Le grand plongeon

John Moulder-Brown et Jane Asher dans Deep End
John Moulder-Brown et Jane Asher dans Deep End

Consigne: Mon film, entre amour et haine.

Je nous revois encore, au début de la première année de Master attendre avec impatience la liste de films dans laquelle nous allions devoir choisir un film pour notre Travail Préparatoire à la Recherche. La liste tombe : déception pour certains, joie pour d’autres. De mon côté, mon regard se glisse instinctivement vers les films britanniques, pour lesquels j’ai en général beaucoup d’affection. Lindsay Anderson, Ken Loach, Mike Leigh, Tony Richardson… Et j’aperçois Deep End, de Jerzy Skolimowski. Le nom me semble vaguement familier. Je regarde la bande-annonce et immédiatement, j’aime la symbolique de la piscine, l’esthétique me touche, me fait penser à Pierrot le Fou. Un film britannique inspiré de la Nouvelle Vague ? Ma décision est prise, je plonge sans réfléchir.

Très vite, je me suis prise d’affection pour ce film et il a été difficile de prendre du recul pour l’analyser de manière objective. Ainsi, je me suis forcée à alterner les visionnages “passifs” et “actifs”. Lors des visionnages passifs, je profitais de l’esthétique du film en me laissant totalement porter par l’histoire, tandis que pendant les visionnages actifs, je prenais des notes, faisais des pauses, des retours en arrière : cette méthode de travail m’a été bénéfique dans le sens où elle m’a permise de combiner deux visions du film et ainsi d’en avoir une vision globale. Je continuerai à utiliser cette méthode lors de la rédaction du mémoire : regarder parfois Deep End en tant que simple spectatrice afin de ne pas me lasser du film et ensuite pouvoir prendre plaisir à l’analyser.

Tiphaine Robion


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.