Archives par mot-clé : recherche

Voilà qui invite à la réflexion !

Consigne : C’est le bazar dans ma tête … (ou pas).

Dans un premier temps, je voulais préciser ma première idée : l’opposition entre tradition et modernité dans le film de Miyazaki. En reprenant ce travail, je me suis rendu compte des limites de cette problématique, il serait difficile de l’affiner ou de la développer. Après avoir vu une nouvelle fois mon film, j’ai eu envie de travailler sur ce qui m’apparaissait alors comme une évidence : le conte initiatique. Dans ma recherche de problématique, j’ai trouvé plusieurs pistes plutôt vagues qui demandent encore un approfondissement. Mes différents questionnements m’ont menée à d’autres réflexions qui ont fini par m’embrouiller. En effet, je me retrouve avec des idées partant dans tous les sens qui ne sont pas encore assez précises.

Me voilà avec tout un tas de questions qui forment la base de ma réflexion : Pourquoi le réalisateur utilise le compte initiatique ? Quel est son but ? Et qu’est-ce qu’il veut nous dire ? Comment le traite-t-il ? Je ne veux surtout pas me perdre et perdre du temps dans tout ce marasme d’idées et de pistes. En utilisant la méthodologie de l’entonnoir, j’ai pu préciser ma pensée. Après quelques échanges avec les chargés de mémoire, je me suis rendu compte qu’il était tout à fait possible de rapprocher mon ancienne problématique avec ma nouvelle idée. Il ne reste plus qu’à trouver les nouveaux éléments en rapport avec le conte et de les incorporer dans mon ancien travail.

Lisa Delpech

Esprit martyrisé ! Mais esprit libéré !

L'Assoiffé Guru Dutt 1957

Depuis plusieurs mois, je n’ai qu’une idée en tête : trouver le sujet de mon mémoire. Et voilà qu’un jour, comme une évidence, j’ai trouvé mon sujet. Pourtant, depuis ce jour-là, c’est la confusion dans mon esprit. Mon idée était pourtant claire. Seuls les éléments pour la traiter et l’exploiter me font défaut. Confus, je ne sais donc pas par où commencer face à la multitude d’informations qui traversent mon cerveau. Un jour je tente de définir la représentation du poète dans la société. De là, les questions s’enchaînent: Quelle époque ? Quel poète étudié ? Comment le définir ? Puis, de la confusion naît la panique. Le temps, les aiguilles de l’horloge qui tournent et cette incapacité à trouver des réponses. Cette peur de ne pas savoir traiter mon sujet et de ne pas m’organiser face aux informations a contribué à mettre « le bazar dans ma tête ».

Pour remédier à cela, mon entourage a été important. J’ai parlé de mon mémoire autour de moi, ce qui m’a permis de prendre un certain recul. Ainsi, j’ai pu faire le tri et ranger ce bric-à-brac confus. Mes amis, ont su me guider vers l’essentiel : gérer mon temps et sélectionner les bonnes informations. Ma directrice de mémoire, madame Martine Versel a su m’appuyer et m’aider à cibler mon travail de recherche. J’ai pu trouver ma problématique et une bibliographie correspondant à ce sujet. Tout cela m’a permis de reprendre confiance en moi et de repartir sur une nouvelle façon de travailler, sans panique ni confusion.

Najib Mabchour

Découverte d’un Parcours

Road trip en duo, questionnements sur une famille… la découverte de ce projet de fiction a été étonnante, de par le sujet traité, mais également sur le simple fait de son existence, que nous ne soupçonnions pas. Un projet qui restait en sommeil sans qu’on le sache. Voyage entre colère et amour, ce projet captive et devrait parler à beaucoup de personnes. Il montre à quel point la famille peut-être source de mystères, de conflits, mais témoigne également des forces qu’elle exerce pour pouvoir aller de l’avant. Un sujet universel et intemporel.

En prenant connaissance de la version actuelle du scénario, l’histoire et les personnages m’ont touchés. Bien que le travail d’écriture ne soit pas terminé et qu’un axe demande à être précisé pour ancrer le projet dans un format de court-métrage, des éléments viennent rendre l’histoire vivante, par des dialogues et des pointes d’humours notamment. Certains passages encore flous donnent envie de s’investir dans le projet pour les retravailler et les rendre utiles à l’histoire. C’est ce sentiment, que j’ai eu lors de la lecture du scénario, qui m’a fait rapidement comprendre que le projet m’intéressait et que je souhaite en faire partie, pour le porter vers une finalité.

Sylvestre

La lutte des sentiments

 Consigne: Mon film, entre amour et haine.

« Hunger », film réalisé par Steve McQueen sorti en 2008. A sa sortie en salle, j’étais alors âgée de 18 ans. Je ne me souviens pas clairement du sentiment que j’ai éprouvé lorsque les images ont percuté mes yeux, mon corps, mon esprit plongés dans la noirceur de la salle de cinéma. Ce qui a pourtant marqué ma mémoire est le mal-être ressenti à mon retour à la « réalité » après ces une heure et quarante minutes intenses. Choquée, par la dureté des coups et par la violence indescriptible, attristée, par la lutte de cet homme conscient de son auto-condamnation et chamboulée par cette histoire relatant des faits historiques. Voilà l’état d’esprit dans lequel je me trouvais malgré moi. Cependant, je ne peux nier l’entière admiration ressentie à ce moment là envers ce réalisateur qui m’a transporté pendant près de deux heures, me faisant oublier le monde extérieur tant je me suis sentie envoutée par les images saisissantes et d’une beauté rare. Au moment de faire un choix en septembre, je n’ai pas réfléchi longtemps.

L’aspect le plus compliqué de mon travail de recherche fût de regarder le film de la manière la plus neutre possible. En effet, lors du premier visionnage il a fallu que je me concentre sur chaque détail afin de trouver rapidement une problématique. Je me suis rendue compte dès les premières minutes que malgré toute ma volonté, il me serait impossible de me détacher totalement de mes sentiments tant le film me transportait. Toutefois, une image a changé la donne. Bobby Sands, personnage principal du film, transporté après un passage à tabac, dessine par son corps meurtri une croix. Dès lors, des détails auxquels je n’avais pas prêté attention, m’apparaissent comme une révélation. Ma problématique est trouvée.
Cette image porteuse de sens a été le déclic me permettant de passer outre mes sentiments et de me positionner en amont de ce film qui auparavant m’écrasait par sa puissance. Commence ici un travail de longue haleine qui va absorber toute ma concentration et me permettre d’aborder le film d’une manière différente tout en y prenant autant de plaisir.

Emilie Donès

« Sacré mémoire »

 Consigne: Mon film, entre amour et haine.

La première chose qui m’a attiré avant même d’avoir visionné ce film est son nom ; « Kadosh » signifie « sacré » en hébreu.  N’ayant pas une grande connaissance de la religion Juive et de sa culture, ce film était pour moi l’opportunité de découvrir un nouvel univers.  Lorsque j’ai vu le film pour la première fois,  j’ai découvert  deux mondes : celui des Juifs Orthodoxes et celui du réalisateur. J’ai été séduite par la façon qu’à Amos Gitai de raconter une histoire. J’aime la manière qu’il a de filmer ses acteurs, mais aussi son don pour dire les choses implicitement. Bien que les nombreux plans séquences rendent l’oeuvre assez lente, j’ai été totalement aspiré. Cette lenteur m’a permis de m’imprégner des personnages, de sentir leur détresse et leur mal-être.  Ce respect du temps donne une dimension très réaliste au film.  « Kadosh »  a réussi  a faire naître en moi un malaise, comme celui qui règne tout au long du film. Il m’a touché par son esthétisme et par les sujets qu’il traite : il dénonce sans accuser.

Tout d’abord, j’ai commencé par faire des recherches sur le contexte social et historique d’Israël, de Jérusalem et de ses habitants. Parallèlement je me suis intéressée plus en détails à la culture juive. L’ensemble de ces recherches m’ont permis de comprendre de nombreux éléments. Une fois le fond du film entièrement assimilé, la forme et l’esthétisme des images m’ont sauté aux yeux. J’ai alors réalisé toute l’importance de l’utilisation du plan séquence et d’un cadre particulier. Alors, la problématique du TPR s’est dessinée presque naturellement. Je me suis tournée vers la piste de « l’enfermement », comment au travers de l’image Gitai enferme les protagonistes de son histoire aussi bien physiquement que psychologiquement.

Alexia DI CIOCCIO