Archives par mot-clé : psychanalyse

De nouveaux horizons

Sigmund Freud
Sigmund Freud

Depuis septembre, la plus grande difficulté selon moi concernant le travail de mémoire a été de se replonger dans un travail qui était pour moi terminé. En effet, le Travail Préparatoire à la Recherche avait pour but de nous approprier le film qui sera l’objet de notre mémoire. Mais j’y ai passé tellement de temps et d’énergie que le rendu final était pour moi une fin en soi. Or, comme son nom l’indique, le TPR n’était que la préparation au mémoire, la base indispensable à poser avant de commencer le vrai travail de recherche qui nous attend maintenant. J’ai alors du mal à reprendre les idées que j’avais construites pour les déconstruire, les réordonner et reprendre un travail plus en profondeur.

Afin de pallier ce blocage, mon travail va obligatoirement passer par de nombreuses lectures. C’est je pense la seule manière de se détacher de l’analyse filmique déjà réalisée l’année dernière et de dégager de nouvelles pistes d’analyse, notamment au niveau psychanalytique, avec Sigmund Freud ou Philippe Jeammet par exemple. Mon mémoire portera sûrement sur le thème de la violence adolescente : des notions psychanalytiques et sociologiques me seront donc essentielles. Recouper ces nouvelles notions avec Deep End me permettra d’avancer de manière plus productive et de ne pas rester bloquée sur le premier travail effectué l’année dernière.

Tiphaine Robion

Paris, Texas, Bordeaux…

Consigne : Mon film, entre amour et haine. 

Paris, Texas. Un dossier noyé parmi tant d’autres : Rosetta, L’embryon, Tropical malady… Même pas un petit Batman qui traîne,  non, rien que des titres  inconnus. Allez, j’en regarde quelques-uns et on verra bien… Paris, Texas : du blues joué au bottleneck, des paysages grandioses, une relation père/fils émouvante et une actrice principale franchement mignonne. L’embryon : une femme fouettée pendant deux heures et demi. Le choix est difficile… Paris, Texas. Je ne suis hélas pas le seul à l’avoir choisi. Une guerre froide commence. Il va falloir se la jouer diplomate et faire changer d’avis l’une de mes collègues. La bataille est rude, mais je sors vainqueur… Paris, Texas. Nous allons devoir cohabiter ensemble pendant deux ans. On s’observe timidement. Je le soupçonne d’être un film à l’eau de rose. Lui me soupçonne d’être trop niais pour le comprendre. On verra bien…

Les soupçons s’estompent finalement très vite. Après l’avoir vu, revu, découpé, retourné, le film ne devient plus qu’une simple grille d’analyse. Tout est clair : l’histoire, les personnages, les décors… Seulement, je réalise que je reste indifférent à son auteur, ce fameux Wim Wenders. Je dois lui faire face. Quelque chose de clair et d’évident ressort de ses bouquins : c’est un obsessionnel des Etats-Unis. Tel un psychanalyste, j’essais alors de me faufiler dans son esprit. Je creuse dans ses neurones. Je vis dans ses rêves. Je veux et dois assimiler son point de vue. J’essaie de comprendre son rapport personnel à l’Amérique. Comment se la représente t-il ?  Comment nous la présente t-il ? Pourquoi de telle manière et pas d’une autre ? Une nouvelle lecture du film s’opère donc, problématique en tête. Je le perçois désormais comme une ethnographie que l’auteur et son altérité conçoivent pour et par l’image.

 

Tristan Leyri