Archives par mot-clé : mémoire

Bonnie c’est fini !

Alix Grinsell cc ( 15/02/16)
Xila cc ( 15/02/16)

Consigne : « Clap de fin »

La réalisation d’un mémoire n’est pas une chose aisée mais néanmoins passionnante. J’ai ressenti, une fois le mémoire achevé, une grande frustration. En effet, j’ai eu l’impression que je pouvais encore apporter beaucoup d’autres connaissances à mon mémoire. Comme si mon travail pouvait être infini, ou du moins beaucoup plus gros que les 50 000 signes que nous imposait la consigne. J’ai dû pour cela revoir ma rédaction à plusieurs reprises de manière à réussir à synthétiser mon écrit. Cela n’est pas chose facile.

Je suis satisfaite de l’angle de vue que j’ai emprunté, mon mémoire reflète une nouvelle analyse du film Bonnie and Clyde. Ma démarche fut d’analyser à travers un axe de réflexion psychanalytique le comportement des protagonistes. Pour cela j’ai dû, dans un tout premier temps, comprendre le contexte dans lequel mon film s’insérait afin de saisir ensuite au mieux les raisons qui ont motivé le réalisateur à appliquer de tels comportements à ses héros.

Xila

Coupez ! C’est bon on la garde !

Consigne : « Clap de fin ! »

On en voit enfin le bout ! Le travail de plusieurs mois s’est presque concrétisé en une ribambelle de mots assortis plus ou moins bien entre eux. Il devient de plus en plus difficile de se relire de peur de vouloir réécrire un paragraphe tout entier. Heureusement pour l’orthographe, certains proches acceptent de me relire scrutant chaque petite faute n’étant pas à sa place qui pourrait me faire perdre des points précieux. Le choix du film « Thelma et Louise » a été beaucoup plus judicieux que celui de l’année dernière « Alien » : il ne faut jamais choisir un film auquel on est trop attaché car il est impossible de rester neutre devant l’analyse. Mon choix s’est porté sur l’histoire de ces deux femmes car il m’a semblé intéressant que ce soit un homme qui analyse un film féministe, afin de mieux comprendre pourquoi les femmes peuvent se sentir rabaissées face à la misogynie des hommes.

Maintenant il s’agit de se tourner vers l’épreuve de l’oral qui risque d’être difficile à préparer puisqu’il s’agit de présenter le déroulement de notre recherche, et non le résumé de notre mémoire, deux notions difficiles à différencier. Les recherches m’ont permis de voir que dans ce domaine, le film de Ridley Scott était un précurseur à l’époque de sa sortie car depuis, peu d’évolutions ont eu lieu dans la place qu’occupent les femmes à Hollywood. Mais avec la sortie de « Seul sur Mars » l’année dernière, Scott a de nouveau franchi un pas en donnant un rôle principal à Jessica Chastain en tant que capitaine de vaisseau. Ce fait est là pour montrer que même s’il est lent, le développement de la femme à Hollywood est toujours d’actualité.

Vincent DUQUENNOY

This is the end.

12736021_10208559868616487_626762650_n
(cc) Camille Coquereau (13/02/2016)

Consigne : « Clap de fin »

La fin de l’année scolaire approche et, avec elle, la fin du mémoire. Il n’est plus temps de continuer les recherches mais de laisser place à la rédaction et aux énièmes corrections. C’est un nouveau travail qui commence : il faut relire, soigner cette écriture, alléger le style, ajouter des exemples, revoir certains passages… Ce moment où l’on pense avoir tout terminé alors qu’il reste encore tellement à faire.

Après avoir rendu la première version de mon mémoire, nous avons, avec mon directeur de mémoire, relu phrase par phrase ce texte. « Ici cela est juste » ; « il faudrait appuyer cet argument-ci » ; « peut-être peux-tu lire tel auteur ? » ; « Là cela ne va pas » et ainsi de suite. Ce travail méticuleux permet de voir, une fois la pensée complète posée sur papier, si celle-ci est justement rendue lisible. Terminer le mémoire, c’est donc le peaufiner. Le rendre lisible et compréhensible par tous. La mise en page intervient également maintenant. Il faut trouver les illustrations et bien noter les sources, rendre attrayante la page de garde. C’est la fin d’un travail oui, mais aussi surtout le commencement d’un autre : la soutenance qui, une fois passée, clôturera réellement ce travail de recherche.

Camille Coquereau

Le début de la fin

(cc) Maelys Gosset 11/02/2016
(cc) Maelys Gosset 11/02/2016

Consigne : « Clap de fin »

La fin de la rédaction du mémoire se profile. Mais sera-t-il vraiment fini un jour ? Je le relis encore et encore en essayant d’améliorer la formulation de mes phrases, en intégrant les remarques et conseils après le rendu de la première version. Et pourtant, la même question revient dans mon esprit : Est ce que je me fais bien comprendre ? Suis-je suffisamment claire ? Est-ce que je m’exprime véritablement sans équivoque ? Prendre de la distance sur notre mémoire à ce stade de notre recherche est particulièrement difficile.

Nous achevons notre travail en ajustant aussi bien le fond que la forme. Une mise en page soignée et une expression précise sont primordiales pour exprimer nos idées sans ambiguïté. L’enjeu est, pour moi, de traduire aussi clairement que possible ce que je veux dire à autrui. Ne pas laisser la place aux malentendus dans l’esprit du lecteur, le guider dans mon raisonnement. Et plus je le relis, plus le doute s’installe. Bien sûr, la concision de ce travail de recherche nous donne un léger goût d’amertume, une frustration que nous ne pourrons assouvir cette année et qui pourrait faire l’objet d’un autre projet. Ce mémoire est alors la fin d’une recherche, mais peut-être le début d’une autre.

Maelys Gosset

 

Un conte au cinéma, une narration singulière

queer jacques demy

Consigne : « Mon mémoire, un montage narratif »

Le montage narratif au cinéma correspond à l’assemblage de plans destiné à rendre la narration compréhensible pour le spectateur. Il est souhaitable que l’on comprenne l’histoire de manière chronologique et linéaire. Concernant l’écriture de mon mémoire, je dois m’efforcer de considérer toutes les facettes du film qui correspondent à ma question principale, à mon sujet. Puis je vais développer mes hypothèses, mes interrogations et mes arguments. Ceci en allant du plus évident à l’idée la plus étonnante. Mon but étant toujours d’étayer ma question principale. Cet exercice me demande de me focaliser sur le sujet que je souhaite aborder et sur les idées que je veux démontrer, grâce à d’autres auteurs ou films qui appuient mes arguments. Il n’est pas aisé de rester sur son chemin de réflexion, mais il est plus facile de se perdre dans la multitude de sujets dont on a envie de traiter. C’est pourquoi je trouve important de bien garder son axe premier afin d’être plus efficace.

Avant de penser au plan j’ai tout d’abord fait des recherches sur Peau d’Âne. J’ai découvert un livre traitant du queer/camp chez Jacques Demy. C’est après cette lecture fort étonnante que j’ai décidé d’étudier ce sujet. Mais je ne voulais pas parler seulement de cela. Voici ma problématique provisoire, qui montre ma volonté d’élargir le sujet : « En quoi Peau d’Âne de Jacques Demy montre-t-il une vision novatrice du conte ? » Je ne suis pas encore convaincue par cette formulation. Mais mon idée reste de montrer en quoi ce réalisateur nous fait revisiter un conte classique tout en nous conviant à entrer dans son univers, à comprendre sa liberté et ses inspirations. De cette idée est venue mon plan tout aussi provisoire. Ce dernier se divise en trois parties. La première montre l’adaptation du conte de Perrault par Demy. La seconde montre le désir par l’inceste, mais aussi par Electre, Oedipe. Enfin la troisième partie montre l’univers queer, voire camp que nous propose le réalisateur dans son adaptation. Pour introduire mon mémoire je pense parler du film Marguerite et Julien de Donzelli qui sort en décembre 2015 et qui fait de nombreuses références à Peau d’Âne. Ceci montre que Jacques Demy laisse une trace esthétique et narrative importante encore aujourd’hui. Et pour conclure je parlerai du dernier film de Jacques Demy : Trois places pour le 26. Ce dernier traite ouvertement de l’inceste et montre que cette thématique est importante dans la filmographie du réalisateur. Il me faut continuer à écrire pour que mes idées, mon argumentation et mon montage narratif prennent forme.

Manon Sultana