Archives par mot-clé : recherche

Une UNIQUE question

(cc) Camille Nivat (22/11/15)
(cc) Camille Nivat (22/11/15)

 

Consigne : “Ma problématique, un casse-tête chinois”

Un an. Un an à s’informer sur un réalisateur, à étudier, analyser, décortiquer l’un de ses films, Million Dollar Baby. A essayer de déceler les différents sujets abordés. Et le voilà, le mémoire final du Master 2 ! Cela signifie se résoudre à analyser un unique sujet. Mais comment se décider, comment choisir ? J’ai débuté l’année en pensant travailler sur le thème de la culpabilité, et ce, en me focalisant d’avantage sur le personnage de Frankie. Une multitude d’approches se sont présentées à moi : l’angoisse, la perte, la solitude… Mais aucune ne me convenait. C’est alors que plusieurs interrogations m’ont traversé l’esprit. Pourquoi me restreindre à Frankie ? Après tout, le personnage de Maggie ne me parle-t-il pas d’avantage ? C’est ainsi que mon regard a basculé ; je me suis concentrée sur le personnage de Maggie. J’ai alors interrogé l’histoire de cette jeune femme. Qui est-elle ? Que fait-elle ? Et surtout que recherche-t-elle ? J’ai énoncé un sujet général : la Liberté au travers du sport. J’ai sélectionné les séquences qui me semblaient en lien direct avec ce sujet et je les ai analysées. C’est ainsi que le concept de la reconnaissance est apparu et s’est imposé au centre de mon mémoire.

Reste encore à énoncer la problématique ! Une unique question, qui vient porter l’ensemble d’une réflexion. Il est impératif de choisir les termes avec le plus grand soin. Et comment les choisir sans en connaître le sens exact, la profondeur? Il me faut donc poursuivre avec un travail de recherche poussé, visant à définir de manière détaillée le besoin de reconnaissance. Mais en aucun cas il ne faut se détacher de l’objet filmique – Million Dollar Baby – autour duquel tourne la problématique elle-même et l’ensemble de la réflexion qui en découle. Je me suis donc recentrée sur mon film et j’ai observé l’évolution du besoin de reconnaissance de Maggie. Comment se traduit-il ? Par quels moyens Maggie compte-t-elle l’assouvir ? Par qui Maggie souhaite-t-elle être reconnue? Pourquoi ? Et surtout comment cette quête se termine-t-elle ? J’ai alors pu distinguer deux types de reconnaissance. Une première, une reconnaissance sociale qu’elle obtient par la boxe, un sport de spectacle. Le public l’applaudit, clame son nom. Mais cette reconnaissance est-elle véritable ? Suffisante ? Une seconde, de l’ordre de la reconnaissance affective. Maggie souhaite être reconnue par Frankie ; dans un premier temps comme boxeuse, puis comme fille. Dans quelle mesure le second type de reconnaissance présenté prévaut sur le premier ? Il est important d’ajouter que cette quête de reconnaissance aboutit à la mort de Maggie. Alors en quoi ce désir est-il destructeur ? Beaucoup de questions auxquelles il faut répondre…

Camille Nivat

Objectif mémoire !

alix grinsell 20/11/2015
alix grinsell 20/11/2015

 

Consigne : “Ma problématique, un casse-tête chinois”.

Après avoir passé un certain temps à lire des livres en tout genre, bons comme moins bons et une fois l’axe de réflexion choisi, la question de la problématique se pose : mais comment la trouver ? Comme son nom l’indique, la problématique pose un véritable problème. Comment, pourquoi, en quoi ? Il faut qu’elle mette en avant toute les interrogations soulevées lors de cette première phase de réflexion. Une bonne problématique est capable de lier tous les axes du mémoire.

Dans un second temps j’ai pris le temps de m’entretenir avec des personnes, issues ou non du milieu du cinéma. C’est cette étape-ci qui m’a permis une meilleure appréhension du sujet, j’ai ainsi pu démêler les thèmes les plus importants de ma réflexion, ce qui m’a aidé à élaborer une problématique pertinente.

Pour ma part, le sujet dont je souhaite parler dans mon mémoire est explicite. Lorsqu’on regarde le film  Bonnie and  Clyde on ressent une véritable admiration envers eux, ce sont de vrais héros modernes. Ils sont à la recherche d’une liberté mais d’une liberté peu commune : une liberté destructrice car ils y trouveront  la mort.

J’ai donc souhaité traiter la question : comment Arthur Penn utilise-t-il le personnage de Clyde pour offrir une liberté à Bonnie ?

Alix Grinsell

Antoine et Coline

Billet MOI ET MON PERSONNAGE
Coline Portet (26/10/2015)

Consigne : “Mes personnages & moi”

Antoine Doinel, mon ami le plus fidèle. Après un an passé à l’étudier,  je me rends compte qu’il y a encore plein de facettes de sa personnalité à explorer. Antoine est un personnage unique et complexe qui ne me ressemble pas du tout. Personnage principal des 400 coups de François Truffaut, il est également le sujet de quatre autres films formant la saga Doinel. Antoine est donc un personnage que je connais bien, qui évolue et grandit sous mes yeux.

Anti-héros, égoïste et généreux, drôle et cultivé, léger et grave, sensible et détaché, fidèle et curieux, brut et poétique… Antoine n’est ni bon, ni mauvais, ni Bien ni Mal. Il se cherche, doute, fait des erreurs, change d’avis.
Après de longs moments de réflexions je parviens enfin à comprendre mon admiration incessante et ma tendresse pour ce personnage si touchant. Antoine a un caractère très différent du mien, cependant je me sens infiniment proche de lui par sa proximité et son humanité. Son statut dépasse celui du personnage fictif pour se rapprocher au plus près d’une personne réelle, quotidienne, banale et complexe.
François Truffaut façonne son personnage fétiche à son image. Antoine est donc un mélange entre le réalisateur et son interprète Jean-Pierre Léaud. L’acteur l’enrichit de sa propre expérience et lui donne vie avec sa voix et sa gestuelle.
Antoine incarne un fabuleux mélange entre deux êtres qui me fascinent. Il est pour moi le plus beau personnage cinématographique qui témoigne de mes goûts et de ma sensibilité.

Coline Portet

Mémoire d’un voyage

Consigne : Ma problématique, une odyssée !

Travailler le thème de la maternité dans un film dont le sujet principal n’est pas celui-ci rend, selon moi, la recherche encore plus intéressante. Il ne s’agit pas là d’une sorte de masochisme qui viserait à faire compliqué quand on pourrait faire plus simple, mais faire un voyage dans un endroit inconnu m’a semblé pouvoir le rendre encore plus enrichissant. En effet, la maternité est visible au-delà des personnages des mères présentes dans le film. La maternité est à prendre dans un sens large car c’est une odyssée qui ne se limite pas au fait de donner la vie. La maternité est bien plus complexe encore. Ce travail de recherche a pour but de comprendre la pluralité de ce terme et en quoi Pedro Almodovar, dans La piel que habito, nous donne à voir de nouveaux modèles de maternité.

Muni de ma longue vue et de ma boussole, j’ai vu ce pèlerinage vers l’univers de Pedro Almodovar comme pouvant être compliqué, de par le nombre de chemins pouvant être empruntés. Un film riche et aux nombreux thèmes impose des choix. J’ai pensé à prendre la direction du genre et du transsexualisme en pensant que l’objet le plus important du film était là. Mais le voyage était risqué. C’est alors qu’une autre voie s’est ouverte : la question de l’enfermement. Encore une fois je ne savais pas comment prendre cette route. C’est enfin la maternité qui m’est apparue comme meilleur moyen d’appréhender le film, en tentant de montrer en quoi le réalisateur nous donne à voir, à travers les personnages du films, de nouveaux modèles de maternité et comment il met un pied dans la modernité. Mais plus que d’arriver à une conclusion, c’est le trajet qui aura été utilisé qui aura son importance.

Sylvestre

La liste du Père Noël

 Consigne: C’est le bazar dans ma tête… (ou pas)

C’est sans appel, c’est le bazar dans ma tête. Le travail préparatoire qui a été réalisé l’an passé apparaît maintenant comme un éventail de pistes. Il va falloir trouver un vrai axe de recherche dans cette chose qui, pour l’instant, ressemble plus à une liste du Père Noël qu’à une étude cohérente. Le corps, les études de genre, l’art, la religion, l’enfermement… « Voilà, c’est ça, l’enfermement sera mon sujet d’étude ! » Tout paraît simple quand on a une idée et qu’on pense savoir l’argumenter, mais une idée en soulève d’autres et on se rend alors vite compte qu’on est peut-être encore plus perdu qu’avant. Comment définir l’enfermement ? Le terme est-il vraiment approprié ? Est-ce une notion trop subjective ? Comment la lier au genre ?…

Pour mettre de l’ordre dans cette liste au Père Noël d’un enfant indécis, commençons par l’exposer à d’autres personnes pour avoir un avis extérieur. Effectivement, il manque quelque chose pour que tout s’organise. Faisons alors l’hypothèse que l’enfermement et le genre sont deux notions pouvant se rejoindre. Viens alors le moment de lire plus en profondeur des études faites sur le genre, par Judith Butler par exemple, et voyons où cela nous mène et si un lien peut être fait avec d’autres études. Il serait également important de voir en quoi chaque personnage du film peut vivre un enfermement, en listant les caractéristiques de chacun. Enfin, à partir de ces recherches, l’enfant indécis saura se raisonner et s’épanouira avec un unique cadeau… ou pas.

Sylvestre