Les joies du travail d’équipe

Des idées on en a, pas de soucis. Le problème arrive quand il s’agit de les ordonner, de les creuser. Qu’est-ce qu’on doit faire ? Qu’est-ce qui nous manque ? Qui fait quoi ? Quand est-ce qu’on se réunit ? Nous ne sommes pas toujours tout à fait d’accord sur certains points et la discussion occupe le temps de cours attribué qu’il nous reste. Et puis nous passons à autre chose, l’heure du repas, un autre cours, nos activités extra-scolaires, etc. Et nous oublions le projet pour un temps. Chacune y repense chez elle à un moment et travaille sur la partie qui lui avait été attitrée.

Un autre jour, l’une de nous relance l’idée de faire une réunion, car nous l’avions un peu trop laissé de côté et l’échéance arrive. La date de rendu ! Elle nous paraissait si lointaine le premier jour, et voilà quelle est là, tout près, et rien n’est bouclé. Il va falloir re-répartir les choses, en parler rapidement et écrire. Parce que les bribes d’informations dans tous les sens c’est bien, mais un dossier ça s’écrit, et ça se relit. Autant dire qu’une fois de plus, malgré toute la bonne volonté déployée au début, c’est un dossier achevé seulement la veille qui sera rendu. Car malheureusement, la pression semble encore être la seule capable de booster un groupe d’étudiant.

Elodie Chalumeau


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *