Pop culture chez Godard

(cc) Adélaïde Michel (23/11/2015)
(cc) Adélaïde Michel (23/11/2015)

 

Consigne : « Ma problématique : un casse-tête chinois ».

Dans mon Travail Préparatoire à la Recherche je proposais l’an dernier la problématique : « Comment Jean-Luc Godard, dans Pierrot le fou, utilise-t-il l’art et la littérature pour se détacher du langage cinématographique classique ? » Une problématique maladroite, qui me permettait d’englober des aspects aussi bien esthétiques que narratifs. Cette année, c’est lors d’un séminaire de Frédéric Gimello-Mesplomb, Professeur à l’Université d’Avignon, que la question de la culture populaire m’est revenue à l’esprit. Mes études en Sciences de l’Information et de la Communication et des cours sur les cultural studies suivis en Allemagne m’avaient déjà fait aborder le dilemme entre culture savante et culture populaire, que je souhaite aujourd’hui mettre en perspective dans le travail de Jean-Luc Godard.

Si le cinéma s’affirme parmi les arts populaires, les films de Godard sont très souvent qualifiés de cinéma « élitiste ». Mes lectures me le confirment : par sa forme et les références à l’art et la littérature qu’il véhicule, Pierrot le fou n’y échappe pas. Godard pourtant emprunte aussi à la culture populaire, détournant entre autres la bande dessinée et l’imagerie publicitaire. Jean-Paul Belmondo est, lui-même, une légende du star system. C’est à partir d’une armée de questions (puis-je vraiment qualifier le cinéma de Godard d’élitiste ?), de concepts (Adorno et les industries culturelles) et de mots-clés que j’essaye aujourd’hui de dresser ma problématique. C’est cette dualité que je cherche à questionner. Et qui prendra, très prochainement, la forme tant attendue d’une question unique.

Adélaïde Michel


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *