Archives par mot-clé : culture

Pop culture chez Godard

(cc) Adélaïde Michel (23/11/2015)
(cc) Adélaïde Michel (23/11/2015)

 

Consigne : “Ma problématique : un casse-tête chinois”.

Dans mon Travail Préparatoire à la Recherche je proposais l’an dernier la problématique : « Comment Jean-Luc Godard, dans Pierrot le fou, utilise-t-il l’art et la littérature pour se détacher du langage cinématographique classique ? » Une problématique maladroite, qui me permettait d’englober des aspects aussi bien esthétiques que narratifs. Cette année, c’est lors d’un séminaire de Frédéric Gimello-Mesplomb, Professeur à l’Université d’Avignon, que la question de la culture populaire m’est revenue à l’esprit. Mes études en Sciences de l’Information et de la Communication et des cours sur les cultural studies suivis en Allemagne m’avaient déjà fait aborder le dilemme entre culture savante et culture populaire, que je souhaite aujourd’hui mettre en perspective dans le travail de Jean-Luc Godard.

Si le cinéma s’affirme parmi les arts populaires, les films de Godard sont très souvent qualifiés de cinéma « élitiste ». Mes lectures me le confirment : par sa forme et les références à l’art et la littérature qu’il véhicule, Pierrot le fou n’y échappe pas. Godard pourtant emprunte aussi à la culture populaire, détournant entre autres la bande dessinée et l’imagerie publicitaire. Jean-Paul Belmondo est, lui-même, une légende du star system. C’est à partir d’une armée de questions (puis-je vraiment qualifier le cinéma de Godard d’élitiste ?), de concepts (Adorno et les industries culturelles) et de mots-clés que j’essaye aujourd’hui de dresser ma problématique. C’est cette dualité que je cherche à questionner. Et qui prendra, très prochainement, la forme tant attendue d’une question unique.

Adélaïde Michel

De petits détails amènent de grands changements

Google map

Larrons et Lardons, ou peut importe le nom pour l’instant de cette émission, est un programme sur l’importance du lien intergénérationnel et patrimonial. Un jeune qui part à la découverte de 10 régions de France et leurs spécialités culinaires à travers un pépé ou une mémé qui partage avec lui un instant de vie et des souvenirs. Les personnes âgées parlent de leur passé, de leur culture avec une nostalgie, un bonheur des choses vécues et savourées … La première fois qu’ils ont réussis leur cassoulet, sentis l’odeur de la bouillabaisse … Le jeune prend alors le pas et leur montre qu’il n’y a pas que le passé et il les emmène sauter en parachute, skier, faire de la plongée… Le lien intergénérationnel est ce que l’on perd aujourd’hui. D’autant plus avec le numérique qui fait partie intégrante de la vie des jeunes générations et qui est si étranger aux personnes âgées.

En souhaitant réaliser le teaser de cette émission, les envies et les contraintes ont fait que notre jeune homme sera interprété par un jeune québécois. Sans le vouloir, cela rajoute une dimension culturelle qui vient enrichir le projet ! En plus de l’échange culturel entre régions, l’échange culturel se fait aussi outre-Atlantique. Ce jeune québécois apportera un œil neuf et innocent sur les coutumes et les spécialités culinaires des différentes régions de France. Cela sera un moyen de mettre en valeur les multiples facettes du pays. La bonne humeur et l’humour québécois seront les garants d’une ambiance joviale et conviviale. Au final ce petit détail qui nous a amusé, ce québécois étant le compagnon d’une d’entre nous, amène un changement majeur dans le projet.