Archives par mot-clé : travail

Fin indistincte…

(cc) Camille Nivat (14/02/2016)
(cc) Camille Nivat (14/02/2016)

Consigne : “Clap de fin”

La fin ? Je ne la visualise pas encore très bien… Il est certain que la phase de recherche est bel et bien terminée. Que la rédaction pure de chacun de mes arguments est derrière moi. Pourtant, il me semble avoir encore une montagne de corrections à effectuer. En effet, il faut encore relire – une, deux, trois fois…, reprendre certains points trop vagues ou mal exposés ; en somme retravailler l’ensemble de mon texte. Il est vrai que je vois le bout du tunnel concernant le fond de mon mémoire. En revanche, en ce qui concerne la forme… Il y a encore beaucoup à faire. Vérifier le système “auteur-date” au sein de mon développement, ajouter le timecode de chacune des captures d’écran, et surtout reprendre la bibliographie en se rattachant à la fiche de référencement. Mais ça ne s’arrête pas là. Il me faut insérer mes annexes, après les avoir choisies avec soin. Et il y a toujours ce résumé de mille signes – en français et anglais – qu’il faut que je termine.

Pour avoir une idée claire de ce qui me restait à faire, et parvenir au mieux à réaliser chacune de ces tâches, j’ai fait une liste précise. A partir de celle-ci, j’ai confectionné un calendrier. A chaque jour correspond une ou plusieurs tâche(s). Le lundi, ce sera la bibliographie et les référencements infra-textuels. Mardi, je m’occuperai de retrouver les timecodes de mes images. Et ainsi de suite… Tout est organisé de façon à finir au plus vite le mémoire. Il ne faut pas oublier qu’une fois le point final appliqué, l’impression est encore à prévoir. Et qu’il ne faut pas minimiser le temps que peut prendre cette étape. Nous ne sommes pas à l’abri d’un problème de dernière minute, d’un imprévu…

Camille Nivat

Mes adieux à Madame

“Mon travail de recherche, alors… heureux ?”

(cc)Lucile Moyano(21/02/2015)
(cc)Lucile Moyano(21/02/2015)

 Mon film et moi étions devenus amis. Je lui avais rendu visite plusieurs fois au cours de l’été, alors que notre travail préparatoire de recherche avait pris fin et que nous nous apprêtions à plonger ensemble vers une problématique plus personnelle. A la rentrée suivante, je me rappelle avoir eu le sentiment de prendre mon film par la main afin de l’emmener où bon me semblait. Cette marche autonome me rendait heureuse, comme la perspective de me lancer dans une écriture qui parlerait de moi autant que de l’objet cinématographique. Aujourd’hui encore, j’ai l’impression ténue mais bien présente que mes vingt années passées dans le circuit scolaire doivent s’illustrer dans ce mémoire.

Normal alors que la pression soit si forte, que je possède à quelques jour du rendu final le sentiment de n’avoir pas fait de mon mieux. La malédiction du chercheur ? Il m’aurait encore fallu un an, peut-être plus, pour tout lire, tout connaître et tout questionner. Continuer à trier et à filtrer, afin que ce mémoire soit le plus pur et le plus concentré possible. Cependant je ne pense plus être capable d’aller plus loin, car j’ai perdu patience. Ma directrice de mémoire me dit que ce travail de recherche nous rendra fiers toute notre vie et je la crois. Mais je suis désormais pressée d’utiliser la rigueur et la méthode apprivoisées au cours de ces deux ans dans des productions différentes. Je suis heureuse de refermer la porte de ce monde en noir et blanc pour me diriger vers des horizons plus créatifs.

Lucile Moyano

L’organisation, ça a du bon.

Maintenant que l’on s’est imprégné du scénario, que l’on a pu l’adapter pour plus de cohérence entre le fond de l’histoire et la forme d’un court-métrage, il nous faut maintenant en faire le dossier artistique. Le but est de continuer à monter le projet, dans les mêmes étapes qu’une production « classique ». Le dossier doit être complet, il a donc fallu travailler sur divers éléments : Plan de financement, notes d’intentions, de réalisation, de production,… Nous avons donc tenté de mettre en œuvre un processus de travail permettant de le faire au plus juste. Car de la qualité du dossier dépend la réussite des demandes de financement, et donc la vie du film.

Afin de monter ce dossier, nous avons partagé le travail à effectuer, pour que chacun puisse y mettre sa patte. L’ensemble des éléments ont ensuite pu passer d’une personne à l’autre pour être éventuellement complétés. Pour avoir un dossier le plus complet possible, nous avons également pensé qu’il serait important d’y faire apparaître des exemples d’images pour donner une idée d’ambiance possible pour le court-métrage. Pour ce faire, un partage de fichiers s’est mis en place à l’aide de Google Drive. Ainsi, la banque d’images a pu se fructifier. Cette mise en situation réelle d’un montage de projet permet de nous rendre compte de l’importance de l’organisation qui existe pour le mener à bien.

Sylvestre