Archives par mot-clé : organisation

Les joies du travail d’équipe

Des idées on en a, pas de soucis. Le problème arrive quand il s’agit de les ordonner, de les creuser. Qu’est-ce qu’on doit faire ? Qu’est-ce qui nous manque ? Qui fait quoi ? Quand est-ce qu’on se réunit ? Nous ne sommes pas toujours tout à fait d’accord sur certains points et la discussion occupe le temps de cours attribué qu’il nous reste. Et puis nous passons à autre chose, l’heure du repas, un autre cours, nos activités extra-scolaires, etc. Et nous oublions le projet pour un temps. Chacune y repense chez elle à un moment et travaille sur la partie qui lui avait été attitrée.

Un autre jour, l’une de nous relance l’idée de faire une réunion, car nous l’avions un peu trop laissé de côté et l’échéance arrive. La date de rendu ! Elle nous paraissait si lointaine le premier jour, et voilà quelle est là, tout près, et rien n’est bouclé. Il va falloir re-répartir les choses, en parler rapidement et écrire. Parce que les bribes d’informations dans tous les sens c’est bien, mais un dossier ça s’écrit, et ça se relit. Autant dire qu’une fois de plus, malgré toute la bonne volonté déployée au début, c’est un dossier achevé seulement la veille qui sera rendu. Car malheureusement, la pression semble encore être la seule capable de booster un groupe d’étudiant.

Elodie Chalumeau

“Un adulte c’est un enfant qui a réalisé ses rêves. ” ( M. Boujenah)

En ce qui concerne l’avancée des travaux sur le projet de Germain, nous sommes en bonne voie. Après avoir discuté avec Tristan des différents décors, j’ai effectué du repérage dans ma région du Lot-et-Garonne pour trouver quelques lieux intéressants en ce qui concerne le magasin photo, ou encore des routes à la manière des anciennes voies romaines, c’est-à-dire en ligne droite. Au final, les décors que j’ai repérés ne seront que des solutions de secours, car la plupart des scènes seront tournées en Gironde, ainsi qu’en Corrèze. A l’heure actuelle, la plupart des acteurs ont été trouvés, grâce notamment à une annonce publiée dans l’enceinte de l’université. Le personnage de Violette n’ayant toujours pas de visage, j’ai proposé d’engager une vieille amie qui correspondrait à l’idée que se fait Tristan du personnage, en ce qui concerne le physique.

Une première ébauche du plan de travail a été réalisée par mes soins, en me basant sur un modèle utilisé lors de mon stage dans la société d’Ego Productions, pour la série « Doc Martin ». C’est surtout pour le côté pratique que nous avons décidé d’utiliser ce dernier, afin de nous représenter de manière claire le schéma du tournage des différentes séquences. J’ai également assisté Lucile dans la rédaction de la note de production, en évoquant notamment la mise en avant de nos régions, mais également le fait que ce projet nous parle, car nous allons bientôt rentrer dans la vie active, mais y sommes-nous vraiment prêts ? Pour finir, j’espère que nous allons pouvoir faire d’une pierre deux coups à travers ce tournage, car le hasard fait que mon projet de pilote de série comporte aussi une scène se tournant à l’hôpital, et les personnes qui vont m’aider sur mon projet sont quasiment les mêmes que pour celui de Tristan. Cela représenterait donc un gain de temps considérable.

Vincent DUQUENNOY

Remue-méninges, remue-ménage

Consigne: C’est le bazar dans ma tête… (ou pas)

La définition d’une nouvelle problématique pour mon mémoire n’a pas été une tâche aisée. Après de nombreuses lectures, les choses ont commencé doucement à se mettre en place dans ma tête. En effet, les ouvrages de Freud, Spinoza, Foucault et bien d’autres m’ont confortée dans l’analyse de l’enfermement dans le film “Kadosh”. Ils m’ont aussi offert de nouvelles pistes afin d’élargir mon sujet. Il sera donc question dans cette analyse d’une confrontation entre enfermement et liberté. Cependant des doutes me viennent, ne suis-je pas en train de m’égarer ? La multitude de concepts que je mets en avant afin de répondre à cette problématique ne va t-elle pas finir par me nuire ?

Toutes ces pistes ont permis de faire émerger une problématique quasi définitive. Maintenant il va falloir organiser tout cela, faire naître un plan fixe.  Il est temps de prendre les pistes une à une,  de lister les différents éléments de réponses qu’elles apportent à ma problématique. Une fois ce listage fait, je sélectionnerai les plus pertinentes et éliminerai de façon définitive les autres. Ainsi je pense pouvoir me consacrer pleinement au développement des points principaux et commencer leur rédaction.

A. DI CIOCCIO

Problème à tique

Consigne: C’est le bazar dans ma tête… (ou pas)

Au départ j’étais comme perdue ; après avoir brassé de multiples informations et avoir exécuté un travail de recherche de terrain (rendez-vous auprès de maîtres de conférences) et empirique (livres, internet, vidéos), je pensais avoir fait le maximum, et pourtant, quelque chose n’allait pas. En effet, il s’agissait de ma problématique dans mon TPR, qui se résumait en une phrase : de quelle manière l’organique est mis en exergue dans les travaux de David Cronenberg. En prenant du recul sur mon travail, j’ai alors compris que cette dernière était trop vaste et qu’au lieu de prendre pour fil conducteur l’organique, je le prenais pour thème. Ce qui changeait ma démarche puisque je n’apportais plus une réponse, je me contentais de prouver que ce dernier avait une place prépondérante dans les travaux de David Cronenberg en signalant systématiquement sa présence.

            Cette année, j’ai réfléchi à un plan qui me permette à la fois d’aborder ce sujet vaste et complexe tout en peaufinant ce dernier afin de pouvoir le développer avec plus d’efficacité. L’hypothèse est large et permet de faire un balayage du travail de David Cronenberg afin de parler de son univers si particulier. Ainsi, je pourrai prouver que l’organique est l’outil qu’utilise le réalisateur pour nous parler des sujets abordés. Cependant la réponse ne serait pas complète si l’on ne sait pas pourquoi, et qu’est-ce que cela apporte. Pour cela, j’ai donc choisi dans ma deuxième partie de prouver en quoi l’organique apporte un autre regard en comparant eXistenZ avec Minority Repport, de Steven Spielberg. Dans le second film, nous sommes confrontés à un monde technologique, contrôlé par les TIC et ces derniers prévoient même le comportement humain. Livrée à la merci des technologies, l’espèce humaine n’est plus vraiment organique : le protagoniste va se greffer de faux yeux, les patrouilles de police se font à l’aide de petit drones, jet pack… Autant d’éléments qui permettent d’entrevoir un futur bien différent que celui abordé dans eXistenZ et qui me permettront, en comparant ces deux univers, de souligner les possibilités de l’organique et de ce fait, son importance.

Soline Testard

Esprit embué

hunger f3

En écrivant la dernière ligne de mon Travail Préparatoire à la Recherche l’année dernière, j’étais sure de moi : tous les points concernant ma problématique étaient traités. Mon plan était fixe, organisé de manière cohérente et répondait à la problématique. Cependant, au moment de me replonger pleinement sur mon travail dans le but d’écrire mon mémoire final, tout s’est embrouillé. Comment pourrais-je compléter mon analyse ? De quelle manière m’y prendre ? Devrais-je changer ma problématique et repartir à zéro ? Ou devrais-je ponctuer celle-ci de mes dernières recherches en organisant un tout nouveau plan ? Tant de questions qui m’ont plongé dans le flou, embuant et enfumant mon esprit de manière à me perdre dans une mare d’informations.

Avant de céder à la panique, j’ai tenté d’appréhender cette nouvelle étape de façon calme et raisonnée. Après une longue discussion avec mon directeur de mémoire, j’ai compris qu’il était possible d’apporter à mon TPR les informations nécessaires afin de le transformer en mémoire. Il suffisait alors de structurer ce dernier et de venir glisser les éléments nouveaux de manière à le rendre complet et intelligible. En commençant les recherches premières, le dessin d’un nouveau plan a commencé à se dessiner dans ma tête. Il permettait alors, selon moi, de mêler les éléments déjà présents dans ma rédaction aux nouveaux aspects qui finalement correspondent également à la ligne directrice de ma problématique. Maintenant, reste à creuser et rédiger…

E.Donès