Archives par mot-clé : relecture

Le début de la fin

(cc) Maelys Gosset 11/02/2016
(cc) Maelys Gosset 11/02/2016

Consigne : “Clap de fin”

La fin de la rédaction du mémoire se profile. Mais sera-t-il vraiment fini un jour ? Je le relis encore et encore en essayant d’améliorer la formulation de mes phrases, en intégrant les remarques et conseils après le rendu de la première version. Et pourtant, la même question revient dans mon esprit : Est ce que je me fais bien comprendre ? Suis-je suffisamment claire ? Est-ce que je m’exprime véritablement sans équivoque ? Prendre de la distance sur notre mémoire à ce stade de notre recherche est particulièrement difficile.

Nous achevons notre travail en ajustant aussi bien le fond que la forme. Une mise en page soignée et une expression précise sont primordiales pour exprimer nos idées sans ambiguïté. L’enjeu est, pour moi, de traduire aussi clairement que possible ce que je veux dire à autrui. Ne pas laisser la place aux malentendus dans l’esprit du lecteur, le guider dans mon raisonnement. Et plus je le relis, plus le doute s’installe. Bien sûr, la concision de ce travail de recherche nous donne un léger goût d’amertume, une frustration que nous ne pourrons assouvir cette année et qui pourrait faire l’objet d’un autre projet. Ce mémoire est alors la fin d’une recherche, mais peut-être le début d’une autre.

Maelys Gosset

 

Supprimer pour éclairer

Après que nous ayons eu des retours sur la première version du dossier artistique de Parcours, il s’est avéré que le scénario, bien qu’ayant été jugé intéressant, manquait de cohérence et de précision. Nous sommes limités par le format du film, nous devons donc aller au plus clair. Nous devons penser ce scénario pour le court-métrage, car il n’y a pas de place pour des éléments « accessoires ». Nous avons donc travaillé pour savoir comment nous pouvions, d’une part, simplifier le scénario et, de l’autre, mieux caractériser les personnages. Le but est de toujours rester sur le même axe, de continuer de faire avancer le scénario dans ce sujet de complexité familiale.

Nous avons commencé par supprimer un personnage : le grand-père. En effet, ce personnage n’était pas assez caractérisé. Plutôt que de chercher à le développer, nous nous sommes rendu compte qu’il n’était pas indispensable au cheminement de l’histoire. En effet, nous l’avions introduit pour servir de moyen pour les jeunes filles de découvrir l’adresse du père biologique. En introduisant cette information directement dans la découverte des lettres de la mère, le grand-père n’a plus besoin d’apparaître. Ceci permet de se focaliser sur les deux sœurs et sur la façon dont elles gèrent ensemble cette nouvelle pour le moins troublante. Nous procédons ainsi pour chaque scène, en définissant leur but, afin d’éventuellement les réécrire. De cette manière nous comptons rendre le scénario plus intelligible.

Sylvestre