Archives par mot-clé : plan

Art Plastique

Lucile Moyano(10/11/2014)
Lucile Moyano(10/11/2014)

Consigne : C’est le bazar dans ma tête… (ou pas)

J’étais une enfant revenant de la plage, un seau brandit fièrement plein de trouvailles. Au cours de mes différentes salves de travail, les déclarations et les postulats extraits de mes recherches s’amoncelèrent en un texte, oui, mais sans pour autant y dessiner de structure particulière. Presque six mois plus tard je peux à nouveau considérer cette « collection » d’un œil neuf, ce qui me permet d’y déceler le juste et le plus précieux. Trier n’est plus une étape douloureuse, au contraire, elle est salvatrice. Un plan se dessine et je réalise quelle problématique était cachée là. Les différentes parties qui tenteront d’y répondre s’articuleront autour de concepts que je suis parvenue à faire remonter à la surface : théâtralité, spectaculaire, mise en scène sociale. Voilà les étiquettes à coller sur les tiroirs d’une nouvelle « boîte à trésors », pour y ordonner mes trouvailles et donner envie à un autre lecteur d’y plonger le nez.

Le dialogue me permet avec bonheur de sortir de la solitude de la recherche. Le professeur, l’ami, un autre cinéaste si l’on a un peu de chance : Ce sont ces regards croisés pleins de bienveillance et de conseils qui valident mes intuitions et consolident la forme que je modèle aujourd’hui. Gageons que la théâtralisation volontaire de la mise en scène de Cukor permet de mieux faire ressortir une critique sociale dissimulée. Si le processus rédactionnel se doit de partir du plus évident pour se rendre au plus complexe, je m’attèlerai d’abord à décrire les particularités de la forme, de la mise en scène, pour en expliquer les similitudes avec le monde du théâtre. Puis je me dirigerai vers la question sociologique soulevée au travers des personnages pour saisir ce que Cukor considère comme « authentique », et ce qu’au contraire il présente comme « artificiel ». Mon plan n’a pas encore de nom, son squelette est fragile. Néanmoins je présume qu’il suivra le modèle d’une mise en abîme entre les couches de la théâtralité et du spectaculaire vus à l’écran.

Problème à tique

Consigne: C’est le bazar dans ma tête… (ou pas)

Au départ j’étais comme perdue ; après avoir brassé de multiples informations et avoir exécuté un travail de recherche de terrain (rendez-vous auprès de maîtres de conférences) et empirique (livres, internet, vidéos), je pensais avoir fait le maximum, et pourtant, quelque chose n’allait pas. En effet, il s’agissait de ma problématique dans mon TPR, qui se résumait en une phrase : de quelle manière l’organique est mis en exergue dans les travaux de David Cronenberg. En prenant du recul sur mon travail, j’ai alors compris que cette dernière était trop vaste et qu’au lieu de prendre pour fil conducteur l’organique, je le prenais pour thème. Ce qui changeait ma démarche puisque je n’apportais plus une réponse, je me contentais de prouver que ce dernier avait une place prépondérante dans les travaux de David Cronenberg en signalant systématiquement sa présence.

            Cette année, j’ai réfléchi à un plan qui me permette à la fois d’aborder ce sujet vaste et complexe tout en peaufinant ce dernier afin de pouvoir le développer avec plus d’efficacité. L’hypothèse est large et permet de faire un balayage du travail de David Cronenberg afin de parler de son univers si particulier. Ainsi, je pourrai prouver que l’organique est l’outil qu’utilise le réalisateur pour nous parler des sujets abordés. Cependant la réponse ne serait pas complète si l’on ne sait pas pourquoi, et qu’est-ce que cela apporte. Pour cela, j’ai donc choisi dans ma deuxième partie de prouver en quoi l’organique apporte un autre regard en comparant eXistenZ avec Minority Repport, de Steven Spielberg. Dans le second film, nous sommes confrontés à un monde technologique, contrôlé par les TIC et ces derniers prévoient même le comportement humain. Livrée à la merci des technologies, l’espèce humaine n’est plus vraiment organique : le protagoniste va se greffer de faux yeux, les patrouilles de police se font à l’aide de petit drones, jet pack… Autant d’éléments qui permettent d’entrevoir un futur bien différent que celui abordé dans eXistenZ et qui me permettront, en comparant ces deux univers, de souligner les possibilités de l’organique et de ce fait, son importance.

Soline Testard

Alors, c’est quoi le plan ?

Consigne: C’est le bazar dans ma tête… (ou pas)

Alors c’est quoi le plan ?

Dans ma tête il y a des idées, des envies, des informations, mais rien de très clair encore. Une seule certitude s’impose : mon film parle d’amour. Mais je ne souhaite pas m’arrêter à ça. Depuis plus d’un an maintenant, je cherche le bon angle à adopter, celui grâce auquel je pourrais attaquer cet amour, lui donner du sens, un sens que même ceux qui n’ont pas envie d’entendre « parler d’amour » pourront trouver intéressant. En cherchant cet angle d’analyse, j’ai croisé beaucoup de propositions : la beauté, le lyrisme, l’amour fou, le road-movie, la société, etc… Et chacune de ces idées était accompagnée d’une foule d’arguments, de citations, d’éléments significatifs dans mon film. Et puis, finalement, je crois que j’ai enfin trouvé ce que je cherchais : je vais analyser mon film pour démontrer que l’amour fou au cinéma peut-être utilisé comme un genre de la rébellion.

Bonne nouvelle : mon sujet est posé. Reste maintenant à trouver la bonne méthode pour l’exploiter. Le premier outil qui va me sauver sera un plan. Un plan intelligent, bien détaillé avec des grands thèmes, des résumés de mes parties, mais aussi des mots-clés. Et pour construire ce plan, je vais reprendre toutes les idées que j’ai trouvées préalablement au cours de mes recherches, tenter de juger si elles sont pertinentes ou pas, et ensuite les classer dans le plan, là où elles seront utiles à ma démonstration (en devenant ainsi les fameux mots-clés). Et quand tout cela sera bien rangé, viendra le temps de réfléchir pour en faire de belles phrases.

(cc) Elodie Chalumeau (11/11/2014)
(cc) Elodie Chalumeau (11/11/2014)

Elodie Chalumeau