Archives par mot-clé : sentiment

Mots de tête

Consigne : « Mon travail de recherche, alors … heureux ? »

L’achèvement de ce travail de recherche touche bientôt à sa fin. Après plusieurs mois de recherche, d’écriture et de réécriture, arrive l’heure de mon introspection. Originellement, un souvenir encore présent, me revient. Esquisser quelques lignes d’écriture, me paraissait inenvisageable. De là, un sentiment, l’angoisse toujours palpable, celle de la page blanche. Je me remémore : « Comment vais-je réussir à retranscrire mes idées à l’écrit ? ». La sensation de ne pas avoir suffisamment d’aptitudes pour produire un écrit universitaire, m’accablait. J’étais inquiet de ne pas réussir à écrire mon mémoire de recherche. Toutefois, il était pour moi inconcevable d’échouer à ce stade, après tant d’années d’études universitaires.

Finalement, je me suis aperçu que ce sentiment, était sans doute commun à beaucoup de chercheurs. Remettre en cause, ma capacité à retranscrire mes idées, n’était pas la meilleure façon de m’engager. Cependant, ceci m’a obligé à être beaucoup plus attentif pendant mon travail d’écriture. Mot après mot, j’ai repris confiance en moi. De ce fait, j’ai appris à écrire et à réécrire mes pensées, jusqu’à que celles-ci satisfassent ma pensée. Avec un certain recule à présent, j’ai découvert en moi cette soif de réussite. Elle m’a permis de réaliser mon mémoire, sans avoir aucun regret sur ma proposition de recherche. Seul point négatif, l’émergence d’un conflit avec le temps. Celui-ci avance beaucoup plus vite que l’on écrit.

Najib Mabchour

A bout de souffle

Consigne: « Mon travail de recherche, alors…heureux? »

Alison Goizet (cc) (22/02/2015)
Alison Goizet (cc) (22/02/2015)

Lorsque nous avons fait le point, en classe, sur nos sentiments quant à la rédaction de nos TPR (Travaux préparatoires à la Recherche), j’étais assez confiante. En effet, j’étais l’une des rares personnes à ne pas avoir l’impression d’avoir tout traiter. Je savais pertinemment que ma problématique était trop simple et que mon analyse du film était encore trop fragile pour faire l’objet d’un mémoire. J’étais confiante dans le sens où je savais que mes rencontres avec mon directeur de mémoire m’aiguilleraient vers la bonne direction. De plus, j’avais déjà une idée de l’orientation que je voulais donner à ma nouvelle problématique. De ce fait, j’étais rassurée quant au manque de matière qui faisait défaut à certains de mes camarades. Le Labyrinthe de Pan étant un film riche avec de nombreux axes possibles à développer.

Lorsque je fais le bilan de mon travail, je reste assez indécise. En effet, ce qui me confortait au début s’est vérifié, cependant, je ne suis pas pour autant satisfaite. Même si j’ai traité tout ce dont je voulais traiter, je pense que mon défaut est de rester encore trop en surface et de ne pas assez creuser certaines parties. Je suis comme un sprinter dans mon travail : je pars à toute allure, je suis compétente sur une courte durée mais j’arrive vite à bout de souffle lorsqu’il s’agit d’être endurante. J’ai énormément de mal à me relire et à passer du temps sur mon mémoire si je sais que je ne suis pas sous pression. Cela m’a aussi aidé cette année, j’ai travaillé vite et efficacement. Je pense que ce qui m’a fait le plus défaut dans ce travail fut mon manque de rigueur et ma plus grande qualité mon efficacité.

Goizet Alison