Archives par mot-clé : travail en équipe

Vents contraires

Coline Portet cc (02/11/2015)

A la rentrée nous avons dû choisir un projet parmi tous ceux proposés. Après avoir fait le tour de chaque groupes, il a fallu décider les idées qu’on allait garder et celles qu’on allait jeter. Sans hésiter, mon choix s’est porté sur le film d’animation pour qui j’ai beaucoup d’affection. C’est en M1 que nous l’avons créée et chaque jours, nous essayons de l’améliorer. L’histoire raconte celle de deux petits enfants en phase de devenir grand qui voient la vie différemment. Cette adaptation de Don Quichotte reprend l’épisode des moulins à vent. Mon envie de faire partie de ce projet vient de ma curiosité pour la nouveauté. Faire un film d’animation m’a toujours beaucoup attirée. J’ai fait quelques essais mais je n’ai jamais eu l’occasion de le transporter du début à la fin. Le but de ce travail commun est d’encadrer ce projet, de sa conception à sa réalisation en passant par le production et pourquoi pas par la diffusion..

Une fois le scénario terminé, place à l’esthétique et au choix d’un univers graphique. C’est cette partie qui m’intéresse le plus. J’ai toujours aimé créer, manipuler, colorier, dessiner, coller, découper. Ce mélange entre art plastique et cinéma retient donc tout mon intérêt. Installer dans mon salon en écoutant des chansons, je me lance dans la conception de décors en carton. J’essaye de donner du relief au décor en superposant et en utilisant des matériaux différents ainsi qu’un mélange de couleurs intéressants. Je dessine des personnages et essaye de trouver un moyen de les faire bouger à travers leurs lieux que je leur ai créé : bouts de ficelles, pâtes à fixe, trous, cure dents, fil de fer.. Tous les moyens sont bons pour faire évoluer ces petits garçons. Il nous reste encore beaucoup de pistes à creuser, d’idées à développer et de partie prix à décider : Décors et personnages en 2D ou en 3D, organisation du tournage et réponses à nos difficultés, éclairages à positionner, message à faire passer. Tous ces points sont en cours de décision et plus nous essayons, plus nous nous en emparons et tout devient évident.

Coline Portet

La machine est en marche.

Pour commencer nous avons dû faire un point. Chacune aillant travaillée dans son coin, nous avions toutes en tête une idée différente du magazine. En effet, nous n’étions pas d’accord sur le support et le format de notre projet. D’une part la question qui se posait, était de savoir si ce magazine à vocation scientifique, se vouait à être diffusé seulement sur internet ou encore sur la télévision, voir sur les deux. Puis une discussion s’en suivit sur la durée d’un épisode ainsi que son contenu. Toutes ces interrogations étaient nécessaires pour résoudre une autre problématique, le choix des éventuelles subventions à demander. Après avoir débattu et répondu à ces différentes réflexions, nous avons pu alors nous concentrer sur le dossier de production. De là nous avons choisi les différents point qui formeraient notre dossier et nous nous sommes réparties le travail.

J’ai tout d’abord entrepris de trouver différentes études et rapports, nous permettant de montrer en quoi notre projet a son importance. Après avoir regroupé différents sondages (la science et les français, la science et les jeunes, la perception de la recherche par les français), j’ai dû faire une synthèse. Celle-ci a pour but d’étayer notre argumentation sur la nécessité de ce magazine, celle-ci sera développée dans notre note d’intention. Depuis pas d’avancement, en définitive après s’être réparti le travail nous n’avons pas réussi à nous réunir pour en rediscuter, faute d’emploi du temps de chacune.

Lisa Delpech.