Archives par mot-clé : problématique

Quand le noir devient or

(cc) Julie.T
(cc) Julie.T

Consigne :  « Ma problématique, un casse-tête chinois »

Il y a un an, le choix de Blade Runner de Ridley Scott a été motivé par un questionnement personnel et somme toute un peu inconscient : qu’est-ce que l’homme ? Le film dérangeait par sa capacité à nous mettre en face de robots, les répliquants, par moment plus humains que les habitants du Los Angeles de 2019. Au travers du travail préparatoire de recherche, j’ai surtout posé la question de la liberté de création vis-à-vis du combat du réalisateur tout au long du processus de création, qui s’est seulement achevé en 2007 avec une Final Cut officielle. Dans le prolongement de ce travail, ma première problématique a été la liberté de création que prend l’Homme sur la nature. Cette liberté de création passe par l’industrialisation totale de la planète et la création d’une vie robotique. Le personnage de Tyrell incarne parfaitement ce sentiment de toute puissance que l’homme pense avoir sur la nature En effet, ce dernier crée son image en tout point alors que jusqu’à présent seul Dieu pouvait le faire. A la réflexion, cette problématique m’entraînait sur les chemins de la religion. Or, le sentiment de passer à côté de ce qui était l’essence du film devenait oppressant. Je suis revenue alors sur ce qui avait motivé mon choix, la question de l’humanité et des robots.

Le casse-tête a débuté quand il m’a fallu déterminer comment j’allais m’y prendre. Les pistes de recherches se sont éclairées : la robotique, l’intelligence artificielle, l’homme, la pensée, pour ne donner que les grands thèmes. Toutefois, il me manquait mon angle d’attaque. Blade Runner est un film emprunt de nostalgie d’une humanité perdue où le poids de la ville et du temps font peser une ambiance morbide et aliénée. La vision de l’humanité y est noire et sans illusion ou mensonge. Pourtant, je ne cessais de voir dans les répliquants, mis en opposition avec l’homme, la piste de ce qu’avait perdu cette humanité : l’envie de vivre et de ressentir des émotions aussi diverses que la peur et l’amour. L’opposition de l’homme et du robot, donné presque comme son égal dans le film, révélait les motifs essentiels que l’homme perdait dans l’aliénation de la ville, de la technique et de son sentiment de supériorité.  Loin de voir une promesse noire, je voyais dans Blade Runner une anticipation fictionnelle propre à nous mettre en garde. Si nous regardons bien le film, il nous questionne sur nous-même et l’on ressort pris de l’envie de retrouver cet appétit de vivre, appétit conscient ou non. Finalement, je me suis rendue compte que je souhaitais proposer une définition de l’homme en utilisant un axe positif. Comment justifier ce positivisme ? Je remercie alors Sophocle et ses trois paradigmes : l’homme, l’animal et la machine.

Julie T.

Quelle avancée…

Consigne: « Mon travail de recherche, alors… heureux? »

En proposant mon Travail Préparatoire à la Recherche fraichement rédigé l’année dernière, j’étais sûre du travail que j’avais fourni. Selon moi, les idées étaient bien exposées et répondaient entièrement à la problématique posée. Alors, quand en septembre on m’a demandé de trouver les failles de ma rédaction et de cibler les nouvelles idées à développer ma réponse fut brève: « J’ai déjà tout dit ». 
Les intervenants m’ont alors aiguillé en me disant que j’allais forcément trouver des propositions nouvelles mais que cela demandait du temps et une certaine organisation. Totalement cloisonnée par les barrières imposées par le TPR, j’ai commencé à paniquer pensant que je ne trouverais jamais une manière de creuser le sujet.

Et bien non, je n’avais pas tout dit. En relisant attentivement l’ensemble de mon travail, de nombreuses parties me sont apparues comme obsolètes. La rédaction alors épurée, une nouvelle problématique s’est dessinée. Repartir sur une problématique ciblée et claire m’a permis d’avancer chronologiquement et de créer un cheminement rédactionnel qui fait sens. 
J’ai alors compris grâce à la rédaction de ce mémoire que l’organisation était le maître mot de tout travail de recherche. En partant d’une idée claire, les sous-parties et paragraphes s’enchainent de manière naturelle et le travail qui en découle est simplifié. J’ai alors découvert une nouvelle manière de travailler basée sur l’organisation qui me sera utile tout au long de mon parcours professionnel.

Emilie D.

Une réponse sans question…

Seule face à la difficulté - Rosetta
Seule face à la difficulté – Rosetta

Consigne: ma problématique, une odyssée!

On parle d’une « odyssée » pour qualifier les périples qu’une personne vit ou effectue. Définir une problématique c’est un peu ça. Si je m’en réfère à la méthodologie, une problématique c’est « poser une question à partir de laquelle un plan doit découler ». Elle se construit par tâtonnement, par des allers-retours entre l’intuition et les lectures, entre la théorie et les faits ». En théorie, l’exercice semble plutôt simple, et pourtant ! L’objet de mon travail jusqu’à présent a été le réalisme du film Rosetta, des frères Dardenne. A la limite du documentaire, le film est composé d’images simples, épurées mais puissantes. Si ce réalisme éveille mon intérêt c’est parce qu’il s’appuie sur un désir de présenter le quotidien en l’état, avec un personnage fort auquel je peux m’identifier. Rosetta ne ment pas, elle « fait du spectateur un témoin de la réalité ».

Cette année j’ai décidé de préciser l’objet de mon travail en le rapprochant d’un courant cinématographique datant de l’après-guerre : le néoréalisme italien. Le cheminement jusqu’ici a été plutôt simple. Si Rosetta, et l’œuvre des frères Dardenne en générale, sont reconnus pour leur aspect réaliste, ils sont fréquemment comparés au néoréalisme italien. Les frères Dardenne avouent d’ailleurs s’en être très inspirés. Mon travail va ainsi consister à montrer en quoi Rosetta se rapproche tant de ce courant. Pour cela, je dois avant tout définir avec justesse une problématique dont la formulation marquera la fin d’un périple. Car si aujourd’hui je connais la réponse, sachez que je cherche encore la question…

Coline Cesbron

« Par la soif, on apprend l’eau. »

Consigne : Ma problématique, une odyssée !

Le choix d’un sujet et les thématiques abordées dans un mémoire de recherche nous semblent, au départ, assez clairs. Il en résulte une envie de mieux connaître un sujet qui nous touche dans notre for intellectuel. Néanmoins, le choix d’une problématique lors d’un mémoire de recherche filmique paraît beaucoup plus complexe qu’il n’y paraît. Cette étape doit nous conduire à nous questionner sur un point en particulier du sujet. L’esprit peut alors se brouiller et les choses se compliquer. Dans mon cas, mon choix d’étude s’est porté sur l’ambiguïté du message délivré par le cinéaste : en quoi la figure du poète et sa relation à la société, imagées par le cinéaste Guru Dutt, dans un film divertissant, peut-elle fournir une lecture politique de l’Inde post-indépendante ? J’ai choisi cette problématique étant donné que la question de la lecture politique d’une société à travers le cinéma me semble d’actualité et pertinente. Elle m’emmène à étudier plusieurs axes de recherches. Ceci, tout en développant mon étude au travers d’un croisement des arts : cinéma, poésie, littérature et politique.

Cette problématique est née après une première étude du film « L’Assoiffé ». Tout à commencé, en première année de master où j’ai entrepris un travail d’analyse filmique. J’ai dégagé plusieurs thématiques qui m’ont interpellé : la figure du poète, le portrait de l’Inde post-indépendante et l’esthétisme du film. Dès lors, mon objectif fut de mieux cerner le travail personnel du cinéaste : quel message souhaite-t-il délivrer ? Comment arrive-t-il à dresser un portrait de la société dans laquelle il vit ? Le paradoxe était de trouver un film divertissant voulu comme  apolitique, tout en nous laissant entre apercevoir une lecture politique.

Najib MABCHOUR

Une problématique, c’est problématique…

Consigne : Ma problématique, une odyssée !

Contrairement à ce que j’imaginais, la recherche de la problématique du mémoire est pour le moment le travail qui m’a donné le plus de fil à retordre. En accord avec mon directeur de mémoire, j’ai choisi d’axer ma problématique sur la manière dont Mike, le protagoniste de Deep End, cherche à trouver sa place entre normalité et perversité du monde qui l’entoure. Le plan qui en découle alterne entre analyse de la mise en scène des corps, la quête du désir et la violence latente du film. Après des heures de réflexion intense, j’ai enfin trouvé mon objet d’étude ! Quel soulagement. Je pensais donc pouvoir trouver une problématique résultant de ces recherches. Facile à dire…

En me heurtant à ce nouveau problème, j’ai essayé de recouper toutes les parties de mon plan pour voir ce qui pouvait en ressortir. Les thèmes, je les ai, mais comment les regrouper en une problématique viable ? Comment ne pas insinuer la réponse à ma question dans l’énoncé même du problème ? Ce n’est pas si évident. Pour l’instant, ma problématique est bloquée sur la formulation suivante : Comment Mike essaie-t-il de trouver sa place entre normalité et perversité du monde adulte ? J’ai bien conscience que cette problématique est pour le moment bancale et ne prend pas en compte toutes les parties de mon plan. Afin d’avancer sur ce problème, je vais continuer à mettre au point mon plan détaillé pour qu’il soit parfait, que je puisse enfin me concentrer sur la problématique et commencer la rédaction du mémoire au plus vite.

Tiphaine Robion