L’effet Godard

karinagodard
(cc) Adélaïde Michel (21/12/2015)

Consigne : « Mon mémoire, un montage narratif ».

Le moins que l’on puisse dire, c’est que le montage narratif — expression que j’emploierai ici pour évoquer l’ensemble de ma réflexion, de mes recherches jusqu’à l’écriture de mon mémoire — peut sembler aussi surprenant et décousu que la structure narrative de certains films de Jean-Luc Godard. Dans mon cahier de notes apparaît une accumulation d’idées, un mélange de citations, de mots isolés pourtant évocateurs à mon goût, de références issues de mes lectures et de tournures de phrases griffonnées sur des coins de pages ; le tout se mêle dans ma tête à des extraits de films, à la voix de Ferdinand Griffon, de Jean-Paul Belmondo dans Pierrot le fou qui tourne en boucle comme un fond musical auquel je ne suis que parfois attentive… tout cela est bien déroutant au premier abord. Mais à bien y réfléchir cela l’est moins. Je m’explique.

À lire Godard — ou ceux qui en parlent — nous ne pouvons qu’être frappés par la multitude des interprétations qui sont faites de son œuvre, et par la multitude de thèmes qu’il aborde dans ses films. Alors dans mon mémoire j’évoque à la fois la musique, la publicité, la bande dessinée, les arts populaires, l’anarchisme et l’élitisme. Aragon aimait qualifier de « collages cinématographiques » les films de Godard multipliant références et citations. Moi-même dans mon travail d’écriture je suis en plein « effet Godard », faisant à sa manière un assemblage, ou devrais-je dire une narration en collage.

Adélaïde Michel


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.