Archives de catégorie : • Billets vagabonds

Billets divers

Vents contraires

persos
cc (Coline Portet)

Vents contraires, notre projet de film d’animation avec des bouts de papier carton prend forme petit à petit. Après avoir entreprit des recherches graphiques et esthétiques pendant plusieurs mois, place aux recherches techniques. Nos idées, nous les avons. Il s’agit donc juste de trouver une idée pour les montrer, pour les exprimer.

Une planche de bois, un bras magique, quelques ampoules qui fonctionnent et le tour et joué. Le banc titre présent à la fac nous a bien facilité la tâche. Nous avions envie de faire du stop motion mais la réalisation de cette technique nous paraissait bien long et fastidieux sans un matériel approprié. Grâce à cet outil nos éléments de décors peuvent bouger sans qu’on est besoin de tout désinstaller : nos lumière, notre cadre, rien ne bouge. Cela nous permet d’être efficace mais aussi de pouvoir faire ça par petit bout sans être obligé de tout photographier d’un coup. A l’aide de nos bouts de papiers et marqueurs foncés et de la superposition de tous ses éléments, notre animation prend forme. Chaque petits détails de décor est déplacé doucement et délicatement. Les déplacements sont infimes et à chaque mouvements, on immortalise le moment. Les contrastes et les collages donnent un effet de profondeur à notre image. Nous avions peur que le papier plat ne soit pas assez vivant à l’écran mais le premier test de la séquence en gros plan est concluant. Reste à voir avec quel logiciel nous allons pouvoir animer et assembler ses prises de vues et à trouver des idées pour animer nos personnages de plein pieds, qui dans les autres séquences, seront en constant mouvements.. Dessiner une multitude de silhouettes, découper les différents éléments du corps afin de les articuler, jouer sur le décor pour donner une impression de mouvement des personnages.. Voilà tant de questions que nous nous posons, bientôt résolues, lors de nos prochaines prises de vue.

Coline Portet.

Bilanchoïade

David Lynch, Interior #1
David Lynch, Interior #1

Après avoir passé plus de 6 mois sur le projet de Vents Contraires, je tire un bilan positif de cette expérience, qui pourrait être résumé en trois points. Tout d’abord l’idée de base m’intéressait davantage que celle sur laquelle j’avais travaillé l’année dernière (1- De l’importance d’être motivée par le projet). Ensuite l’entente dans l’équipe s’est faite tout de suite, on a toutes su s’écouter et prendre en compte les remarques de chacune (2- De l’importance d’être sur la même longueur d’ondes). Le fait de travailler sur un projet d’animation a sans doute aidé à cette écoute puisque aucune de nous de savais vraiment comment s’y prendre, on s’est donc fait confiance et on y est allées à “la débrouille”, chacune apportant ce qu’elle savait faire (3- De l’importance de savoir trouver des solutions rapidement).

Bien sûr avec ce projet tout n’a pas été aussi simple, j’en tire également des points à améliorer, comme le fait d’apprendre à mieux s’organiser lors d’un projet en groupe, de savoir prendre des décisions plus rapidement, et de mieux cerner le temps qu’un projet comme celui-ci peut prendre. En effet je dirais que ma seule petite déception a été voir que nous n’avions réussi qu’à réaliser deux scènes en animation, alors qu’une meilleur organisation nous aurait permis d’en réaliser davantage. L’important, c’est que cela nous servira par la suite.

Bon vent !

(cc) Coline Portet (13/03/2016)
(cc) Coline Portet (13/03/2016)

Le projet commun que nous avons dû réaliser cette année m’a permit d’expérimenter l’animation que je ne connaissais pas, ou peu. J’avais déjà réalisé des petits courts-métrages avec une amie ou encore avec des groupes d’enfants. Les décors, composés de formes et de structures en 3D, étaient facilement manipulables. Mais faire un film animé avec des bouts de papiers, en revanche, me semblait compliqué. J’avais dû mal à imaginer comment s’y prendre, comment positionner la caméra, où placer les lumières, comment déplacer les éléments..

Pour créer du mouvement et ainsi raconter notre histoire nous avons dû passer par plusieurs étapes, toutes aussi fastidieuses. Concevoir une identité à notre film a été compliqué puisqu’il a fallut que tout le monde soient d’accord et visualise la même chose. On a perdu beaucoup de temps à réfléchir à nos idées et à comment les réaliser plutôt que de se lancer dans le projet de façon concrète. La question de la couleur ou du noir et blanc, des formes, de la matière et le choix du 2D ou 3D nous on poursuivit un bon moment. Puis, nous avons commencés à faire des tests, ce qui m’a permit de découvrir l’utilité du banc titre ! Réaliser un film d’animation est un véritable travail d’équipe précis et minutieux. Pendant qu’une d’entre nous prend les photos, quelqu’un se charge du côté droit de la feuille pendant que quelqu’un d’autre se charge du côté gauche. Grâce à cette cohésion de groupe, nous avons pu réaliser un petit bout de notre film. Le résultat est plutôt agréable puisque je ne m’attendais pas du tout à avoir quelque chose d’aussi plaisant : à la fois beau et maladroit.

Coline Portet.

To be continued…

Copains comme Lardons. Voilà le titre définitif auquel nous sommes parvenues quelques heures avant le rendu du teaser. Comme quoi, après deux ans de travail sur cette émission, des idées naissent encore et changent tout.
Ce teaser, nous l’avons imaginé, écrit, réalisé et monté avec plaisir et ce dans un bel esprit d’équipe. Chacune a trouvé la place selon ses compétences et ses envies. Etant assez peu à l’aise avec les logiciels de montage ou de PAO, je me suis davantage placée du côté du conseil en faisant la navette entre les différents postes de travail et en donnant un avis objectif sur le résultat, avec comme joli surnom auto-proclamé: la contrôleuse des travaux finis.

Le projet mériterait encore quelques peaufinages mais je suis ravie de constater que notre facile collaboration a mené à un résultat très satisfaisant.
Réaliser le teaser de Copains comme lardons fût un réel plaisir et voir le fruit de notre travail sur grand écran m’a montré la fierté que je pourrais potentiellement ressentir en tant que future professionnelle de l’audiovisuelle, lorsqu’un de mes programmes verra le jour.

Louise Tressens