Soline au pays des merveilles

« Mon travail de recherche, alors… heureux ? »

S’attaquer à un mémoire pour la première fois est un peu semblable à découvrir un nouvel horizon : au départ on est perdu. On brasse alors beaucoup de sujets, quelques fois même de l’air et on se sent noyé par le surplus d’informations. Cependant, détenir autant de données est une chose, et s’en est une autre de savoir les trier selon leur pertinence. Ma plus grande peur résidait donc dans le fait de ne pas savoir faire le bon choix pour un mémoire des plus judicieux. Cependant, mes craintes ne se limitaient pas qu’à cela puisque je me demandais également si ma culture générale était suffisante pour m’aider.

 Aujourd’hui, je suis proche de l’achèvement de mon écrit et lorsque j’inspecte mon travail avec du recul, je comprends qu’il y a une réelle différence entre mon travail de recherche et mon mémoire. Dans un premier temps je me contentais de trouver mes propres repères et je me suis donc retrouvée face à moi-même sur un terrain inconnu. Puis j’ai appris au fur et à mesure à faire des choix et à affiner mon dossier grâce, notamment, au regard bienveillant de ma directrice de recherche et l’avis de mes proches. J’ai alors appris à centrer mon travail pour le rendre davantage productif et moins éparpillé. De plus, la réalisation de ce mémoire est pour moi une découverte concernant l’analyse. Maintenant je comprends mieux l’univers du réalisateur, et tout comme Alice à la fin du film, je me sens à ce jour plus lucide face à cet univers qui m’a servi de vecteur pour interpréter le cinéma différemment.

Soline TESTARD


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.