Archives par mot-clé : femme

Contemplation fascinée, une ode à Marianne Renoir

(cc) Adélaïde Michel (25/10/2015)
(cc) Adélaïde Michel (25/10/2015)

« Une femme peut très bien tuer plein de gens, c’est pas parce qu’elle a des seins ronds, des cuisses douces qu’elle ne peut pas massacrer tout le monde si elle le veut. Pour rester libre, pour se défendre. »

Marianne à Ferdinand dans Pierrot le fou, 1965

Consigne : “Mes personnages & moi”

Souvent Marianne m’impressionne. Je ne dis pas qu’elle me fascine, me surprend, encore moins qu’elle m’étonne. Je tiens au verbe impressionner car il rend à Marianne son caractère de muse. Outre le fait qu’Anna Karina qui incarne le personnage de Marianne, soit elle-même la femme et la muse de Jean-Luc Godard et qu’elle soit présente dans une dizaine de ses films Marianne est aussi Renoir. Elle porte le nom de l’artiste impressionniste Auguste Renoir et de son fils le cinéaste Jean Renoir. Elle placarde son appartement de cartes d’art et de reproductions de tableaux. Elle porte en elle la spontanéité de la création artistique. Elle agit et vit en suivant ses propres envies, et pas une seule fois elle ne se laissera contraindre par la société bourgeoise consumériste.

Elle représente aussi une icône fétichisée de la femme, à double tranchant. Elle est à la fois femme fatale, sexualisée : « Je trouve que tes jambes et ta poitrine sont émouvantes » lui dira Ferdinand ; mais elle reste pourtant associée à une connotation infantilisante — par l’ours en peluche qu’elle promène, notamment. Pour tout cela Marianne représente une femme énigmatique, enthousiaste, meurtrière peut-être, mais en tout cas, une femme résolument contemporaine.

Adélaïde Michel

Thelma et Louise : des personnages à double facette

Consigne : “Mes personnages & moi”

Analyser l’histoire de deux femmes qui prennent une revanche sur leur vie  et acquièrent leur indépendance à travers un périple sur les routes américaines. Pourquoi pas ? Surtout quand on est un homme ne connaissant pas ce genre de problèmes, à savoir se faire respecter dans un monde tournant autour de la testostérone masculine, lorsqu’on en est complètement démunie. Car aujourd’hui, la femme dispose de plus de ressources pour se faire respecter, contrairement à celle de l’époque du film, à savoir les années 80-90. C’est surtout en cela que le film m’a touché et fasciné, ces personnages « englués » dans leurs vies : l’une au foyer, soumise, l’autre serveuse dans un bar miteux, qui s’émancipent pour se découvrir une nouvelle personnalité, depuis longtemps enfouie à l’intérieur d’elles-mêmes.

Et cette émancipation, elles vont l’obtenir en reproduisant les codes de la gent masculine pour adopter finalement un comportement conventionnellement rattaché à des valeurs masculines. Au début, l’émancipation passe par les armes, car c’est avec un pistolet que tout commence. Les armes, symboles de la virilité, furent inventées par les hommes pour imposer leur pouvoir par la violence. Puis l’émancipation se manifeste par l’évolution des vêtements : au début Thelma est habillée avec une jolie robe blanche pour finir vêtue d’un jean et d’un tee-shirt pourvu d’une tête de mort. Les actrices jouent également sur leur physique pour se faire respecter car ce sont des femmes qui ont une certaine carrure, avec notamment Susan Sarandon qui rappelle beaucoup Ellen Ripley dans « Alien ». Le final du film représentant le saut dans le vide pourrait provoquer un sentiment d’empathie, mais il représente la victoire de ces femmes sur le monde masculin dont elles se libèrent pour toujours.

Vincent Duquennoy