Archives par mot-clé : mémoire

C’est la fin.

Deep End_01Consigne : Mon travail de recherche… alors, heureux ?

Le rendu du Travail Préparatoire à la Recherche a été pour moi une source de satisfaction intense : réussir à créer une analyse filmique sur un film qui nous tient à coeur et rendre un travail qui nous contente, malgré quelques incohérences, est très gratifiant. Ainsi, quand il a fallu se replonger dans le film, une question me taraudait : vais-je réussir à recréer de toutes pièces un mémoire d’une trentaine de pages sur un sujet dont j’ai l’impression d’avoir déjà fait le tour ? Ai-je acquis assez de compétences durant mes années d’études pour être capable de réaliser moi-même un mémoire ? Pour moi, la réponse était évidente : non, je n’en étais pas capable.

Aujourd’hui, à l’aube du rendu du mémoire, mes doutes, fort heureusement, se sont envolés. Je l’ai fait, j’en étais capable. Et plus encore, je me suis découvert des compétences que je ne soupçonnais pas, notamment au niveau organisationnel. Je suis une personne très organisée dans la vie de tous les jours, mais le nombre d’ouvrages à lire et de films à regarder pour mon mémoire m’inquiétait : comment s’organiser avec une telle quantité de documents ? Au final, cela s’est fait naturellement et m’a permis un gain de temps et d’énergie considérable. Je vais rendre un travail qui m’aura pris deux ans, mais dont, malgré tout, je suis fière.

Tiphaine Robion

Esprit martyrisé ! Mais esprit libéré !

L'Assoiffé Guru Dutt 1957

Depuis plusieurs mois, je n’ai qu’une idée en tête : trouver le sujet de mon mémoire. Et voilà qu’un jour, comme une évidence, j’ai trouvé mon sujet. Pourtant, depuis ce jour-là, c’est la confusion dans mon esprit. Mon idée était pourtant claire. Seuls les éléments pour la traiter et l’exploiter me font défaut. Confus, je ne sais donc pas par où commencer face à la multitude d’informations qui traversent mon cerveau. Un jour je tente de définir la représentation du poète dans la société. De là, les questions s’enchaînent: Quelle époque ? Quel poète étudié ? Comment le définir ? Puis, de la confusion naît la panique. Le temps, les aiguilles de l’horloge qui tournent et cette incapacité à trouver des réponses. Cette peur de ne pas savoir traiter mon sujet et de ne pas m’organiser face aux informations a contribué à mettre « le bazar dans ma tête ».

Pour remédier à cela, mon entourage a été important. J’ai parlé de mon mémoire autour de moi, ce qui m’a permis de prendre un certain recul. Ainsi, j’ai pu faire le tri et ranger ce bric-à-brac confus. Mes amis, ont su me guider vers l’essentiel : gérer mon temps et sélectionner les bonnes informations. Ma directrice de mémoire, madame Martine Versel a su m’appuyer et m’aider à cibler mon travail de recherche. J’ai pu trouver ma problématique et une bibliographie correspondant à ce sujet. Tout cela m’a permis de reprendre confiance en moi et de repartir sur une nouvelle façon de travailler, sans panique ni confusion.

Najib Mabchour

La lutte des sentiments

 Consigne: Mon film, entre amour et haine.

« Hunger », film réalisé par Steve McQueen sorti en 2008. A sa sortie en salle, j’étais alors âgée de 18 ans. Je ne me souviens pas clairement du sentiment que j’ai éprouvé lorsque les images ont percuté mes yeux, mon corps, mon esprit plongés dans la noirceur de la salle de cinéma. Ce qui a pourtant marqué ma mémoire est le mal-être ressenti à mon retour à la « réalité » après ces une heure et quarante minutes intenses. Choquée, par la dureté des coups et par la violence indescriptible, attristée, par la lutte de cet homme conscient de son auto-condamnation et chamboulée par cette histoire relatant des faits historiques. Voilà l’état d’esprit dans lequel je me trouvais malgré moi. Cependant, je ne peux nier l’entière admiration ressentie à ce moment là envers ce réalisateur qui m’a transporté pendant près de deux heures, me faisant oublier le monde extérieur tant je me suis sentie envoutée par les images saisissantes et d’une beauté rare. Au moment de faire un choix en septembre, je n’ai pas réfléchi longtemps.

L’aspect le plus compliqué de mon travail de recherche fût de regarder le film de la manière la plus neutre possible. En effet, lors du premier visionnage il a fallu que je me concentre sur chaque détail afin de trouver rapidement une problématique. Je me suis rendue compte dès les premières minutes que malgré toute ma volonté, il me serait impossible de me détacher totalement de mes sentiments tant le film me transportait. Toutefois, une image a changé la donne. Bobby Sands, personnage principal du film, transporté après un passage à tabac, dessine par son corps meurtri une croix. Dès lors, des détails auxquels je n’avais pas prêté attention, m’apparaissent comme une révélation. Ma problématique est trouvée.
Cette image porteuse de sens a été le déclic me permettant de passer outre mes sentiments et de me positionner en amont de ce film qui auparavant m’écrasait par sa puissance. Commence ici un travail de longue haleine qui va absorber toute ma concentration et me permettre d’aborder le film d’une manière différente tout en y prenant autant de plaisir.

Emilie Donès

Reprendre, continuer… pour enfin terminer !

LaRosePourpre-B1

 Consigne: Mon film, entre amour et haine.

Qui n’a jamais rêvé de parler avec l’un des personnages de son film préféré ? Qui n’a jamais voulu que ce personnage devienne réel ? Qui n’a jamais rêvé entrer dans un film ? J’ai choisi le film « La Rose pourpre du Caire » pour le scénario que je trouve très original : c’est le film dans le film. Malgré le contexte de crise économique dans lequel vit Cécilia (le personnage principal), ce film reste une comédie plutôt joyeuse, avec des situations et des dialogues humoristiques ce qui lui donne une certaine légèreté et m’a permis de l’apprécier encore plus. Plusieurs thèmes sont abordés comme l’amour, la vie socio-économique mais surtout la fascination que peut provoquer le cinéma. C’est cette fascination qu’éprouve Cécilia et que peut éprouver tout spectateur touché par un film, qui m’a intéressé puisque dans « La Rose pourpre du Caire », elle est poussée à l’extrême.

Le but de ce travail de mémoire est d’analyser le film avec ma vision personnelle : ce que je vois, j’entends et ce que je ressens. Dans un premier temps, j’ai réalisé le travail demandé (découpage séquentiel, recherches sur le contexte économique etc.) sans trop savoir vers quoi j’allais. Puis, c’est finalement lors de l’analyse d’une séquence en particulier, celle où le personnage sort du film pour rejoindre Cécilia que tout est ressorti. C’est effectivement dans cette séquence que je me suis aperçue qu’il y avait un contraste évident entre la réalité triste de Cécilia et la fiction bien plus belle. C’est ce contraste que l’on retrouve sur la globalité du film qui m’a permis d’axer tout mon travail.
Il s’agit maintenant de reprendre et continuer ce travail de recherche et d’analyse…

Laëtitia

Page blanche face à la beauté

Consigne: Mon film, entre amour et haine.

Parce qu’il fallait bien choisir un film dans une liste où, malheureusement, la plupart des titres m’étaient alors inconnus, après un petit inventaire préliminaire j’ai pris conscience que la plupart des oeuvres étaient très sombres et compliquées. Pour pouvoir travailler sur un film pendant deux ans il fallait que ç’en soit un qui me corresponde et me ressemble : vivant, heureux et doux. C’est Elvira Madigan qui, par la beauté de ses images colorées, la musique entrainante de Mozart et le synopsis vendant une belle et véridique histoire, a retenu mon attention. Touchée par la folle et tragique romance, m’identifiant facilement au personnage et curieuse de découvrir le cinéma scandinave, mon choix fut vite arrêté.

Passé le premier visionnage, le seul au final qui me laissera la larme à l’œil car je ne m’y laisserai plus prendre, je me lance très vite dans le découpage du film plan par plan. De nombreux éléments me sautent aux yeux très vite sans que je sache comment organiser ce fourmillement de pensées.  Ce sont mes recherches sur le contexte qui me permettent de mettre le doigt sur un élément présent depuis le début, mais que je n’avais pas su distinguer du reste : la beauté. Son utilisation pour dénoncer des faits de société et mettre en valeur une histoire tragique était plutôt inhabituelle pour l’époque. Je viens de trouver mon axe. Je me penche alors sur tout ce qui est beau dans ce film: les acteurs, la musique, les couleurs, l’action, etc. Le problème devient alors de trouver comment analyser tous ces éléments et les retransmettre en leur donnant du sens. Un travail qui est loin d’être achevé au rendu de mon TPR et qui trouvera sa continuité dans la réalisation de mon mémoire.

Elvira

Elodie Chalumeau