Archives par mot-clé : problématique

Problématique planifiée

Consigne : Ma problématique, une odyssée 

David Cronenberg a réalisé une œuvre qui, comme tout bon film, connaît plusieurs angles d’approches. Il faut savoir que tous les thèmes abordés m’intéressent : l’identité, l’organique, l’univers et bien d’autres… Le problème est de savoir lequel choisir. Je me suis alors penchée sur le travail de David Cronenberg et me suis demandée ce qu’il souhaitait nous révéler à travers ses films. Ainsi le rapport au corps m’a sauté aux yeux. Il m’a donc semblé intéressant de creuser les moyens mis en œuvre pour traduire ce rapport si particulier. J’ai donc dû faire un choix qui s’est arrêté sur « Par quelles stratégies David Cronenberg redéfinit-il le corps au       cinéma ?». Finalement j’ai réussi à me réorienter vers une problématique en prenant du recul. Cette dernière permet la réalisation d’un travail plus en profondeur.

La démarche n’a pas été facile car le mot « comment » s’avérait plus handicapant que prévu. En effet, toutes les hypothèses qui me paraissaient plausibles commençaient par cette formulation. Ce n’est qu’après avoir terminé mon plan de mémoire que la problématique m’est apparue. Il fallait un sujet qui me permette de couvrir plusieurs points importants tout en restant pertinent. Ainsi j’ai choisi de m’orienter vers les métamorphoses du corps livrées à l’œil du caméraman, cela me permet d’aborder l’univers de David Cronenberg et son travail.

Soline Testard

Quand problématique rime avec tragique, comme solution à la rébellion

Consigne : Ma problématique, une odyssée !

Rébellion et tragédie dans Elvira Madigan de Bo Widerberg, voilà l’objet d’étude de mon mémoire. Je pense que la rébellion est essentielle dans ce film. En effet, elle englobe à la fois les actions des personnages et celles du réalisateur, l’histoire et le contexte, le bon et le mauvais côté des choses. Elle est donc au cœur de toute ma réflexion. La tragédie, quant à elle, m’intéresse parce qu’elle est le meilleur qualificatif de la rébellion du film. De plus, elle apporte avec elle une ouverture de la réflexion aux outils d’un art extérieur au cinéma: le théâtre. Elle implique également une manière particulière de faire passer un message fort à un public que le réalisateur désire voir actif.

Je vais donc tenter de déterminer quelles sont les implications de la cohabitation entre rébellion et tragédie dans le film Elvira Madigan de Bo Widerberg.  La rébellion est là depuis le début de mon travail sur ce film, parce qu’elle me semblait comme une évidence avant tout le reste. Son association avec la tragédie n’est que plus récente dans mon esprit. Mais c’était une évidence pour d’autres personnes que j’ai consultées pour ne pas m’enfermer dans des idées stériles ; une évidence parmi d’autres, comme l’amour ou la beauté. Mais après voir fait le tri, il se trouve que c’est celle qui, je pense, permettra d’aboutir à un travail novateur et fertile.

Elodie Chalumeau

Mémoire d’un voyage

Consigne : Ma problématique, une odyssée !

Travailler le thème de la maternité dans un film dont le sujet principal n’est pas celui-ci rend, selon moi, la recherche encore plus intéressante. Il ne s’agit pas là d’une sorte de masochisme qui viserait à faire compliqué quand on pourrait faire plus simple, mais faire un voyage dans un endroit inconnu m’a semblé pouvoir le rendre encore plus enrichissant. En effet, la maternité est visible au-delà des personnages des mères présentes dans le film. La maternité est à prendre dans un sens large car c’est une odyssée qui ne se limite pas au fait de donner la vie. La maternité est bien plus complexe encore. Ce travail de recherche a pour but de comprendre la pluralité de ce terme et en quoi Pedro Almodovar, dans La piel que habito, nous donne à voir de nouveaux modèles de maternité.

Muni de ma longue vue et de ma boussole, j’ai vu ce pèlerinage vers l’univers de Pedro Almodovar comme pouvant être compliqué, de par le nombre de chemins pouvant être empruntés. Un film riche et aux nombreux thèmes impose des choix. J’ai pensé à prendre la direction du genre et du transsexualisme en pensant que l’objet le plus important du film était là. Mais le voyage était risqué. C’est alors qu’une autre voie s’est ouverte : la question de l’enfermement. Encore une fois je ne savais pas comment prendre cette route. C’est enfin la maternité qui m’est apparue comme meilleur moyen d’appréhender le film, en tentant de montrer en quoi le réalisateur nous donne à voir, à travers les personnages du films, de nouveaux modèles de maternité et comment il met un pied dans la modernité. Mais plus que d’arriver à une conclusion, c’est le trajet qui aura été utilisé qui aura son importance.

Sylvestre

Petit à petit, l’oiseau fait son nid!

Consigne : Ma problématique, une odyssée !

Petit à petit l'oiseau fait son nid
Mon objet d’étude porte sur le succès international du film japonais Princesse Mononoké. L’idée est de mettre en avant le fait qu’un film, au demeurant ancré dans sa culture, est arrivé à traverser ses frontières et à toucher un public mondial. La perspective qu’un film puisse être apprécié dans des pays de cultures et d’histoires différentes me parait très intéressante. Chercher un facteur qui permet alors le succès d’un tel film est encore plus passionnant. En effet, le cinéma est un média permettant d’étudier notre société et de mieux aborder notre monde puis ses problématiques. Il me semble donc important d’utiliser le film comme un outil sociologique permettant de mettre en lumière des questionnements et réflexions sur une époque. Ainsi, je m’interroge sur ce qui a permis au film Princesse Mononoké de séduire à l’étranger?

Pour arriver à trouver mon objet d’étude, je me suis posée deux questions : qu’est-ce qui m’intéresse dans ce film ? Et qu’est-ce que je veux en dire ? Puis j’ai rédigé une liste de tout ce qui m’interpellait : l’opposition entre l’homme et la nature, la question de la place de la femme dans la société, les personnages à la fois mystérieux et complexes, l’inspiration de la culture japonaise. Puis j’ai pris du recul sur cette énumération pour trouver des points communs et dégager une idée. Qu’est-ce qui pouvait rassembler tous ces concepts ? Ainsi, ces notions m’ont fait penser à mes cours de sciences sociales. C’est à ce moment-là que tout paru plus clair et me permis de développer une problématique et un plan.

Lisa Delpech

Je ne comprends rien, ça n’avance pas…

Consigne : C’est le bazar dans ma tête … (ou pas).

« Qu’est ce qu’on attend de moi ? » C’est la question que je me pose régulièrement. Si cela paraît clair pour les professeurs, je dois avouer que pour moi, l’objectif de ce mémoire reste encore flou.
Que lire ? Quoi ajouter ? Où creuser ? Vers quoi partir ? C’est tant de questions qui restent en interrogation dans ma tête. En effet, pour mon directeur de mémoire, l’objectif est précis mais semble loin de ce que l’on nous demande dans la formation ; beaucoup de psychanalyses (l’amour, l’imaginaire, la fascination) et de concepts lointains pour moi qui aime plutôt les choses concrètes.
C’est pourquoi trouver de nouvelles idées dans ce brouhaha cérébral est compliqué.

Heureusement, les rendez-vous avec mon directeur de mémoire permettent d’avancer petit à petit, même si l’objectif final est loin d’être clair. Ensemble nous définissons des objectifs à court-terme (pour la prochaine rencontre), ce qui permet d’avancer pas à pas.
Il m’a fallu définir les mots-clés des thèmes de mon film : amour, cinéma, fascination… pour découler sur des questionnements qui aboutiront à une problématique. De plus, ses conseils de lecture sur l’amour, l’imaginaire, le mélodrame au cinéma vont pouvoir enrichir ma future analyse.
Il s’agit donc maintenant de lire ces ouvrages et parallèlement prendre le temps de réfléchir, poser les questions et sortir une problématique qui pourrait englober tous ces concepts en rapport avec « La Rose pourpre du Caire ».

Laëtitia