Contemplation fascinée, une ode à Marianne Renoir

(cc) Adélaïde Michel (25/10/2015)
(cc) Adélaïde Michel (25/10/2015)

« Une femme peut très bien tuer plein de gens, c’est pas parce qu’elle a des seins ronds, des cuisses douces qu’elle ne peut pas massacrer tout le monde si elle le veut. Pour rester libre, pour se défendre. »

Marianne à Ferdinand dans Pierrot le fou, 1965

Consigne : “Mes personnages & moi”

Souvent Marianne m’impressionne. Je ne dis pas qu’elle me fascine, me surprend, encore moins qu’elle m’étonne. Je tiens au verbe impressionner car il rend à Marianne son caractère de muse. Outre le fait qu’Anna Karina qui incarne le personnage de Marianne, soit elle-même la femme et la muse de Jean-Luc Godard et qu’elle soit présente dans une dizaine de ses films Marianne est aussi Renoir. Elle porte le nom de l’artiste impressionniste Auguste Renoir et de son fils le cinéaste Jean Renoir. Elle placarde son appartement de cartes d’art et de reproductions de tableaux. Elle porte en elle la spontanéité de la création artistique. Elle agit et vit en suivant ses propres envies, et pas une seule fois elle ne se laissera contraindre par la société bourgeoise consumériste.

Elle représente aussi une icône fétichisée de la femme, à double tranchant. Elle est à la fois femme fatale, sexualisée : « Je trouve que tes jambes et ta poitrine sont émouvantes » lui dira Ferdinand ; mais elle reste pourtant associée à une connotation infantilisante — par l’ours en peluche qu’elle promène, notamment. Pour tout cela Marianne représente une femme énigmatique, enthousiaste, meurtrière peut-être, mais en tout cas, une femme résolument contemporaine.

Adélaïde Michel


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.