bien déroutant au premier abord. Mais à bien y réfléchir cela l’est moins. Je m’explique.

À lire Godard — ou ceux qui en parlent — nous ne pouvons qu’être frappés par la multitude des interprétations qui sont faites de son œuvre, et par la multitude de thèmes qu’il aborde dans ses films. Alors dans mon mémoire j’évoque à la fois la musique, la publicité, la bande dessinée, les arts populaires, l’anarchisme et l’élitisme. Aragon aimait qualifier de « collages cinématographiques » les films de Godard multipliant références et citations. Moi-même dans mon travail d’écriture je suis en plein « effet Godard », faisant à sa manière un assemblage, ou devrais-je dire une narration en collage.

Adélaïde Michel

Assemblage

10151092_10208163086657186_779865776_n
(cc) Camille Coquereau (20/12/2015)

Consigne : “Mon mémoire, un montage narratif.”

La rédaction du mémoire, c’est cet instant où toutes les idées éparpillées doivent se rejoindre. Réussir à les faire se relier entre elles, de façon linéaire et fluide, n’est pas chose facile. Le plan est là, comprenant ses grands titres et ses sous-parties. A l’intérieur de chacune d’elles, les analyses, idées, exemples à développer sont présents sous formes de tirets. Il faut prendre chacune de ces parties, les développer et les soigner puis réussir la transition avec la suivante. L’introduction et la conclusion entourent le propos, deux parties qui renvoient l’une à l’autre en miroir. La première pose les questions, la seconde est censée y répondre. Pour le développement, je cherche les mots justes, mais simples, pour passer d’une idée à l’autre et rendre mon propos aussi fluide que je voudrais qu’il soit.

Pour la rédaction de ce mémoire, je suis l’ordre du développement. Une fois le plan détaillé terminé, avec toutes les références, exemples, analyses et idées inclus dans chaque partie, je commence l’écriture. Tout d’abord la première partie. Puis la seconde, puis la troisième. L’introduction et la conclusion viendront à la fin, lorsque tout mon développement sera réellement posé. J’écris tout, comme les phrases me viennent. Une fois cela fait, la partie plus précise et périlleuse commence et je repars du début pour peaufiner, modifier certaines phrases, ajouter des références ou accentuer l’analyse. Ce travail de collage entre partie donne naissance à mon mémoire, supposé linéaire.

Camille Coquereau