Archives par mot-clé : message

« Par la soif, on apprend l’eau. »

Consigne : Ma problématique, une odyssée !

Le choix d’un sujet et les thématiques abordées dans un mémoire de recherche nous semblent, au départ, assez clairs. Il en résulte une envie de mieux connaître un sujet qui nous touche dans notre for intellectuel. Néanmoins, le choix d’une problématique lors d’un mémoire de recherche filmique paraît beaucoup plus complexe qu’il n’y paraît. Cette étape doit nous conduire à nous questionner sur un point en particulier du sujet. L’esprit peut alors se brouiller et les choses se compliquer. Dans mon cas, mon choix d’étude s’est porté sur l’ambiguïté du message délivré par le cinéaste : en quoi la figure du poète et sa relation à la société, imagées par le cinéaste Guru Dutt, dans un film divertissant, peut-elle fournir une lecture politique de l’Inde post-indépendante ? J’ai choisi cette problématique étant donné que la question de la lecture politique d’une société à travers le cinéma me semble d’actualité et pertinente. Elle m’emmène à étudier plusieurs axes de recherches. Ceci, tout en développant mon étude au travers d’un croisement des arts : cinéma, poésie, littérature et politique.

Cette problématique est née après une première étude du film « L’Assoiffé ». Tout à commencé, en première année de master où j’ai entrepris un travail d’analyse filmique. J’ai dégagé plusieurs thématiques qui m’ont interpellé : la figure du poète, le portrait de l’Inde post-indépendante et l’esthétisme du film. Dès lors, mon objectif fut de mieux cerner le travail personnel du cinéaste : quel message souhaite-t-il délivrer ? Comment arrive-t-il à dresser un portrait de la société dans laquelle il vit ? Le paradoxe était de trouver un film divertissant voulu comme  apolitique, tout en nous laissant entre apercevoir une lecture politique.

Najib MABCHOUR

Le corps messager

Consigne : Ma problématique, une odyssée !

Lorsque l’on visionne un film, notre capacité à regarder est directement sollicitée. En effet, les images avec lesquelles nous établissons le premier contact nous disent beaucoup. Steve McQueen, réalisateur de trois longs-métrages extrêmement axés sur le champ du visuel l’a bien compris. Plasticien de renommée, il répercute ses travaux précédents, basés sur la représentation du corps, sur l’ensemble de sa filmographie. En établissant un rapport direct entre narration et esthétisme, il parvient à faire converger son personnage principal et des notions bibliques. Ma problématique se dessine alors : Peut-on dire qu’en établissant un lien entre Bobby Sands et la figure christique, Steve McQueen traite de la souffrance des corps?

Lorsque je me suis lancée dans mon travail d’analyse, j’ai d’abord visionné les  travaux précédents de l’auteur. J’ai tout de suite remarqué que le réalisateur axait ses œuvres sur le corps humain et sur son traitement. En me plongeant  particulièrement sur l’étude de  Hunger, j’ai constaté que ma théorie s’avérait juste et que le corps représentait l’un des aspects majeurs du film. C’est à ce moment précis qu’une question s’est imposée à moi : en travaillant ce corps meurtri, quel message le réalisateur souhaite-il nous faire passer ? En étudiant de manière plus globale le film, j’ai compris qu’un parallèle était établi entre le personnage principal et Jésus Christ. Dès lors, j’ai commencé l’analyse des images représentant le corps en tentant de déceler tous les indices renvoyant au Christ.

Emilie D.