Archives par mot-clé : tournage

Au menu … tournage et pluie

(cc) Manon Sultana
(cc) Manon Sultana

Le tournage du teaser de Copains comme Cochons  (titre originel et qui nous reste aux lèvres) a été la grosse avancée du projet. Après avoir dû décaler trois fois le tournage, le 10 janvier nous nous sommes enfin toutes retrouvées pour tourner. Malgré que la préparation aie été simple, la semaine juste avant le jour J a été rude ! Tout d’abord, le temps : un déluge de pluie et de grêle s’est abattu sur Bordeaux ! La grande question, Pourrons-nous tourner les plans extérieurs ?, nous a hanté. Puis une autre galère s’est rajoutée : impossible de récupérer le matériel lumière. L’un dans l’autre cela nous a permis d’être plus rapide, mais l’esthétique des plans en intérieur n’est pas celle que nous aurions voulu.

En me levant ce fameux dimanche 10 janvier à 7h, je me préparais à une journée difficile. Ce fut tout le contraire ! Nous avons joué d’un timing parfait avec les ondées, pouvant tourner sans soucis en pleine campagne ! Nous avons monté les ISO pour compenser le manque de lumière et vaille que vaille nous avons enchaîner les plans les uns après les autres dans la bonne humeur et les blagues ! Peut-être que notre acteur et son accent québécois n’y était pas pour rien ! Nous entrons maintenant dans la dernière étape, la post-production mais ceci est un autre billet !

Julie T.

Casse-tête

(cc) Camille Coquereau (31/10/2015)
(cc) Camille Coquereau (31/10/2015)

Vents contraires, petit projet d’animation à l’état de mots doit à présent se faire une image. Six personnes pour mener le projet, c’est six visions différentes de cette histoire entre deux enfants.  Toutefois il faut se mettre d’accord car une seule représentation du scénario sera réalisée. C’est donc un casse-tête qui commence, celui du mélange des idées et des points de vues, des “je voyais cela plus comme ça” ou autres “on pourrait choisir cette couleur au lieu de celle-ci”. De ce méli-mélo d’idées nait notre petit film d’animation.

Puisqu’il faut bien se mettre d’accord un jour, une ébauche de story-board est faite. On sait alors quel cadre choisir ainsi que les objets qui seront visibles. Ceux qu’il faudra donc créer en priorité. Une direction de travail est donnée et ainsi le matériel à prévoir pour la réalisation de ces plans tests. Le plus important n’est pourtant pas encore fixé : à quoi ressembleront nos personnages ? Cette étape, la plus compliquée car aucune de nous ne sait réellement dessiner, est le challenge fixé pour la semaine. Gabriel et Victor auront-ils un visage qui plaira à tous ?

Camille Coquereau

La vie en positif de Germain

(cc)Lucile Moyano(15/03/2015)
(cc)Lucile Moyano(15/03/2015)

La vie en négatif de Germain a été notre terrain de jeux, d’entrainement et d’expérimentations. Aujourd’hui je crois que nous en sommes tous très fiers. Le tournage s’est achevé, miraculeusement sans aucun contretemps majeur. Germain aura cristallisé autour de lui une grande partie de notre attention durant un bon trimestre, au cours duquel nous lui avons créé des décors, cousu des costumes, cherché des subventions, casté des acteurs, fait couler des litres de café… et bien sûr, emmagasiné des heures de rushes visuels et sonores qui attendent aujourd’hui d’être assemblés sous les doigts de Tristan, son réalisateur. Le fait même que nous soyons allés au bout de ce projet de tournage en un temps si court est une récompense en soi. La deuxième récompense serait de voir La vie en Négatif de Germain vivre, justement, en positif cette fois, aux yeux d’un public. Que ce film trouve sa place en festival et récolte, pourquoi pas, un prix ou deux.

Il a été très agréable, au cours de ce projet cinématographique, de réellement trouver ma place et apporter mon aide. Le plus important pour moi a été de pouvoir tester et approfondir ma façon de “scripter”, et je me sens grâce à cela beaucoup plus en confiance avec ce poste que j’affectionne. Aujourd’hui, je suis prête à proposer mes services sur d’autres films, l’idéal étant de devenir stagiaire d’une scripte professionnelle pour en apprendre davantage. Je suis heureuse, en outre, d’avoir touché à des tâches diverses sur ce film : maquiller et vêtir notre actrice principale, trier les rush audio et vidéo comme l’aurait fait un second assistant caméra, monter un dossier de demande de subvention à destination du Fond de Solidarité et Développement des Initiatives Etudiantes… Nous nous sommes vus avec joie attribuer une aide de 1500 euros ! Ceci est, selon moi, une preuve supplémentaire de la qualité du projet. Ainsi, je souhaite rester proche du déroulement de sa postproduction afin d’apporter mon aide quand à la diffusion du film. On se retrouve à la première ?

Lucile Moyano

Une première expérience prometteuse

Au début de l’année nous n’avions qu’une ébauche de scénario écrite par Tristan au cours de l’été. Aujourd’hui nous avons des rushes qui ne demandent qu’à être montés les uns avec les autres pour donner vie au court-métrage La Vie en Négatif de Germain.
Tristan nous avait bien dit à la rentrée qu’il voulait que cette deuxième année de master soit l’occasion pour lui de réaliser son premier film, et pour nous de l’y aider en nous improvisant producteur, assistant réalisateur, ingénieur du son, script ou encore comédien. Nous avons d’abord travaillé ensemble sur la réécriture du scénario pour en faire un vrai outil de tournage, et ensuite nous nous sommes répartis selon les différents postes clés sur un tournage. Et c’est ainsi que j’ai été amenée à être première assistante réalisateur. En cours on nous avait parlé de ce métier et pendant mon stage j’ai eu l’occasion de côtoyer un premier assistant réalisateur. Mais mes connaissances de ce métier n’étaient que théoriques et de l’ordre de l’observation.

Je me suis donc improvisée première assistante réalisateur et j’ai travaillé en étroite collaboration avec Tristan pour élaborer le plan de travail du tournage à partir du découpage technique qu’il avait préparé. La répartition des jours de tournage s’est organisée en fonction de nos compétences respectives et de la disponibilité des comédiens. Nous avons commencé par une demi-journée de tournage comportant des séquences simples dans un temps assez large pour que chacun puisse trouver sa place dans l’équipe et bien s’approprier son poste. Sur cette première demi-journée nous avons eu quatre heures de retard, mais cela nous a permis de nous acclimater à la dynamique du groupe et du tournage, et de nous familiariser avec le matériel, ce qui nous a permis de tenir les autres jours de tournage dans les temps.

Cette première expérience d’assistanat de réalisation m’a beaucoup enrichie, autant sur le plan personnel que professionnel. Je me suis vraiment investie dans ce travail et tout au long de l’avancée du projet, je me suis sentie à ma place. A l’avenir il me plairait beaucoup de travailler occasionnellement en tant qu’assistante réalisateur, même si j’ai conscience que travailler avec des professionnels ayant quinze ans de bouteille ne sera pas aussi facile qu’avec mes camarades de master. Mais je pense que c’est un poste qui pourrait bien me convenir et j’espère qu’un jour j’aurais l’occasion de renouveler cette expérience, peut-être avec mes camarades, autour d’un projet ou sur un tournage, professionnel cette fois-ci.

Laetitia STOFFEL

Parcours d’un scénario

Depuis le dernier billet, nous avons réalisé le dossier artistique de Parcours. Nous avons ensuite soumis à la lecture, ce dossier artistique à un notre groupe pour qu’il nous en fasse la critique. Leurs retours ont été très constructifs. Globalement, le dossier était bien construit mais il fallait revoir un peu le scénario. En effet, ces lecteurs regrettaient un peu de ne pas assez rentrer dans le conflit des deux sœurs. Nous étions restés à un niveau trop superficiel alors que ce conflit est pourtant l’élément central de cette histoire. De plus, ces lecteurs n’ont pas compris ce que les sœurs savaient du père biologique d’Emilie et remettaient également en cause la pertinence du grand-père dans l’histoire.

Au vu de toutes ses remarques, il était clair pour nous que le scénario devait être retravaillé en profondeur. Nous travaillons donc actuellement sur une nouvelle version de ce scénario. Tout est repris, chaque scène, chaque personnage et chaque élément est remis en question pour savoir s’ils sont pertinents quant à l’avancée de l’histoire. Par exemple, le personnage du grand-père est amené à disparaitre, ce qui engendre des conséquences sur le scénario puisqu’il annonce à Emilie que son père n’était pas son père biologique. Il faut alors trouver une autre façon d’amener cet événement dans le scénario. Tout est chamboulé mais pas de tournage sans un scénario abouti. C’est pour cette raison que nous n’hésitons pas à travailler et retravailler sur ce dernier pour aboutir à une version complète afin de pouvoir envisager le tournage… fin 2015 ?

Laëtitia