Archives par mot-clé : mémoire

Réflexion en cours…

Réflexion en cours...
Consigne : « Mon mémoire : un montage narratif »

Voici venue l’étape de l’élaboration du plan détaillé de mon mémoire… Une étape primordiale qui matérialise, de manière concrète, l’ensemble de ma réflexion et de mes recherches effectuées jusqu’ici. Il faut rappeler que j’aborde mon film, Million Dollar Baby, du point de vue du désir de reconnaissance de Maggie. La problématique centrale – ou question principale – se devait d’englober les deux modalités de reconnaissance que j’avais pu distinguer au sein du film. Par là, j’entends le désir de reconnaissance sociale ainsi que le désir de reconnaissance affective, portés par la rencontre entre les deux protagonistes, Maggie et Frankie.  Après un certain temps de réflexion, et non sans quelques difficultés, je suis enfin parvenue à formuler la question principale  de mon mémoire : « en quoi sa passion sportive pour la boxe est-elle, pour Maggie, sa seule manière d’être au monde ? » Il me semblait indispensable d’énoncer, de la manière la plus claire qui soit, cette problématique pour parvenir à élaborer le plan le plus minutieux et adapté possible.

Ma première partie vient analyser le désir de reconnaissance sociale comme moteur de la révolte. Je m’explique. Maggie est issue d’un milieu social défavorisé et dénigré par l’ensemble de la société. Ainsi je pars de l’idée que Maggie en tant que membre de cette communauté est invisible pour la masse dominante. Maggie va donc se révolter contre le déterminisme qui la rattache malgré elle à ses origines. Pour cela, elle va quitter le foyer familial puis se lancer dans la folle aventure de la boxe. Ce sport se caractérise d’abord par son aspect spectaculaire. Maggie sera vue, sera acclamée et ce, de manière directe. Mais cette reconnaissance est-elle véritable ? Je conclus cette première partie en démontrant qu’il s’agit d’une reconnaissance illusoire. Le public ne voue aucun culte à Maggie en tant que personne, mais acclame la violence. Ainsi, j’en viens à la seconde modalité de reconnaissance : le désir de reconnaissance affective. En effet, j’essaie de démontrer que la reconnaissance, qui lie les deux héros du récit, est véritable car réciproque et sincère. Pour le moment, cette partie ne me semble pas bien agencée dans sa structure interne. Les sous-parties ne me semblent pas pertinentes… Cette partie devra tout de même intégrer le rejet de la famille vis-à-vis de Maggie, et la prise de conscience progressive de cette dernière. Maggie finira par rejeter sa propre famille, comprenant qu’elle n’était qu’une banque à leurs yeux. Le second point à aborder m’est venue lors de la lecture de la théorie de Axel Honneth. Il explique que la reconnaissance est avant tout un acte, autrement dit elle est caractérisée par des gestes expressifs. Or, la relation de Frankie et Maggie est justement fondée sur la preuve affective, plus que sur la parole. Pour la troisième partie, j’en viens à dénoncer les limites de ce besoin de reconnaissance. En effet, cette quête mène Maggie à la Mort. Elle est motivée, portée par quelque chose qui la dépasse totalement. C’est pourquoi cette partie portera sur la pulsion –  qui fera référence à Freud. Je finirai mon mémoire en dénonçant l’aliénation de Maggie qui vit, et fait des choix en fonction du regard des autres. Cependant, sur son lit de mort, Maggie parvient à se détacher de ces regards. Elle prend donc la décision ultime de sa vie, mettre fin à ses jours, libérée de toute pression…

Bien que la structure narrative s’ajuste, s’affine de plus en plus, elle est encore amenée à évoluer. Je dois encore la confronter à la réalité de la rédaction… Alors, au travail!

Camille Nivat

L’effet Godard

karinagodard
(cc) Adélaïde Michel (21/12/2015)

Consigne : « Mon mémoire, un montage narratif ».

Le moins que l’on puisse dire, c’est que le montage narratif — expression que j’emploierai ici pour évoquer l’ensemble de ma réflexion, de mes recherches jusqu’à l’écriture de mon mémoire — peut sembler aussi surprenant et décousu que la structure narrative de certains films de Jean-Luc Godard. Dans mon cahier de notes apparaît une accumulation d’idées, un mélange de citations, de mots isolés pourtant évocateurs à mon goût, de références issues de mes lectures et de tournures de phrases griffonnées sur des coins de pages ; le tout se mêle dans ma tête à des extraits de films, à la voix de Ferdinand Griffon, de Jean-Paul Belmondo dans Pierrot le fou qui tourne en boucle comme un fond musical auquel je ne suis que parfois attentive… tout cela est bien déroutant au premier abord. Mais à bien y réfléchir cela l’est moins. Je m’explique.

À lire Godard — ou ceux qui en parlent — nous ne pouvons qu’être frappés par la multitude des interprétations qui sont faites de son œuvre, et par la multitude de thèmes qu’il aborde dans ses films. Alors dans mon mémoire j’évoque à la fois la musique, la publicité, la bande dessinée, les arts populaires, l’anarchisme et l’élitisme. Aragon aimait qualifier de « collages cinématographiques » les films de Godard multipliant références et citations. Moi-même dans mon travail d’écriture je suis en plein « effet Godard », faisant à sa manière un assemblage, ou devrais-je dire une narration en collage.

Adélaïde Michel

Assemblage

10151092_10208163086657186_779865776_n
(cc) Camille Coquereau (20/12/2015)

Consigne : « Mon mémoire, un montage narratif. »

La rédaction du mémoire, c’est cet instant où toutes les idées éparpillées doivent se rejoindre. Réussir à les faire se relier entre elles, de façon linéaire et fluide, n’est pas chose facile. Le plan est là, comprenant ses grands titres et ses sous-parties. A l’intérieur de chacune d’elles, les analyses, idées, exemples à développer sont présents sous formes de tirets. Il faut prendre chacune de ces parties, les développer et les soigner puis réussir la transition avec la suivante. L’introduction et la conclusion entourent le propos, deux parties qui renvoient l’une à l’autre en miroir. La première pose les questions, la seconde est censée y répondre. Pour le développement, je cherche les mots justes, mais simples, pour passer d’une idée à l’autre et rendre mon propos aussi fluide que je voudrais qu’il soit.

Pour la rédaction de ce mémoire, je suis l’ordre du développement. Une fois le plan détaillé terminé, avec toutes les références, exemples, analyses et idées inclus dans chaque partie, je commence l’écriture. Tout d’abord la première partie. Puis la seconde, puis la troisième. L’introduction et la conclusion viendront à la fin, lorsque tout mon développement sera réellement posé. J’écris tout, comme les phrases me viennent. Une fois cela fait, la partie plus précise et périlleuse commence et je repars du début pour peaufiner, modifier certaines phrases, ajouter des références ou accentuer l’analyse. Ce travail de collage entre partie donne naissance à mon mémoire, supposé linéaire.

Camille Coquereau

Enlevez votre peau d’âne mon enfant, vous y verrez plus clair!

(c) Manon Sultana

 

Consigne : « Ma problématique : un casse-tête chinois »

 
Une problématique découle souvent de multiples lectures qui guident les diverses compréhensions que l’on peut avoir du film. Mais avant cela, il faut déjà trouver un axe de lecture. Pour ma part je me suis dirigée vers la psychanalyse. C’est pour cela que je suis allée vers Bruno Bettelheim et sa Psychanalyse des contes de fées ou encore Cinq leçons sur la psychanalyse de Sigmund Freud. Le livre de Pierre Péju, La petite fille dans la forêt des contes, m’a montré une vision poétique du conte. Mais le livre qui a le plus intriguée ma conception du film reste Enchantements désenchantés. Les contes queer de Jacques Demy. Ce dernier a changé ma première vision psychanalytique du film avec  le mythe d’Électre ou encore l’inceste. Ce livre est novateur dans l’interprétation des films de Jacques Demy car il en découvre le côté queer, voir camp. Ces mots me sont d’ailleurs  encore difficiles à définir.

 C’est en cela que commence le casse-tête chinois de la construction de ma problématique. Il me faut mettre en adéquation la psychanalyse, le genre du conte et la vision novatrice du monde queer. Ma problématique actuelle est : « En quoi Peau d’Âne de Jacques Demy met en scène une vision novatrice du conte ? » Je ne la trouve pas encore assez pertinente mais l’idée est là. J’aimerais montrer tout ce que Jacques Demy a pu apporter au conte d’un point de vue littéraire, psychanalytique et queer. Ce qui me pose le plus problème reste cette thématique queer car je n’ai lu qu’un seul livre à ce sujet. Il faut que je le définisse par une lecture plus riche et que je voie sa pertinence avec le film.

Manon Sultana

Dans ma bulle

Sans titre 4
Coline Portet 23/11/15

Consigne : « Ma problématique, un casse-tête chinois ».

Avant d’entamer cette nouvelle année, élaborer mon mémoire me paraissait être un moment enrichissant, excitant et passionnant.  Actuellement « en plein dedans », je me rends compte que faire mon mémoire est également un moment déroutant. Choisir un axe de recherche, établir une problématique… Tous ces éléments ne sont pas évidents.  Une difficulté en entraînant une autre, c’est un véritable parcours empli d’obstacles qu’il me faut dépasser.

Étant passionnée par mon sujet, j’ai du mal à rester fixée sur un axe en particulier qui délaisserait tous les autres au profit de ce dernier. Pour m’en sortir et réussir à dégager le centre de mon mémoire : ma problématique, il m’a fallu trier, organiser, modifier… pour tout imbriquer. Après avoir listé toutes mes idées dans le désordre en créant une sorte de brainstorming, j’ai ensuite lié les éléments entre eux en utilisant un code couleur : à chaque idée son identité visuelle. Grâce à ce véritable arc-en-ciel, j’ai pu affiner mon sujet en développant et en définissant chaque groupe. Une fois ces éléments reliés, j’ai choisi de donner un titre à chacun de mes groupes afin de définir chaque partie et de pouvoir les mettre dans un autre groupe intéressant et cohérent. La structure de mon mémoire prend forme. J’ai mes idées, mes recherches, mes parties mais toujours pas de problématique. Bloquée à ce stade de mon processus je me suis fait aider par des personnes qui m’entouraient. Leur parler de mon mémoire m’a permis de bien définir le centre de ma recherche et ainsi de faire ressortir les mots-clés qui sont essentiels à la construction de ma problématique. Mélangeant les mots dans tous les sens, il ne me reste plus qu’à trouver la meilleure façon de les lier ensemble.

Coline Portet