Archives par mot-clé : narration

Le temps nous est compté

Consigne : « Mon mémoire, un montage narratif ».

La date du rendu de mon mémoire approche. Après avoir modifié de nombreuses fois ma problématique ainsi que mon plan, il est temps de commencer la rédaction. Cette course contre le temps me fait penser à un moment de mon film d’étude. Avant de prendre la route, Wyatt lâche sa montre sur le sol et ce geste a une portée symbolique. En jetant sa montre, Wyatt rompt avec la servitude de la temporalité et renonce ainsi à la civilisation. Ainsi, ce film incarne une vision contestataire puisque les deux amis mènent un périple vers une liberté totale sans aucun attachement matériel, contraire au système capitaliste de la société américaine. Cependant, contrairement à Wyatt et Billy, je dois prendre mes responsabilités de chercheuse et le temps m’est compté.

Avant de rédiger et de développer mes trois parties sur les anti-héros, la violence et la liberté singulière du film, je dois rédiger l’introduction. Tout d’abord, j’ai réfléchi à une accroche pour susciter l’intérêt du lecteur et amener le sujet de la contre-culture. Je souhaiterais débuter mon introduction par les paroles de la bande originale du film « Born to be wild » de Steppenwolf, car elles sont en adéquation avec le thème de la contre-culture. Il faut savoir que Easy Rider est un film raconté en musique, c’est une ode composée par les rockeurs des années 1960. Lorsque les deux protagonistes reprennent la route une chanson débute et les paroles sont en lien avec la narration du film.

Delphine Delumeau

Une esthétique problématique

Consigne : Ma problématique, une odyssée !

L’objet de mon mémoire porte sur l’esthétisme dans le cinéma d’Amos Gitai.  J’ai choisi cet angle car je pense qu’il est essentiel dans  le domaine de l’audiovisuel de décrypter l’image. Le cinéma est un art visuel avant tout, on ne peut en faire une lecture uniquement narrative.  Les images, elles aussi, constituent une forme de narration, pour cela il faut creuser leur sens caché. Amos Gitai a fait ses armes en tant que réalisateur de documentaires, il cherche à produire du « réel » au travers des images qu’il tourne, à la limite du « docu-fiction ». La question qui en découle est la suivante : Quelles représentations de la communauté Juive ultra-orthodoxe, la caméra d’Amos Gitai met – elle en lumière ? »

L’étude de cet esthétisme s’est imposée d’elle-même. Lorsqu’on visionne « Kadosh » les images nous suggèrent implicitement de nombreuses significations. Plusieurs scènes sont des rites du Judaïsme reproduits à l’identique. Au départ, je ne comprenais pas  ce qu’Amos Gitai voulait représenter. Après avoir fait des recherches j’ai compris les rituels. Dès lors les mouvements de caméra, les décors, les couleurs m’ont frappés. Mon esprit était prisonnier de la narration à vouloir absolument tout comprendre, les indices étaient pourtant devant moi, dans l’esthétique qui compose chaque scène. Au travers de cet esthétisme, l’enfermement et la servitude volontaire engendrent une libération inéluctable des personnages.

Alexia DI CIOCCIO