Archives par mot-clé : structure

Les 400 possibilités

(cc) Coline Portet
(cc) Coline Portet

 

Consigne : “Mon mémoire, un montage narratif”.

Un mémoire ça se construit, ça s’imbrique, ça s’assemble pour former un développement de pensées uniforme. C’est donc au fur et à mesure du temps que l’on trouve sa structure. Une fois les idées trouvées et dévoilées, il me faut les agencer, les relier et les positionner. Pas si simple de montrer l’évolution de sa pensée sur un bout de papier!

On essaye, on efface, on raye. Petit à petit, une structure se dessine, puis une autre. Les possibilités sont multiples. Je construis un parcours, je flèche mes idées mais surtout j’essaye de les raccorder. Le but étant que mon mémoire soit fluide, clair et limpide, qu’il se lise simplement et facilement. J’essaye de créer un mémoire où chacune de mes idées est claires et j’essaye de faire en sorte que l’ordre de leurs apparitions soit cohérent. L’une doit amener l’autre. Une première partie un peu générale, une deuxième partie bien centrée sur le film et une troisième partie plus originale, une sorte d’ouverture plus libre. Voilà donc la dernière version de ma structure, elle me semble judicieuse et justifiée. Mais cela est encore susceptible de bouger. A présent, j’essaye de rattacher toutes mes petites parties les unes entre les autres avec des transitions, en cours d’élaboration…

Coline Portet.

Art Plastique

Lucile Moyano(10/11/2014)
Lucile Moyano(10/11/2014)

Consigne : C’est le bazar dans ma tête… (ou pas)

J’étais une enfant revenant de la plage, un seau brandit fièrement plein de trouvailles. Au cours de mes différentes salves de travail, les déclarations et les postulats extraits de mes recherches s’amoncelèrent en un texte, oui, mais sans pour autant y dessiner de structure particulière. Presque six mois plus tard je peux à nouveau considérer cette « collection » d’un œil neuf, ce qui me permet d’y déceler le juste et le plus précieux. Trier n’est plus une étape douloureuse, au contraire, elle est salvatrice. Un plan se dessine et je réalise quelle problématique était cachée là. Les différentes parties qui tenteront d’y répondre s’articuleront autour de concepts que je suis parvenue à faire remonter à la surface : théâtralité, spectaculaire, mise en scène sociale. Voilà les étiquettes à coller sur les tiroirs d’une nouvelle « boîte à trésors », pour y ordonner mes trouvailles et donner envie à un autre lecteur d’y plonger le nez.

Le dialogue me permet avec bonheur de sortir de la solitude de la recherche. Le professeur, l’ami, un autre cinéaste si l’on a un peu de chance : Ce sont ces regards croisés pleins de bienveillance et de conseils qui valident mes intuitions et consolident la forme que je modèle aujourd’hui. Gageons que la théâtralisation volontaire de la mise en scène de Cukor permet de mieux faire ressortir une critique sociale dissimulée. Si le processus rédactionnel se doit de partir du plus évident pour se rendre au plus complexe, je m’attèlerai d’abord à décrire les particularités de la forme, de la mise en scène, pour en expliquer les similitudes avec le monde du théâtre. Puis je me dirigerai vers la question sociologique soulevée au travers des personnages pour saisir ce que Cukor considère comme « authentique », et ce qu’au contraire il présente comme « artificiel ». Mon plan n’a pas encore de nom, son squelette est fragile. Néanmoins je présume qu’il suivra le modèle d’une mise en abîme entre les couches de la théâtralité et du spectaculaire vus à l’écran.