Archives par mot-clé : projet

Dossier infusé

Je pense réellement que le projet Sciences Infuses a de l’avenir. Depuis le début je trouvais que l’idée de Fanny Galou était ambitieuse et plus nous développons ce concept, plus j’entrevois les solutions qui s’offrent à nous. Au delà de la motivation de chacune d’entre nous et de la bonne ambiance qui règne dans le groupe, l’objectif de cette émission est innovant et nous garantira par son originalité des opportunités de marché qui sont largement sous-exploités pour le moment. Ainsi, ce projet d’avenir a toutes ses chances de percer si nous nous donnons la peine de persévérer dans cette voix.

Depuis le dernier billet nous avons confortées les bases en travaillant sur le concept que nous avons développé et amélioré. En nous inspirant d’émissions déjà parues (« Le joueur du grenier », « C’est pas Sorcier »…) nous avons trouvé notre propre identité avec un plan pour l’émission s’articulant autour d’une démonstration liée à la technologie présentée, le générique, les explications scientifiques simplifiées appuyées -ou non- d’archives avant de terminer sur des perspectives farfelues pour conserver un côté léger. Enfin, nous sommes toujours lancées dans cette folle aventure qu’est Sciences Infuses et sommes en train de monter un dossier afin de donner un aspect professionnel et concret à nos idées.

Soline TESTARD

To be continued…

Alison Goizet (28/11/2014) (cc)
Alison Goizet (28/11/2014) (cc)

A ce jour, notre projet est un peu au point mort. En effet, nous devions avoir un premier contact avec un responsable de l’école mais, malgré de multiples appels de la part de Najib, cela n’a pas abouti. Le dossier artistique quant à lui est rédigé et reflète le plus honnêtement notre projet. Personnellement, j’ai un peu plus de difficultés à m’impliquer pleinement dans le dossier et tout le reste puisque j’ai moins d’expérience dans ce domaine que mes camarades. Je n’ai pas fait de stage au sein d’une société de production, je n’ai donc que les cours de l’année dernière sur lesquels m’appuyer. De plus, ce n’est pas ma matière de prédilection.

Cependant, je pense qu’avec des efforts supplémentaires et à travers l’expérience de mes partenaires, je vais réussir à m’impliquer davantage. Quant au problème de communication auquel nous sommes confrontés, nous n’avons pas trouvé d’autres solutions que nous déplacer directement sur le lieu en question. Ou bien se contenter de faire comme si nous allions aboutir le projet et aller le plus loin possible dans la réalisation de celui-ci. Cette dernière solution n’est pas non plus une solution de fatalité puisque cela nous permettra d’avoir une expérience supplémentaire dans le domaine de la production.

Goizet Alison

Qui n’avance pas recule

Bientôt deux mois, que je me suis lancé dans un projet de film documentaire. Force est de constater qu’aujourd’hui les choses n’avancent pas énormément. Pourtant, malgré un volontarisme de l’équipe, nous sommes toujours au même point depuis plusieurs semaines. Notre seul désir, rencontrer le directeur de l’école où nous voulons tourner. Malgré de multiples relances, nous n’avons toujours pas d’interlocuteur à qui exposer notre projet. Nous sommes face à un directeur qui voyage énormément et qui est très peu présent dans son établissement. Le temps qui passe et cette incapacité à avancer fait perdre peu à peu l’espoir de réaliser ce film documentaire.

Notre sujet nous intéresse, projet engagé et instructif. Tout en ayant cette envie de réaliser le film documentaire, je suis conscient que le processus peut être long et compliqué. Il faut savoir être patient tout en essayant de maîtriser son temps. Le plus important pour nous, c’est de rencontrer le directeur de l’école. Certains documentaires mettent plusieurs années avant d’aboutir. J’ai l’intime conviction que nous allons réussir à entrer en contact avec nos interlocuteurs, même si pour l’instant, nous sommes les témoins d’une institution mal organisée et qui ne communique pas assez. Mais, ce qui nous fait tenir c’est cette envie de s’exprimer à travers l’image: tourner un film documentaire est immensément gratifiant et enrichissant  

Najib Mabchour.