Archives par mot-clé : regard des autres

Réflexion en cours…

Réflexion en cours...
Consigne : “Mon mémoire : un montage narratif”

Voici venue l’étape de l’élaboration du plan détaillé de mon mémoire… Une étape primordiale qui matérialise, de manière concrète, l’ensemble de ma réflexion et de mes recherches effectuées jusqu’ici. Il faut rappeler que j’aborde mon film, Million Dollar Baby, du point de vue du désir de reconnaissance de Maggie. La problématique centrale – ou question principale – se devait d’englober les deux modalités de reconnaissance que j’avais pu distinguer au sein du film. Par là, j’entends le désir de reconnaissance sociale ainsi que le désir de reconnaissance affective, portés par la rencontre entre les deux protagonistes, Maggie et Frankie.  Après un certain temps de réflexion, et non sans quelques difficultés, je suis enfin parvenue à formuler la question principale  de mon mémoire : “en quoi sa passion sportive pour la boxe est-elle, pour Maggie, sa seule manière d’être au monde ?” Il me semblait indispensable d’énoncer, de la manière la plus claire qui soit, cette problématique pour parvenir à élaborer le plan le plus minutieux et adapté possible.

Ma première partie vient analyser le désir de reconnaissance sociale comme moteur de la révolte. Je m’explique. Maggie est issue d’un milieu social défavorisé et dénigré par l’ensemble de la société. Ainsi je pars de l’idée que Maggie en tant que membre de cette communauté est invisible pour la masse dominante. Maggie va donc se révolter contre le déterminisme qui la rattache malgré elle à ses origines. Pour cela, elle va quitter le foyer familial puis se lancer dans la folle aventure de la boxe. Ce sport se caractérise d’abord par son aspect spectaculaire. Maggie sera vue, sera acclamée et ce, de manière directe. Mais cette reconnaissance est-elle véritable ? Je conclus cette première partie en démontrant qu’il s’agit d’une reconnaissance illusoire. Le public ne voue aucun culte à Maggie en tant que personne, mais acclame la violence. Ainsi, j’en viens à la seconde modalité de reconnaissance : le désir de reconnaissance affective. En effet, j’essaie de démontrer que la reconnaissance, qui lie les deux héros du récit, est véritable car réciproque et sincère. Pour le moment, cette partie ne me semble pas bien agencée dans sa structure interne. Les sous-parties ne me semblent pas pertinentes… Cette partie devra tout de même intégrer le rejet de la famille vis-à-vis de Maggie, et la prise de conscience progressive de cette dernière. Maggie finira par rejeter sa propre famille, comprenant qu’elle n’était qu’une banque à leurs yeux. Le second point à aborder m’est venue lors de la lecture de la théorie de Axel Honneth. Il explique que la reconnaissance est avant tout un acte, autrement dit elle est caractérisée par des gestes expressifs. Or, la relation de Frankie et Maggie est justement fondée sur la preuve affective, plus que sur la parole. Pour la troisième partie, j’en viens à dénoncer les limites de ce besoin de reconnaissance. En effet, cette quête mène Maggie à la Mort. Elle est motivée, portée par quelque chose qui la dépasse totalement. C’est pourquoi cette partie portera sur la pulsion –  qui fera référence à Freud. Je finirai mon mémoire en dénonçant l’aliénation de Maggie qui vit, et fait des choix en fonction du regard des autres. Cependant, sur son lit de mort, Maggie parvient à se détacher de ces regards. Elle prend donc la décision ultime de sa vie, mettre fin à ses jours, libérée de toute pression…

Bien que la structure narrative s’ajuste, s’affine de plus en plus, elle est encore amenée à évoluer. Je dois encore la confronter à la réalité de la rédaction… Alors, au travail!

Camille Nivat