Archives par mot-clé : rédaction

Memories, you talk about memories

puzzle-394144_960_720

Consigne : « Mon mémoire, un montage narratif ».

Il faut avouer qu’à l’annonce de la consigne de ce billet, je suis restée coite. En pleine rédaction du mémoire, il est encore difficile d’avoir le recul nécessaire pour expliquer la structure logique de l’argumentation. Je peux, toutefois, expliquer ce que je cherche à construire. Comme les précédents articles ont pu le présenter, mon mémoire se penche sur l’Homme et la machine, plus précisément sur une définition de l’Homme à travers la machine. Comment la machine (les réplicants de Blade Runner) permet-elle à l’Homme de se définir ? En me fondant sur Sophocle et la comparaison des paradigmes (l’animal, l’homme et la machine) mon mémoire devient le lieu de la comparaison des réplicants et de l’homme.

J’ai longtemps tâtonné afin de trouver une logique d’argumentation qui à la fois justifierait ma démarche et l’expliciterait. Je me devais de justifier ma méthode de travail, de décrire les deux paradigmes que je comparais à travers le film et de développer la comparaison elle-même. Ce montage argumentatif a été au début inconscient, mais je n’arrivais pas à lui donner ce fil rouge qui assurerait une lecture fluide. J’ai donc décidé de suivre la contrainte de la comparaison : explication du principe, description des réplicants et des hommes de Blade Runner et enfin de la comparaison elle-même (ce que l’Homme retrouve de lui-même en se confrontant à la machine).

Cependant, l’étape la plus délicate sera de l’écrire cette comparaison !

Julie T

Le temps nous est compté

Consigne : « Mon mémoire, un montage narratif ».

La date du rendu de mon mémoire approche. Après avoir modifié de nombreuses fois ma problématique ainsi que mon plan, il est temps de commencer la rédaction. Cette course contre le temps me fait penser à un moment de mon film d’étude. Avant de prendre la route, Wyatt lâche sa montre sur le sol et ce geste a une portée symbolique. En jetant sa montre, Wyatt rompt avec la servitude de la temporalité et renonce ainsi à la civilisation. Ainsi, ce film incarne une vision contestataire puisque les deux amis mènent un périple vers une liberté totale sans aucun attachement matériel, contraire au système capitaliste de la société américaine. Cependant, contrairement à Wyatt et Billy, je dois prendre mes responsabilités de chercheuse et le temps m’est compté.

Avant de rédiger et de développer mes trois parties sur les anti-héros, la violence et la liberté singulière du film, je dois rédiger l’introduction. Tout d’abord, j’ai réfléchi à une accroche pour susciter l’intérêt du lecteur et amener le sujet de la contre-culture. Je souhaiterais débuter mon introduction par les paroles de la bande originale du film « Born to be wild » de Steppenwolf, car elles sont en adéquation avec le thème de la contre-culture. Il faut savoir que Easy Rider est un film raconté en musique, c’est une ode composée par les rockeurs des années 1960. Lorsque les deux protagonistes reprennent la route une chanson débute et les paroles sont en lien avec la narration du film.

Delphine Delumeau

Tic Tac Tic Tac Tic Tac…

Consigne : « Mon mémoire, un montage narratif »

6 semaines. C’est le délai qui nous reste à l’heure de l’écriture de ce billet pour finaliser notre première ébauche de mémoire. Pour débuter l’analyse du film de Scott, je prends le film dans le sens inverse : commencer par la fin avec la voiture qui s’élance dans le canyonset remonter la chronologie afin d’essayer de comprendre comment Thelma et Louise en sont arrivées là. Car il s’agit de la première image qui nous vient à l’esprit lorsqu’on nous parle de ce long métrage. A l’époque de sa sortie, ce dernier avait divisé les spectateurs, plus particulièrement les femmes. En effet, certaines interprétaient le film comme une dénonciation des violences conjugales ou encore des inégalités homme-femme dans le monde du travail. Mais d’autres y voyaient ce vieux fantasme masculin de la femme guerrière et castratrice telle une Wonder Woman avec son lasso.

Et le plan qui a été élaboré tente de répondre à la problématique en trois questions simples : comment, pourquoi et par qui. Le « comment » se concentre sur le genre du film à savoir le road movie, qui est un paradigme du genre. Ensuite, le « pourquoi » se concentre sur le mouvement du féminisme à travers son histoire aux États-Unis et son évolution en reprenant la situation de 1991, pour la confronter à notre époque, et en déduire si l’histoire serait toujours la même. Enfin, la dernière partie concerne le réalisateur Ridley Scott, sa vision des femmes au cinéma, mais également sa position sur l’existentialisme. Maintenant que tout ceci a été mis en place il ne reste plus qu’à rédiger, tout en espérant de ne pas faire fausse route et basculer vers le côté obscur du hors-sujet …

Vincent Duquennoy

Une problématique, c’est problématique…

Consigne : Ma problématique, une odyssée !

Contrairement à ce que j’imaginais, la recherche de la problématique du mémoire est pour le moment le travail qui m’a donné le plus de fil à retordre. En accord avec mon directeur de mémoire, j’ai choisi d’axer ma problématique sur la manière dont Mike, le protagoniste de Deep End, cherche à trouver sa place entre normalité et perversité du monde qui l’entoure. Le plan qui en découle alterne entre analyse de la mise en scène des corps, la quête du désir et la violence latente du film. Après des heures de réflexion intense, j’ai enfin trouvé mon objet d’étude ! Quel soulagement. Je pensais donc pouvoir trouver une problématique résultant de ces recherches. Facile à dire…

En me heurtant à ce nouveau problème, j’ai essayé de recouper toutes les parties de mon plan pour voir ce qui pouvait en ressortir. Les thèmes, je les ai, mais comment les regrouper en une problématique viable ? Comment ne pas insinuer la réponse à ma question dans l’énoncé même du problème ? Ce n’est pas si évident. Pour l’instant, ma problématique est bloquée sur la formulation suivante : Comment Mike essaie-t-il de trouver sa place entre normalité et perversité du monde adulte ? J’ai bien conscience que cette problématique est pour le moment bancale et ne prend pas en compte toutes les parties de mon plan. Afin d’avancer sur ce problème, je vais continuer à mettre au point mon plan détaillé pour qu’il soit parfait, que je puisse enfin me concentrer sur la problématique et commencer la rédaction du mémoire au plus vite.

Tiphaine Robion