Archives par mot-clé : odyssée

Une réponse sans question…

Seule face à la difficulté - Rosetta
Seule face à la difficulté – Rosetta

Consigne: ma problématique, une odyssée!

On parle d’une « odyssée » pour qualifier les périples qu’une personne vit ou effectue. Définir une problématique c’est un peu ça. Si je m’en réfère à la méthodologie, une problématique c’est “poser une question à partir de laquelle un plan doit découler”. Elle se construit par tâtonnement, par des allers-retours entre l’intuition et les lectures, entre la théorie et les faits ». En théorie, l’exercice semble plutôt simple, et pourtant ! L’objet de mon travail jusqu’à présent a été le réalisme du film Rosetta, des frères Dardenne. A la limite du documentaire, le film est composé d’images simples, épurées mais puissantes. Si ce réalisme éveille mon intérêt c’est parce qu’il s’appuie sur un désir de présenter le quotidien en l’état, avec un personnage fort auquel je peux m’identifier. Rosetta ne ment pas, elle « fait du spectateur un témoin de la réalité ».

Cette année j’ai décidé de préciser l’objet de mon travail en le rapprochant d’un courant cinématographique datant de l’après-guerre : le néoréalisme italien. Le cheminement jusqu’ici a été plutôt simple. Si Rosetta, et l’œuvre des frères Dardenne en générale, sont reconnus pour leur aspect réaliste, ils sont fréquemment comparés au néoréalisme italien. Les frères Dardenne avouent d’ailleurs s’en être très inspirés. Mon travail va ainsi consister à montrer en quoi Rosetta se rapproche tant de ce courant. Pour cela, je dois avant tout définir avec justesse une problématique dont la formulation marquera la fin d’un périple. Car si aujourd’hui je connais la réponse, sachez que je cherche encore la question…

Coline Cesbron

Mémoire d’un voyage

Consigne : Ma problématique, une odyssée !

Travailler le thème de la maternité dans un film dont le sujet principal n’est pas celui-ci rend, selon moi, la recherche encore plus intéressante. Il ne s’agit pas là d’une sorte de masochisme qui viserait à faire compliqué quand on pourrait faire plus simple, mais faire un voyage dans un endroit inconnu m’a semblé pouvoir le rendre encore plus enrichissant. En effet, la maternité est visible au-delà des personnages des mères présentes dans le film. La maternité est à prendre dans un sens large car c’est une odyssée qui ne se limite pas au fait de donner la vie. La maternité est bien plus complexe encore. Ce travail de recherche a pour but de comprendre la pluralité de ce terme et en quoi Pedro Almodovar, dans La piel que habito, nous donne à voir de nouveaux modèles de maternité.

Muni de ma longue vue et de ma boussole, j’ai vu ce pèlerinage vers l’univers de Pedro Almodovar comme pouvant être compliqué, de par le nombre de chemins pouvant être empruntés. Un film riche et aux nombreux thèmes impose des choix. J’ai pensé à prendre la direction du genre et du transsexualisme en pensant que l’objet le plus important du film était là. Mais le voyage était risqué. C’est alors qu’une autre voie s’est ouverte : la question de l’enfermement. Encore une fois je ne savais pas comment prendre cette route. C’est enfin la maternité qui m’est apparue comme meilleur moyen d’appréhender le film, en tentant de montrer en quoi le réalisateur nous donne à voir, à travers les personnages du films, de nouveaux modèles de maternité et comment il met un pied dans la modernité. Mais plus que d’arriver à une conclusion, c’est le trajet qui aura été utilisé qui aura son importance.

Sylvestre