Archives par mot-clé : Vents contraires

Bilanchoïade

David Lynch, Interior #1
David Lynch, Interior #1

Après avoir passé plus de 6 mois sur le projet de Vents Contraires, je tire un bilan positif de cette expérience, qui pourrait être résumé en trois points. Tout d’abord l’idée de base m’intéressait davantage que celle sur laquelle j’avais travaillé l’année dernière (1- De l’importance d’être motivée par le projet). Ensuite l’entente dans l’équipe s’est faite tout de suite, on a toutes su s’écouter et prendre en compte les remarques de chacune (2- De l’importance d’être sur la même longueur d’ondes). Le fait de travailler sur un projet d’animation a sans doute aidé à cette écoute puisque aucune de nous de savais vraiment comment s’y prendre, on s’est donc fait confiance et on y est allées à « la débrouille », chacune apportant ce qu’elle savait faire (3- De l’importance de savoir trouver des solutions rapidement).

Bien sûr avec ce projet tout n’a pas été aussi simple, j’en tire également des points à améliorer, comme le fait d’apprendre à mieux s’organiser lors d’un projet en groupe, de savoir prendre des décisions plus rapidement, et de mieux cerner le temps qu’un projet comme celui-ci peut prendre. En effet je dirais que ma seule petite déception a été voir que nous n’avions réussi qu’à réaliser deux scènes en animation, alors qu’une meilleur organisation nous aurait permis d’en réaliser davantage. L’important, c’est que cela nous servira par la suite.

Bon vent !

(cc) Coline Portet (13/03/2016)
(cc) Coline Portet (13/03/2016)

Le projet commun que nous avons dû réaliser cette année m’a permit d’expérimenter l’animation que je ne connaissais pas, ou peu. J’avais déjà réalisé des petits courts-métrages avec une amie ou encore avec des groupes d’enfants. Les décors, composés de formes et de structures en 3D, étaient facilement manipulables. Mais faire un film animé avec des bouts de papiers, en revanche, me semblait compliqué. J’avais dû mal à imaginer comment s’y prendre, comment positionner la caméra, où placer les lumières, comment déplacer les éléments..

Pour créer du mouvement et ainsi raconter notre histoire nous avons dû passer par plusieurs étapes, toutes aussi fastidieuses. Concevoir une identité à notre film a été compliqué puisqu’il a fallut que tout le monde soient d’accord et visualise la même chose. On a perdu beaucoup de temps à réfléchir à nos idées et à comment les réaliser plutôt que de se lancer dans le projet de façon concrète. La question de la couleur ou du noir et blanc, des formes, de la matière et le choix du 2D ou 3D nous on poursuivit un bon moment. Puis, nous avons commencés à faire des tests, ce qui m’a permit de découvrir l’utilité du banc titre ! Réaliser un film d’animation est un véritable travail d’équipe précis et minutieux. Pendant qu’une d’entre nous prend les photos, quelqu’un se charge du côté droit de la feuille pendant que quelqu’un d’autre se charge du côté gauche. Grâce à cette cohésion de groupe, nous avons pu réaliser un petit bout de notre film. Le résultat est plutôt agréable puisque je ne m’attendais pas du tout à avoir quelque chose d’aussi plaisant : à la fois beau et maladroit.

Coline Portet.

Court passage à vide

(cc) Adélaïde Michel (26/10/2015)
(cc) Adélaïde Michel (26/10/2015)

Vents contraires est un projet de très court métrage d’animation dans lequel nous nous sommes lancées l’an dernier. Après avoir planché sur l’idée d’adapter l’histoire de Don Quichotte en animation, nous nous sommes très vite éloignées de cette envie de base au profit d’une histoire d’amitié plus classique entre deux enfants. La « touche » Don Quichotte reste toujours perceptible dans le regard naïf que l’un des deux enfants porte à l’univers qui l’entoure.

Aujourd’hui, quand je relis le très court scénario, j’avoue avoir quelques doutes. Nous gagnerons, à mon sens à retravailler l’histoire avant de passer à la réalisation. Toujours est-il que le fait de concevoir un projet en stop-motion avec du papier comme matériau principal m’enchante. J’ai toujours aimé la création visuelle, peindre, découper, coller. Il nous manquera certainement quelques qualifications techniques, et un talent pour le dessin nous serait bien nécessaire pour créer l’identité des personnages. En attendant nous rassemblerons les talents de chacune pour essayer de recréer l’univers de Victor et Gabriel tel que nous l’avions imaginé. Nous nous inspirons beaucoup de l’univers de Conor Finnegan dont nous avions découvert le travail l’an dernier. Je pense que c’est en s’armant de références comme celle-ci que nous arriverons à tracer les contours du projet.

Adélaïde Michel