Archives par mot-clé : peter pan

Puer aeternus

La vie en négatif de Germain est un scénario qui, comme son nom l’indique, se concentre sur une petite parcelle de la vie d’un homme. Cette parcelle reflète son état mental, ses pensées, ses tourments, passions et émotions. Ici, l’histoire s’intéresse donc au fond du personnage plus qu’à sa forme. Amené à tomber dans un coma profond, son inconscience va être à sa conscience  ce que le négatif d’une photographie est à son tirage. Mais le terme de « négatif » est aussi justifié par le fait que l’on traite un aspect plus sombre du personnage : son obsession et son refus de grandir. En effet, il va s’accrocher à des lubies de sa plus jeune enfance et rester ainsi cloisonné dans un monde utopique. Tout comme Travis dans Paris, Texas ou Peter Pan, Germain est un puer aeternus, un garçon éternel.

Toute forme d’art, qu’il s’agisse de peinture, de danse, de musique ou encore d’écriture devait être selon moi de l’ordre du spontané. L’art devait être perçu comme un médiateur de l’émotion, un chemin tracé entre la conscience et son opposé. C’est ainsi qu’avec La vie en négatif de Germain j’eu besoin d’écrire quelque chose plus qu’envi de véhiculer un message quelconque. Mais l’art change de facette lorsqu’il ne concerne plus qu’un seul individu. C’est donc lorsqu’il fallu expliquer le sens du scénario à mes collègues que je réalisai combien il était difficile d’exprimer une idée à la base inconsciente. Nous nous réunîmes alors autour d’une table pour réfléchir à un thème qui permettrait d’axer le scénario sur un seul rail : l’onirisme, le voyage, l’amour, le fantasme…  C’est là que nous choisîmes de parler du syndrome de Peter pan, un complexe intéressant à traiter pour des étudiants étant sur le point d’entrer dans la vie active.  Aujourd’hui, tout devient alors plus clair et accessible. Le scénario est doté d’une structure horizontale et nous pouvons l’ornementer de nos idées sans qu’elles ne s’éparpillent trop.

Tristan Leyri