Archives par mot-clé : puzzle

Dans ma bulle

Sans titre 4
Coline Portet 23/11/15

Consigne : “Ma problématique, un casse-tête chinois”.

Avant d’entamer cette nouvelle année, élaborer mon mémoire me paraissait être un moment enrichissant, excitant et passionnant.  Actuellement “en plein dedans”, je me rends compte que faire mon mémoire est également un moment déroutant. Choisir un axe de recherche, établir une problématique… Tous ces éléments ne sont pas évidents.  Une difficulté en entraînant une autre, c’est un véritable parcours empli d’obstacles qu’il me faut dépasser.

Étant passionnée par mon sujet, j’ai du mal à rester fixée sur un axe en particulier qui délaisserait tous les autres au profit de ce dernier. Pour m’en sortir et réussir à dégager le centre de mon mémoire : ma problématique, il m’a fallu trier, organiser, modifier… pour tout imbriquer. Après avoir listé toutes mes idées dans le désordre en créant une sorte de brainstorming, j’ai ensuite lié les éléments entre eux en utilisant un code couleur : à chaque idée son identité visuelle. Grâce à ce véritable arc-en-ciel, j’ai pu affiner mon sujet en développant et en définissant chaque groupe. Une fois ces éléments reliés, j’ai choisi de donner un titre à chacun de mes groupes afin de définir chaque partie et de pouvoir les mettre dans un autre groupe intéressant et cohérent. La structure de mon mémoire prend forme. J’ai mes idées, mes recherches, mes parties mais toujours pas de problématique. Bloquée à ce stade de mon processus je me suis fait aider par des personnes qui m’entouraient. Leur parler de mon mémoire m’a permis de bien définir le centre de ma recherche et ainsi de faire ressortir les mots-clés qui sont essentiels à la construction de ma problématique. Mélangeant les mots dans tous les sens, il ne me reste plus qu’à trouver la meilleure façon de les lier ensemble.

Coline Portet

Vertige

152806899

Ce qui était une jolie histoire portée sur le rêve et l’imaginaire se transforme aujourd’hui en un puzzle à mille pièces. Les paisibles interrogation métaphysiques sur le pourquoi de l’enfance s’effacent devant les chiffres et les cases d’un budget. Au secours, ais-je envie de gémir, il y en a partout ! Comment être sur d’être prêts le jour J – celui du tournage ? Une échéance qui approche… Vite. Gourmands et ambitieux, nous nous sommes mis d’accord pour réaliser les premières scènes en Janvier ! D’ici là, pour récolter les quelques centaines d’euros nécessaires à ne pas se trouer les poches, il va falloir se servir de notre dossier tout neuf pour frapper à quelques portes. Nous avons de la chance d’être jeunes, paraît-il ! La région est pleine de bourses destinées à des projets comme le nôtre et il serait dommage de ne pas s’en montrer à la hauteur. Mais présenter ce premier dossier artistique et financier sera comme un saut dans le vide… Je ressens une légère sensation de vertige.

Si ces demandes d’aides doivent être finalisées au plus vite il ne faut pas hésiter à en demander, justement, de l’aide, pour la marche à suivre. A notre stade, l’ambition ne doit pas dépasser l’humilité. Un dossier rédigé à tâtons, des mots jetés en vrac, encore quatre acteurs à trouver… Un “petit film” peut-vite ressembler à une montagne quand on met bout la recherche de décor, celle des acteurs, des accessoires, des costumes et autres éléments clés sans quoi le projet n’aurait pas le visage escompté. Et quand on s’auto-proclame co-productrice/assistante de réalisation/costumière il ne faut pas se préparer à chaumer ! Avons-nous vu trop gros ? Trop grand, trop vite ? Paraît-il que nous ne devrions avoir peur de rien. C’est un peu le challenge, un peu notre fierté aussi, de partir avec le minimum et tourner en équipe réduite en se chargeant d’à peu près tout nous-mêmes. Cela demande aussi deux fois plus de travail, de rigueur et de concentration.

Lucile Moyano