[B2, G1] Profession étudiant (commentaires sur)


Chloé, étudiante professionnelle (© Gabriel F.)

Affalé sur un bureau mal éclairé, dans une chambre finalement imposée, parfois la cigarette en bouche, les traits tirés par la fatigue, les mauvaises nuits et les inquiétudes pour l’avenir ; c’est comme ça qu’on pourrait trouver l’étudiant, exerçant son activité studieuse que d’aucuns nomment « le métier d’étudiant » [Alain Coulon, 1997]. Il ne faut voir ici aucun mépris mais plutôt une certaine confrontation de la théorie et de la réalité dans une thématique dont nous sommes si proches. Dans ce billet, nous avons ainsi choisi de nous arrêter sur le concept de « Profession Etudiant ». En effet, comment aborder la conception du projet de fiction de l’année sans identifier clairement les enjeux de la série ? Et comment identifier les enjeux de la série sans savoir véritablement de quoi l’on parle ?

Selon l’encyclopédie Larousse, une profession est une activité rémunérée et régulière exercée pour gagner sa vie. Il s’agit donc d’un métier, c’est-à-dire une « occupation ou mécanique qui trouve son utilité dans la société » [Grand Robert]. La nuance entre ces deux termes implique qu’en réalité, une profession est avant tout l’expression d’un savoir-faire qui se traduit par l’occupation d’un métier et qui donne une position sociale plus ou moins prestigieuse. A plus large échelle, une profession est également un ensemble de personnes qui exerce un même métier. Cela implique donc la constitution d’un groupe social aux caractéristiques communes. Toujours selon l’encyclopédie Larousse, un étudiant est une personne qui fait des études supérieures dans une université ou un établissement d’enseignement supérieur comme une Grande Ecole. Cette définition fonctionnelle de l’étudiant a le mérite de permettre la catégorisation immédiate de l’étudiant dans une sphère sociale déterminée, celle de l’enseignement supérieur. Dès lors, la profession d’étudiant impliquerait l’appartenance à un certain échelon et à un certain groupe social. Ainsi, quand on parle de profession étudiant, on parle d’une occupation précise dont la position est clairement identifiée dans la société et reconnue par elle. Ensuite, cette occupation est exercée par un groupe social précis, celui des étudiants. L’étudiant est ainsi celui qui exerce la profession d’étudier. Contrairement aux autres métiers, la profession d’étudiant n’est pas rémunérée.

Notre websérie – et sujet de création audiovisuelle – s’intitule Profession étudiant en référence à l’ouvrage d’Alain Coulon titré Le métier d’étudiant (1997). Il convient ainsi d’approfondir ce concept énoncé par l’auteur. Si Alain Coulon, Professeur en sciences de l’éducation à Paris VIII, fait se juxtaposer les termes “d’étudiant” et de “métier”, c’est pour inviter les jeunes bacheliers à « considérer [leur] nouveau statut d’étudiant comme une nouvelle profession [qu’ils vont] exercer » même si l’essence de ce statut est nécessairement transitoire. Il suggère donc que devenir étudiant c’est parvenir à maîtriser les règles tant sociales que professionnelles de ce nouveau statut. Pour cela, le jeune apprenti doit traverser trois étapes qu’il définit comme suit : celle de « l’étrangeté », celle de « l’apprentissage » et enfin celle de « l’affiliation ». Dans la première, l’auteur expose cette phase propre à chaque nouvel arrivant à l’Université se voyant confronté à un environnement jusqu’alors inconnu et qui ne correspond pas forcément à l’image qu’il s’en faisait. Toutes ces nouveautés que sont « l’enfer » des démarches administratives, la forte population universitaire, les emplois du temps à constituer soi-même et le travail personnel nécessitent l’entrée du sujet dans une seconde phase : l’adaptation. Cette dernière requiert une acceptation des règles qui régissent le milieu universitaire et l’acquisition d’une routine. Lorsque cette acceptation est complète, on peut alors parler d’affiliation ou bien de socialisation de l’étudiant qui s’imprègne dès lors de l’identité collective étudiante. Selon Alain Coulon, l’intégration totale de l’étudiant dépend fortement de la participation de ce dernier à des activités para-universitaires, telles que le syndicalisme étudiant ou encore l’adhésion à une association étudiante. Il complète ce postulat en ajoutant que « le métier d’étudiant » c’est, « au delà des cours (…) nouer des contacts, établir des dialogues, mener des activités avec d’autres étudiants ». Un étudiant devient ainsi professionnel dès lors qu’il maîtrise les ficelles de l’université et est intégré socialement dans cette communauté.

La socialisation de l’étudiant ne se cantonne pas à l’intégration des principes de l’Université et à la compréhension de son système administratif. En effet, d’après Sébastien Michon (chargé de recherche au CNRS), les activités dites “extra-scolaire”, tels que l’investissement dans une association ou le militantisme étudiant, peuvent contribuer à la bonne adaptation de l’étudiant dans son nouvel environnement. Ces activités favorisent les échanges et permettent aux étudiants de faire de nouvelles rencontres. L’étudiant se rattache à un collectif existant et affirme alors son appartenance à un groupe. Il faut évidemment tenir compte que, malgré l’importance que peut avoir la socialisation au sein de l’Université, si beaucoup d’étudiants ont des convictions et des valeurs qu’ils défendent, un plus petit nombre franchit le pas et s’investit dans des organisations. Dans le cas du militantisme étudiant, Sébastien Michon nous dit que “la socialisation politique ne provient pas uniquement des dispositions incorporées lors de l’enfance ou de l’adolescence […], elle se construit à partir d’un ensemble de dispositions plus ou moins activées en fonction des contextes “d’actions traversées” [Les cultures étudiantes 2010, p.42]. C’est à dire que notre engagement est également déterminé par les rencontres que nous faisons notamment sur nos lieux d’études, où la conscience politique est représentée par la présence de syndicats étudiants, qui sont beaucoup plus actifs sur les lieux d’enseignements, mais aussi par les lieux que nous fréquentons quotidiennement. L’engagement se fait donc par le biais de rencontres et grâce au partage des idées. Un étudiant choisira telle ou telle organisation en fonction de ses convictions. Il se peut aussi, que “l’héritage familial” ait une importance, si l’un des membres de sa famille est militant, le militantisme ne lui est alors pas étranger. La socialisation par l’engagement dans une organisation politique est un moyen de rencontrer d’autres étudiants et peut permettre, comme le souligne Sébastien Michon, de “compenser un déficit de sociabilité” [Les cultures étudiantes 2010, p.48] causé par l’éloignement familial en raison de la mobilité de l’étudiant pour réaliser ses études supérieures. De plus, la sociabilité est permanente au sein des syndicats étudiants grâce aux activités quotidiennes : “Les journées sont rythmées par les réunions, les discussions, les stratégies à adopter […], les repas au restaurant universitaire, les interventions en amphithéâtre […], ces lieux de vies constituent des points de rencontres et de ralliement” [Les cultures étudiantes 2010, p. 49] , nous dit Sébastien Michon. Malgré les biens faits que peuvent apporter l’engagement dans une organisation, il ne faut pas écarter le fait que, le plus souvent, l’investissement dans le militantisme est en concurrence avec les autres “investissements sociaux” tels que la famille, le milieu scolaire et professionnel ou encore les loisirs. L’engagement nécessite donc une certaine disponibilité de la part de l’étudiant, et peut dans certains cas, avoir une telle importance dans la vie de l’étudiant que celui-ci délaisse toutes autres activités et se retrouve en échec scolaire.

Mais que serait la vie étudiante si elle ne comprenait pas les moments de détente ? Yvonne Neyrat  (maître de conférence en Sociologie à l’Université Pierre Mendès France de Grenoble), nous fait remarquer que “la période des études est souvent appréhendée comme un moment d’initiation et de transmissions” [Les cultures étudiantes 2010, p.193], et que les moments festifs marquent très nettement la séparation entre le temps des cours et le temps libre. Les soirées étudiantes sont la représentation de la “décompression” des étudiants. Elles permettent à l’étudiant de sortir du cadre scolaire et d’évacuer toutes pressions qu’il a pu accumuler au cours de sa semaine d’études. Les soirées étudiantes sont perçues comme des moments de “liberté” et permettent également la sociabilisation de l’étudiant. En effet, les soirées sont le moyen pour les étudiants de se retrouver toute filière confondue et de se connaître en dehors des cours. “Ces moments festifs marquent très nettement la séparation entre le temps des cours et le temps libre [p.196], nous dit Yvonne Neyrat. Ces soirées facilitent l’appartenance à un groupe social et favorisent les échanges entre étudiants, de manière plus détendue et naturelle que lors d’un cours à l’Université, car le changement de cadre a aussi son importance, le fait de sortir du carde universitaire favorise de nouvelles relations entre étudiants. La sociabilisation et l’affiliation passent donc par ces moments festifs.

La confrontation de la théorie avec une réalité sociale difficile est amère. Dans une optique d’observateur-participant, nous pouvons affirmer que dans un contexte de crise comme le nôtre, les préoccupations d’intégration à l’université sont relatives et souvent balayées par des considérations économiques et financières très personnelles. En effet, il s’agit pour chacun (ou simplement la plupart) d’assurer un avenir décent dans le but de maintenir un niveau de vie équivalent ou supérieur à celui de nos parents. Parfois même, il s’agira de changer de mode de vie et d’échapper au processus de reproduction sociale. Et c’est extrêmement difficile. Le « métier d’étudiant » devient alors une passerelle vers un monde professionnel en crise sur lequel il faut malgré tout compter. On pourrait comparer notre temps d’étude à un gigantesque sablier. Il faudrait juste s’imaginer de l’argent à la place des grains de sable et admettre que certains sabliers sont plus petits que d’autres, et que dans ceux-ci, l’argent disparaît plus vite.

Ensuite, il faut aussi admettre que l’exercice de la profession d’étudiant est faussé par ce besoin de financement. Certains étudiants sont obligés de travailler pour simplement pouvoir manger à leur faim. Ça, personne ne l’ignore, mais tout le monde s’en fout. Alors, nous sommes certainement des observateurs-participants. Mais comme nous avons pu le dire, il est difficile de s’exprimer avec objectivité sur un sujet qui nous concerne totalement et d’admettre la théorie d’Alain Coulon quand le frigo vide annonce une forte baisse de motivation pour s’intégrer à la vie sociale universitaire.

Pour être plus objectif, il faudra préciser que ce processus est parfois même faussé par l’université elle-même, à qui il manque les infrastructures nécessaires à l’exercice serein de la vie sociale universitaire. Le cas de Bordeaux est anecdotique. C’est une des seules universités de France qui se trouve extrêmement éloigné de son centre-ville, desservie par une unique ligne de transport surchargée, et dont le campus a juste été davantage pensé comme dortoir que comme lieu de vie et de rencontre.

À partir de ces définitions, références bibliographiques et avis critiques, nous pouvons désormais amorcer le processus de création de Profession Étudiant, la websérie du Master CPI. Celle-ci a traité, traite et traitera donc de la complexité et de la diversité de la vie de 4 étudiants : Maëlie, Nicolaï, Ayaka et Vincent. La série suit les tribulations de ces 4 jeunes durant leurs années d’études et la façon dont ils font face à un milieu qui ne leur est ni tout à fait étranger, ni tout à fait familier. Le but de cette fiction étant de retranscrire la réalité étudiante dans le sens où les étudiants traversent une phase transitoire qui les inscrit dans une communauté définie et représentative, nous nous efforcerons de garder à l’esprit nos différentes lectures lors de l’écriture du scénario et du choix de la thématique de notre webépisode. À ce titre, si l’enfer administratif et la geek attitude ont déjà été abordés dans les saisons précédentes, nous sommes en mesure de traiter d’autres thèmes typiques du milieu étudiant comme le bizutage, la conciliation du travail et des études, les soirées étudiantes, la triche, les transports en commun ou encore le militantisme étudiant (thème cher à M. Coulon). Affaire à suivre… 😉

Crédits photos : Gabriel Feuvrier, octobre 2012.

Bibliographie
Alain Coulon, Le métier d’étudiant, Paris, PUF, 1997.
Yvonne Neyrat, Les cultures étudiantes. Socio-anthropologie de l’univers étudiant, L’Harmattan, 2010.
Sebastien Michon, Les cultures étudiantes. Socio-anthropologie de l’univers étudiant, Etudes et engagement politique : l’interdépendance des carrières militantes et étudiantes. L’Harmattan, 2010.

Florent P.

Écriveur, théâtreur, dessineur, dreameur.

More Posts - Website


Une réflexion sur « [B2, G1] Profession étudiant (commentaires sur) »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.