Archives par mot-clé : musique

It’s time for a cow-boy to dream

Consigne : “Mes personnages & moi”

Je distingue trois étapes dans ma manière d’appréhender les personnages du film Rio Bravo. Tout d’abord, c’est grâce à eux que j’ai choisi d’étudier ce film. L’ayant vu étant petite, je me rappelais particulièrement d‘une scène, celle où le shérif Chance et ses trois compères, Dude (l’alcoolique), Stumpy (le boiteux) et le jeune Colorado chantent ensemble dans la prison. Ces personnages font partie de mes souvenirs d’enfance et c’est de la tendresse que j’éprouve à leur égard, ils n’ont pas vieilli, moi oui, et après les avoir admirés étant plus jeune je vais pouvoir à présent les étudier.

Au cours de la rédaction du mémoire, cette admiration pour les personnages a peu à peu laissé place à un sentiment d’empathie. En les étudiant je me suis rendu compte qu’ils n’étaient pas que des héros de western ou des personnages comiques mais des hommes blessés, faibles et manquant de confiance en eux… Le mythe du cow-boy s’effondre (et c’est tant mieux). Lorsque je revois le film je ne peux m’empêcher de sourire lorsqu’ils partagent un moment ensemble, ce sont comme de vieux amis dont j’aurais pris soin pendant un an.

De tous les personnages du film, seul un m’a un peu déçue sans que jamais je n’ose le lui avouer. C’est le personnage principal, Chance. Peut-être parce que j’ai appris que l’acteur était engagé politiquement auprès des Républicains, ou peut-être parce qu’il est celui des personnages qui se livre le moins, le plus fier. Oui mais cet acteur c’est John Wayne, le héros des westerns, charismatique et imposant, et je ne peux pas lui en vouloir.

Marion Souquet

Arrête de divaguer

Le film est presque terminé, mais il reste une étape : la post production. Tout est dans la boîte, son et image. Le carnet de script attend d’être feuilleté et les rushs d’êtres proprement synchronisés. La troisième écriture du film peut commencer. Reste encore à définir qui fait quoi. J’aimerais monter le film seul, renforcer l’aspect décalé du film par le montage. Mais je n’ai aucun recul… Jonathan s’y connait dans ce domaine mais est-il possible pour lui de monter des images sur lesquelles il figure ? Je demanderais à Laetitia. Elle a déjà une petite expérience et saura m’indiquer les faux pas. Et la musique… La question de la musique m’obsède. Elle est, je pense, la quatrième écriture du film. Elle peut modifier l’ambiance du tout au tout. Qu’aurait été Le Grand Bleu sans Eric Serra ? Himalaya l’enfance l’un chef sans Bruno Coulais et Blade Runner sans Vangelis ? Oui, Le plus fastidieux est encore devant…

 Cela dit, l’expérience du tournage est passée et, maintenant que les rushs sont disponibles, j’arrive à peu près à me faire une idée du film tel qu’il sera dans sa version finale. Dire que celui-ci est né d’une petite action qui a failli être grosse : la perte de contrôle du véhicule à cause d’une boite de bonbons à l’anis. Puis il y a eu cette femme, travaillant à la boutique Kodak de Leclerc. Je prenais un maximum de photos afin d’obtenir deux minutes de rendez-vous avec elle chaque semaine. Elle me penserait fou en apprenant que ces 2+2+2+2+2+2+2+2 minutes furent la motivation du projet. Non, quand même, la principale motivation fut la recherche d’expérience. Réaliser un film, ou plutôt s’extraire une idée de la tête pour la faire passer à l’écran, est plus jouissif qu’il n’y parait. Il s’agit de matérialiser cette idée par des décors, des costumes, des acteurs, de la lumière, du mouvement, un cadre, du son etc… Heureusement que l’équipe qui m’accompagnait, timbrée qu’elle est, a pu l’assimiler. Aujourd’hui, en visualisant les rushs, je me rends compte que le résultat n’est pas flamboyant techniquement, mais peu importe : même après ces quelques mois de « rush », l’idée de départ est restée intacte. Elle n’est plus en moi, je ne peux plus la changer mais elle est bien là, devant moi, retranscrite sur le vieil écran pixelisé de mon ordinateur portable. Bon, arrête de divaguer, mets y toi. Commence par appeler Laetitia.

Tristan Leyri

“La vie de Germain” à l’islandaise ?

A travers ce projet de court-métrage, Tristan semble vouloir avant tout exprimer une amitié, celle avec Jonathan, qui possède un physique et une personnalité tout à fait atypique, ayant inspiré Tristan pour son personnage principal du nom de Germain. Ce dernier semble également s’être inspiré de ses propres souvenirs, afin de caractériser le scénario, et ainsi lui donner un style propre.

Lorsque Germain tombe dans le coma, suite à un accident de voiture, on suit ce dernier dans son rêve, qui se caractérise à travers un village, où il va rencontrer l’amour de sa vie. Pour moi, ce rêve représente notre souhait le plus cher, ce pourquoi nous menons notre existence sur Terre, afin d’avoir un but, une raison de vivre.

Il s’agit d’un pur hasard, mais en lisant son scénario, les décors vis-à-vis du rêve qui semble se dégager ressemblent étrangement pour moi à ceux de la série française « Les Revenants », que j’ai commencé à regarder très récemment, qui se déroule dans une ville située en Savoie. Un des personnages principaux qui se nomme Simon ressemble également à la description physique du personnage principal du scénario de Tristan.

En ce qui concerne l’ambiance sonore, et là encore, il s’agit d’une coïncidence, je trouve que la musique du groupe écossais Mogwai présente dans cette série pourrait correspondre au court-métrage de Tristan, à travers ces mélodies de type rock expérimental. Ces dernières pourraient traduire l’incertitude quant à la manière dont le rêve ou l’accident de Germain, qui se produit au début, vont se terminer. Un autre style de musique qui encore selon moi, pourrait correspondre au scénario de Tristan, serait celui du groupe islandais Sigur Rós. En effet, cette formation véhicule à travers ses origines nordiques un rock progressif d’une couleur tout à fait unique, avec notamment le fausset ou la voix de tête du chanteur, ainsi que le jeu à l’archet. Ce genre appuierait quant à lui, l’aspect du rêve, représentant un monde différent du nôtre, grâce à l’alchimie que forme l’ensemble des sons instrumentaux et électroniques du groupe.

Vincent DUQUENNOY