Archives par mot-clé : temps

Le temps nous est compté

Consigne : « Mon mémoire, un montage narratif ».

La date du rendu de mon mémoire approche. Après avoir modifié de nombreuses fois ma problématique ainsi que mon plan, il est temps de commencer la rédaction. Cette course contre le temps me fait penser à un moment de mon film d’étude. Avant de prendre la route, Wyatt lâche sa montre sur le sol et ce geste a une portée symbolique. En jetant sa montre, Wyatt rompt avec la servitude de la temporalité et renonce ainsi à la civilisation. Ainsi, ce film incarne une vision contestataire puisque les deux amis mènent un périple vers une liberté totale sans aucun attachement matériel, contraire au système capitaliste de la société américaine. Cependant, contrairement à Wyatt et Billy, je dois prendre mes responsabilités de chercheuse et le temps m’est compté.

Avant de rédiger et de développer mes trois parties sur les anti-héros, la violence et la liberté singulière du film, je dois rédiger l’introduction. Tout d’abord, j’ai réfléchi à une accroche pour susciter l’intérêt du lecteur et amener le sujet de la contre-culture. Je souhaiterais débuter mon introduction par les paroles de la bande originale du film « Born to be wild » de Steppenwolf, car elles sont en adéquation avec le thème de la contre-culture. Il faut savoir que Easy Rider est un film raconté en musique, c’est une ode composée par les rockeurs des années 1960. Lorsque les deux protagonistes reprennent la route une chanson débute et les paroles sont en lien avec la narration du film.

Delphine Delumeau

Qui n’avance pas recule

Bientôt deux mois, que je me suis lancé dans un projet de film documentaire. Force est de constater qu’aujourd’hui les choses n’avancent pas énormément. Pourtant, malgré un volontarisme de l’équipe, nous sommes toujours au même point depuis plusieurs semaines. Notre seul désir, rencontrer le directeur de l’école où nous voulons tourner. Malgré de multiples relances, nous n’avons toujours pas d’interlocuteur à qui exposer notre projet. Nous sommes face à un directeur qui voyage énormément et qui est très peu présent dans son établissement. Le temps qui passe et cette incapacité à avancer fait perdre peu à peu l’espoir de réaliser ce film documentaire.

Notre sujet nous intéresse, projet engagé et instructif. Tout en ayant cette envie de réaliser le film documentaire, je suis conscient que le processus peut être long et compliqué. Il faut savoir être patient tout en essayant de maîtriser son temps. Le plus important pour nous, c’est de rencontrer le directeur de l’école. Certains documentaires mettent plusieurs années avant d’aboutir. J’ai l’intime conviction que nous allons réussir à entrer en contact avec nos interlocuteurs, même si pour l’instant, nous sommes les témoins d’une institution mal organisée et qui ne communique pas assez. Mais, ce qui nous fait tenir c’est cette envie de s’exprimer à travers l’image: tourner un film documentaire est immensément gratifiant et enrichissant  

Najib Mabchour.

Le flou de mes recherches

Le flou de mes recherches (cc) Laetitia Stoffel (11/11/2014)
Le flou de mes recherches (cc) Laetitia Stoffel (11/11/2014)

Consigne : C’est le bazar dans ma tête… (ou pas)

Écrire un mémoire, c’est d’abord faire des recherches. Et toutes ces recherches se traduisent par des idées qui nous viennent à l’esprit, en discutant avec nos parents ou nos amis de notre film, en replongeant notre nez dans des cours de philosophie datant du lycée, ou en promenant notre regard sur les étagères de la bibliothèque de nos parents. Cela prend un certain temps et nous paraît souvent vain, dans la mesure où seules les pistes les plus larges et les plus opposées les unes des autres germent dans notre esprit. Pourtant, au bout d’un moment, une idée va traverser notre esprit et nous intéresser plus que les autres. Elle aura une ou plusieurs particularités qui nous donneront envie de la développer et d’en savoir davantage. Commencera alors une partie de recherches plus plaisante : lorsque l’on sait où l’on va.

J’espère qu’au fil de mes lectures, une idée va germer dans ma tête et donner naissance à une hypothèse viable, qui pourra prendre la forme d’une problématique par la suite, et alimenter ainsi toutes mes recherches ultérieures. Je compte également sur les pistes que j’avais abordées l’année dernière lors de la rédaction de mon TPR (travail préparatoire à la recherche) pour orienter et éclairer mes recherches. Il faut donc que je m’accroche à mes lectures, que je ne désespère pas de ne rien trouver, et que je reste aux aguets, pour être à même d’identifier la bonne idée ou l’hypothèse intéressante et pertinente qui traversera mon esprit.

Laetitia Stoffel