Archives par mot-clé : recul

Rio Bravo : Suite et fin

Tex Avery, "That's all folks"
Tex Avery, « That’s all folks »

Consigne : « Clap de fin »

Ce rendu de mémoire, c’est la fin de l’année universitaire, de nos études, des cours et d’un travail sur lequel nous avons passé deux ans. Deux années à étudier un film en profondeur. Je pense que deux autres années n’auraient pas été de trop tant les films que nous avons étudiés ont de choses à raconter. Notre film nous aura accompagné tout au long du master, il est donc difficile de lui dire au revoir. Il ne reste plus qu’à modifier les derniers éléments, faire quelques retouches de fond et finir par le mettre en forme. La toute dernière étape sera l’oral où l’on devra présenter et défendre l’approche que nous proposons sur ce film.

Si le rendu du mémoire papier est une étape importante, celle de l’oral l’est tout autant, c’est l’aboutissement et le partage de notre travail au jury et à notre promotion. Pour le moment, ma concentration se porte sur les failles que peut encore avoir mon mémoire, les exemples insuffisamment justifiés ou la cohérence entre certaines parties. Il est de plus en plus difficile d’avoir du recul sur ce que nous écrivons au fur et à mesure que nous passons du temps dessus. C’est donc le moment pour moi que je fasse relire ce mémoire par des personnes extérieures, ce qui sera la dernière étape avant le rendu final, tant attendu.

Marion Souquet

Au pied du mur

billet
(cc) 20/12/15 Jeanne Vidal-Giraud

Consigne : « Mon mémoire, un montage narratif ».

Retours en arrière et flash-back sont devenus monnaie courante dans l’élaboration de mon mémoire. L’intrigue, qui doit se terminer par le rendu de celui-ci, emprunte une voie incertaine dans laquelle se dessinent mille chemins de traverse. Contrairement à l’oiseau dans le film ayant bâti son nid en hauteur et profitant d’une vue d’ensemble sur la situation, je peine encore à monter les interminables marches du palais royal de Tachycardie sans passer par l’ascenseur. Mes différentes lectures remettent en question et redéfinissent mon plan, m’obligeant sans cesse à revenir sur mes pas pour assurer mes arrières.

Tenter de ne pas s’enfermer dans une idée, élargir notre champ de possibilités et prendre de la hauteur. Il ne s’agit plus de voir comment fonctionne le film. Il faut savoir ce qu’il dit et apporter un point de vue détaillé et justifié sur ce discours. Dégager des pistes, des idées, les agencer de manière logique dans un plan et défendre chacune d’elle. Au fil de mes lectures, un phénomène nouveau se produit, mes idées se relient entre elles, j’aperçois des connexions que je n’avais encore jamais faites. La définition des termes de mon mémoire me permet de voir les liens, les enchaînements logiques et narratifs entre ces derniers. Les idées principales de ma recherche s’agencent dans le but de répondre à mes interrogations. Je gravis les étages lentement mais sûrement, prenant de plus en plus de hauteur par rapport à mon sujet et discernant de mieux en mieux les tenants et les aboutissants.

Jeanne Vidal-Giraud

Le souvenir d’une rencontre

Emilie Dequenne dans Rosetta, des frères Dardenne
Emilie Dequenne dans Rosetta, des frères Dardenne

 Consigne: Mon film, entre amour et haine.

Je me souviens. Ce jour où l’on a mis entre mes mains une liste de films dont la majorité des titres m’était inconnue. « Suis-je à ma place dans cette formation ? ». « Vais-je choisir le bon ? ». Un soir, sceptique face à cette feuille de papier énumérant les choix s’offrant à moi, j’aperçois un prénom. Rosetta deviendra l’objet de mon travail de recherche. L’œuvre, dévoilant « une fille d’aujourd’hui », est une rencontre entre un personnage et son spectateur. Si réaliste semble-t-elle, Rosetta donne à voir le monde par le biais de son propre regard.  A la fois forte et torturée, je crois qu’au-delà de la rencontre, je me suis identifiée à elle. Tantôt attachante, tantôt détestable, c’est entre amour et haine que je l’ai suivie dans son combat pour la survie.

La difficulté avec l’analyse d’un film comme Rosetta est justement la proximité. Inspirés du format documentaire, les frères Dardenne jouent volontairement sur des mouvements esthétiques s’en rapprochant afin de créer la rencontre. Rosetta est fictive mais c’est un personnage quasiment tangible qui s’impose au spectateur par le biais de sa douleur, ses difficultés et ses sentiments. Dans le cadre d’un travail de recherche, la prise de recul devient alors une évidence, nécessaire à la justesse de l’analyse. Lors du premier visionnage de Rosetta, je me suis justement autorisée cette rencontre. Comme un spectateur lambda, j’ai inconsciemment habité le quotidien « documentarisé » de ce personnage de fiction le temps d’une unique immersion. Une fois consciente et avertie de la dimension affective de Rosetta, j’ai considéré le film plutôt comme une succession de plans réfléchis et travaillés qu’une globalité émotionnellement absorbante.

Coline CESBRON