Archives par mot-clé : sensibilité

« Sacré mémoire »

 Consigne: Mon film, entre amour et haine.

La première chose qui m’a attiré avant même d’avoir visionné ce film est son nom ; « Kadosh » signifie « sacré » en hébreu.  N’ayant pas une grande connaissance de la religion Juive et de sa culture, ce film était pour moi l’opportunité de découvrir un nouvel univers.  Lorsque j’ai vu le film pour la première fois,  j’ai découvert  deux mondes : celui des Juifs Orthodoxes et celui du réalisateur. J’ai été séduite par la façon qu’à Amos Gitai de raconter une histoire. J’aime la manière qu’il a de filmer ses acteurs, mais aussi son don pour dire les choses implicitement. Bien que les nombreux plans séquences rendent l’oeuvre assez lente, j’ai été totalement aspiré. Cette lenteur m’a permis de m’imprégner des personnages, de sentir leur détresse et leur mal-être.  Ce respect du temps donne une dimension très réaliste au film.  « Kadosh »  a réussi  a faire naître en moi un malaise, comme celui qui règne tout au long du film. Il m’a touché par son esthétisme et par les sujets qu’il traite : il dénonce sans accuser.

Tout d’abord, j’ai commencé par faire des recherches sur le contexte social et historique d’Israël, de Jérusalem et de ses habitants. Parallèlement je me suis intéressée plus en détails à la culture juive. L’ensemble de ces recherches m’ont permis de comprendre de nombreux éléments. Une fois le fond du film entièrement assimilé, la forme et l’esthétisme des images m’ont sauté aux yeux. J’ai alors réalisé toute l’importance de l’utilisation du plan séquence et d’un cadre particulier. Alors, la problématique du TPR s’est dessinée presque naturellement. Je me suis tournée vers la piste de « l’enfermement », comment au travers de l’image Gitai enferme les protagonistes de son histoire aussi bien physiquement que psychologiquement.

Alexia DI CIOCCIO