Archives par mot-clé : projet

La route est encore longue !

(cc) Maelys Gosset 23/10/2015
(cc) Maelys Gosset 23/10/2015

Copains comme cochons, Larrons et Lardons… Le titre est encore à déterminer mais tout le monde a l’air emballé par le projet ! Le scénario du teaser est prêt pour lequel les idées ont fusé. De manière assez naturelle, tout le monde y a mis sa petite touche personnelle. Notre  « Arthur », soyez en sûr, il va en voir de toutes les couleurs puisque le teaser ne trainera pas dans la longueur. Le rythme sera soutenu si le tournage se déroule sans déconvenue. Entre les images que l’on se fait dans la tête et ce qui est possible de réaliser et de tourner, je pense que l’on va devoir bricoler ! Mais avec imagination et conviction, j’ai la sensation que l’on tiendra bon.

Créer un teaser pour un projet comme « Copains comme Cochons », m’enthousiasme à fond. Je travaille sur le projet depuis le début et j’avoue avoir envie de nouveaux points de vue. Alors lorsque l’on a écrit le scénario, les idées ont fusionné avec brio. Puis le découpage plan par plan n’a pas été un désenchantement, mais plutôt une nouvelle source d’inspiration. Ça a surtout été l’occasion de se poser les bonnes questions. Effectivement, si le lieu de tournage est tout trouvé, à nous 6 les accessoires seront rassemblés. Quant à notre apprenti acteur québécois, on le remercie mille fois d’avoir accepté d’incarner notre « Arthur » si souvent idéalisé ! Mais un problème demeure et qui va peut-être nous prendre des heures… En rade d’Acadiane, on se sent pousser des ailes lorsque Louise propose de négocier une 4L ! Sinon tant pis, j’essaierai de transformer ma twingo, en camionnette rétro. Mais qu’importe, puisque chacune a son poste, on n’ira pas de main morte. La route est encore longue, pour qu’enfin, Arthur puisse rencontrer ses séniors vifs et futés ! Mais je ne me décourage pas, je pense que l’on tient là, une bonne équipe qui s’engage dans une aventure épique. Alors ne perdons pas le Nord et surtout que le tout le monde reste à bord !

Maelys Gosset

Casse-tête

(cc) Camille Coquereau (31/10/2015)
(cc) Camille Coquereau (31/10/2015)

Vents contraires, petit projet d’animation à l’état de mots doit à présent se faire une image. Six personnes pour mener le projet, c’est six visions différentes de cette histoire entre deux enfants.  Toutefois il faut se mettre d’accord car une seule représentation du scénario sera réalisée. C’est donc un casse-tête qui commence, celui du mélange des idées et des points de vues, des “je voyais cela plus comme ça” ou autres “on pourrait choisir cette couleur au lieu de celle-ci”. De ce méli-mélo d’idées nait notre petit film d’animation.

Puisqu’il faut bien se mettre d’accord un jour, une ébauche de story-board est faite. On sait alors quel cadre choisir ainsi que les objets qui seront visibles. Ceux qu’il faudra donc créer en priorité. Une direction de travail est donnée et ainsi le matériel à prévoir pour la réalisation de ces plans tests. Le plus important n’est pourtant pas encore fixé : à quoi ressembleront nos personnages ? Cette étape, la plus compliquée car aucune de nous ne sait réellement dessiner, est le challenge fixé pour la semaine. Gabriel et Victor auront-ils un visage qui plaira à tous ?

Camille Coquereau

Un projet qui en restera un

Sciences Infuses partait d’une belle idée : l’envie de vulgariser la science, de l’aborder avec humour tout en conservant le sérieux des propos. Nous en avons beaucoup discuté, et même débattu pourrait-on dire. Le projet a considérablement évolué en quelques mois. Nous avons matérialisé l’idée de départ à travers un dossier construit et détaillé. La réalisation de ce document nous a permis de nous renseigner sur ce qui existait déjà en terme d’émissions scientifiques, de cibler le public correspondant à notre idée et d’imaginer très précisément quel serait l’univers de la série. Cela nous a également donné l’opportunité de prendre contact avec un chercheur qui aurait pu devenir notre caution scientifique pour ce travail.

Malheureusement, ce projet ne se réalisera probablement pas. Du moins, il ne sera pas réalisé dans le cadre actuel (universitaire), ni avec l’équipe actuelle. Nous sommes en effet sur le point d’achever notre année scolaire ainsi que notre formation, sans avoir eu le temps de  concrétiser le projet. Sciences infuses restera donc de belles idées couchées sur du papier, dossier classé sur un disque dur. C’est un peu décevant pour nous de n’avoir pas pu mener ce projet jusqu’à son aboutissement. Mais peut-être que Fanny, la porteuse principale du projet, décidera plus tard, avec des moyens plus important qu’aujourd’hui, de ressortir le projet du tiroir et de passer à l’action. Car après tout, c’est avec des projets d’étudiants que l’on peut parfois lancer une belle carrière.

Elodie Chalumeau

A la croisée des projets

Notre projet est né d’une rencontre, celle d’Anouk. Son métier de professeur d’arts plastiques dans une école internationale nous a tout de suite inspiré. Nous avons donc monté un dossier artistique afin de pouvoir donner le jour à notre projet. Malgré nos efforts et nos lettres de demandes nous n’avons pas réussi à entrer dans cette école. Aujourd’hui le projet est en pause car nous n’avons plus aucunes nouvelles d’Anouk. Nous avons finalement décidé de laisser le projet de côté pour le moment. Puis nous avons réfléchi un certain temps à comment surmonter ce problème.

De nos discussions a découlé la recherche de nouveaux organismes qui initient les enfants à l’art. Ce qui nous a amené à contacter plusieurs structures sur Bordeaux, cependant les ateliers qu’elles proposaient ne correspondaient pas à nos attentes. Après quelques semaines de passage à vide nous avons fini par rebondir. Nous avons trouvé par le biais d’une amie, une association qui accompagne des adolescents de quartiers défavorisés. Cette association travaille en partenariat avec la mairie de la ville de Marseille. Elle propose aux jeunes de nombreuses activités pendant les vacances et les weekends. Ces activités sont aussi bien sportives que culturelles. Notre sujet initial sur la transmission de l’art à donc totalement été abandonné en faveur d’un questionnement sur la place de la jeunesse dans notre société.

 A. D

L’organisation, ça a du bon.

Maintenant que l’on s’est imprégné du scénario, que l’on a pu l’adapter pour plus de cohérence entre le fond de l’histoire et la forme d’un court-métrage, il nous faut maintenant en faire le dossier artistique. Le but est de continuer à monter le projet, dans les mêmes étapes qu’une production « classique ». Le dossier doit être complet, il a donc fallu travailler sur divers éléments : Plan de financement, notes d’intentions, de réalisation, de production,… Nous avons donc tenté de mettre en œuvre un processus de travail permettant de le faire au plus juste. Car de la qualité du dossier dépend la réussite des demandes de financement, et donc la vie du film.

Afin de monter ce dossier, nous avons partagé le travail à effectuer, pour que chacun puisse y mettre sa patte. L’ensemble des éléments ont ensuite pu passer d’une personne à l’autre pour être éventuellement complétés. Pour avoir un dossier le plus complet possible, nous avons également pensé qu’il serait important d’y faire apparaître des exemples d’images pour donner une idée d’ambiance possible pour le court-métrage. Pour ce faire, un partage de fichiers s’est mis en place à l’aide de Google Drive. Ainsi, la banque d’images a pu se fructifier. Cette mise en situation réelle d’un montage de projet permet de nous rendre compte de l’importance de l’organisation qui existe pour le mener à bien.

Sylvestre