Archives par mot-clé : question

Une réponse sans question…

Seule face à la difficulté - Rosetta
Seule face à la difficulté – Rosetta

Consigne: ma problématique, une odyssée!

On parle d’une « odyssée » pour qualifier les périples qu’une personne vit ou effectue. Définir une problématique c’est un peu ça. Si je m’en réfère à la méthodologie, une problématique c’est “poser une question à partir de laquelle un plan doit découler”. Elle se construit par tâtonnement, par des allers-retours entre l’intuition et les lectures, entre la théorie et les faits ». En théorie, l’exercice semble plutôt simple, et pourtant ! L’objet de mon travail jusqu’à présent a été le réalisme du film Rosetta, des frères Dardenne. A la limite du documentaire, le film est composé d’images simples, épurées mais puissantes. Si ce réalisme éveille mon intérêt c’est parce qu’il s’appuie sur un désir de présenter le quotidien en l’état, avec un personnage fort auquel je peux m’identifier. Rosetta ne ment pas, elle « fait du spectateur un témoin de la réalité ».

Cette année j’ai décidé de préciser l’objet de mon travail en le rapprochant d’un courant cinématographique datant de l’après-guerre : le néoréalisme italien. Le cheminement jusqu’ici a été plutôt simple. Si Rosetta, et l’œuvre des frères Dardenne en générale, sont reconnus pour leur aspect réaliste, ils sont fréquemment comparés au néoréalisme italien. Les frères Dardenne avouent d’ailleurs s’en être très inspirés. Mon travail va ainsi consister à montrer en quoi Rosetta se rapproche tant de ce courant. Pour cela, je dois avant tout définir avec justesse une problématique dont la formulation marquera la fin d’un périple. Car si aujourd’hui je connais la réponse, sachez que je cherche encore la question…

Coline Cesbron

Guerre créatrice ?

Buffle africain
Buffle africain

Et si les contours se dessinaient ? Après avoir complexifié ma pensée au point de ne plus rien comprendre du tout et avoir proposé une problématique du type : “La guerre fournit-elle le terreau nécessaire à l’édification d’une civilisation nouvelle avec ses propres mythes et restrictions morales ? “, la clarification pointe son nez.
Cette proposition pleine de redondance m’a tout de même amené à une question. De tout temps, les guerres ont marqué l’histoire de l’homme et notre civilisation s’est toujours écrite dans le sang. Pourquoi ? Le lien entre la violence et la nature humaine est indéniable et déjà maintes fois exploré. Qu’est-ce que nous ont amené ces guerres ? Il semblerait qu’elles aient souvent été cause d’émancipation sociale (augmentation des salaires de la classe ouvrière durant la Seconde Guerre mondiale) ou économique (les Trentes Glorieuses à peu près partout en occident). C’est donc le caractère non pas inhérent à l’être humain mais bien nécessaire à la civilisation de la guerre qui est posé. La guerre est-elle créatrice ? La guerre est-elle le seul moyen que l’homme a pour avancer ?

Je suis gêné par cette question qui en fait me taraudait depuis longtemps depuis les premiers travaux autour d’Apocalypse Now, sans pouvoir mettre de mots dessus. Je n’avais pas pris conscience de sa clarté et me poser cette question me dérange. Elle compromet par un paradoxe évident ma vision humaniste et progressiste du monde. L’humaniste ne cherche pas de bouc émissaire, il cherche l’union, le progressiste, cherche évidemment le progrès social. L’un appellerait au pacifisme, l’autre à la guerre. C’est une vision du monde extrêmement pessimiste que nous propose Coppola. Une vision appuyée par les mythes, par l’historie des civilisations et par des recherches ethnologiques qui semblent conséquentes en vue de mes premières pistes. Apocalypse Now n’est bien-sûr pas une preuve, c’est une question. Mais qu’est-ce qui ronge le colonel Kurtz au fond? C’est justement une question.

 

Jonathan Rochier

Problème à tique

Consigne: C’est le bazar dans ma tête… (ou pas)

Au départ j’étais comme perdue ; après avoir brassé de multiples informations et avoir exécuté un travail de recherche de terrain (rendez-vous auprès de maîtres de conférences) et empirique (livres, internet, vidéos), je pensais avoir fait le maximum, et pourtant, quelque chose n’allait pas. En effet, il s’agissait de ma problématique dans mon TPR, qui se résumait en une phrase : de quelle manière l’organique est mis en exergue dans les travaux de David Cronenberg. En prenant du recul sur mon travail, j’ai alors compris que cette dernière était trop vaste et qu’au lieu de prendre pour fil conducteur l’organique, je le prenais pour thème. Ce qui changeait ma démarche puisque je n’apportais plus une réponse, je me contentais de prouver que ce dernier avait une place prépondérante dans les travaux de David Cronenberg en signalant systématiquement sa présence.

            Cette année, j’ai réfléchi à un plan qui me permette à la fois d’aborder ce sujet vaste et complexe tout en peaufinant ce dernier afin de pouvoir le développer avec plus d’efficacité. L’hypothèse est large et permet de faire un balayage du travail de David Cronenberg afin de parler de son univers si particulier. Ainsi, je pourrai prouver que l’organique est l’outil qu’utilise le réalisateur pour nous parler des sujets abordés. Cependant la réponse ne serait pas complète si l’on ne sait pas pourquoi, et qu’est-ce que cela apporte. Pour cela, j’ai donc choisi dans ma deuxième partie de prouver en quoi l’organique apporte un autre regard en comparant eXistenZ avec Minority Repport, de Steven Spielberg. Dans le second film, nous sommes confrontés à un monde technologique, contrôlé par les TIC et ces derniers prévoient même le comportement humain. Livrée à la merci des technologies, l’espèce humaine n’est plus vraiment organique : le protagoniste va se greffer de faux yeux, les patrouilles de police se font à l’aide de petit drones, jet pack… Autant d’éléments qui permettent d’entrevoir un futur bien différent que celui abordé dans eXistenZ et qui me permettront, en comparant ces deux univers, de souligner les possibilités de l’organique et de ce fait, son importance.

Soline Testard