Archives par mot-clé : Mémoire de recherche

Memories, you talk about memories

puzzle-394144_960_720

Consigne : “Mon mémoire, un montage narratif”.

Il faut avouer qu’à l’annonce de la consigne de ce billet, je suis restée coite. En pleine rédaction du mémoire, il est encore difficile d’avoir le recul nécessaire pour expliquer la structure logique de l’argumentation. Je peux, toutefois, expliquer ce que je cherche à construire. Comme les précédents articles ont pu le présenter, mon mémoire se penche sur l’Homme et la machine, plus précisément sur une définition de l’Homme à travers la machine. Comment la machine (les réplicants de Blade Runner) permet-elle à l’Homme de se définir ? En me fondant sur Sophocle et la comparaison des paradigmes (l’animal, l’homme et la machine) mon mémoire devient le lieu de la comparaison des réplicants et de l’homme.

J’ai longtemps tâtonné afin de trouver une logique d’argumentation qui à la fois justifierait ma démarche et l’expliciterait. Je me devais de justifier ma méthode de travail, de décrire les deux paradigmes que je comparais à travers le film et de développer la comparaison elle-même. Ce montage argumentatif a été au début inconscient, mais je n’arrivais pas à lui donner ce fil rouge qui assurerait une lecture fluide. J’ai donc décidé de suivre la contrainte de la comparaison : explication du principe, description des réplicants et des hommes de Blade Runner et enfin de la comparaison elle-même (ce que l’Homme retrouve de lui-même en se confrontant à la machine).

Cependant, l’étape la plus délicate sera de l’écrire cette comparaison !

Julie T

La première est la bonne !

La première est la bonne ! (cc) Laetitia Stoffel (05/10/2014)
La première est la bonne ! (cc) Laetitia Stoffel (05/10/2014)

 Consigne: Mon film, entre amour et haine.

C’était il y a un an déjà, que je tenais entre les mains cette longue liste de films, parmi lesquels je devais choisir celui que je suivrais au cours de mes deux années de Master. Les noms des films que j’avais déjà vus m’avaient immédiatement sauté aux yeux, mais l’un m’avait plus marqué que les autres : Le Corbeau d’Henri-Georges Clouzot. En lisant ces mots je m’étais souvenue avoir adoré ce film et j’ai été saisie d’une forte envie de le revoir. Mais je voulais choisir un film nouveau pour partir de zéro et pouvoir analyser sérieusement mes sentiments dès le premier visionnage. J’ai donc regardé une petite dizaine des films présents sur cette liste, mais je n’accrochais pas réellement…  Le Corbeau volait toujours dans un coin de ma tête.

J’ai donc fini par me fier à ma première intuition et j’ai choisi le deuxième film de Clouzot comme sujet de mémoire. À partir de cet instant il a fallu que je devienne un spectateur actif et que je cesse de regarder ce film passivement, comme si je regardais un téléfilm. Cela n’a pas été facile et je ne remarquais pas grand chose lors des premiers visionnages. Mais au bout d’un certain temps, je me suis appropriée le film et à partir de ce moment, regarder Le Corbeau était devenu un réel plaisir enrichissant. Je sais aujourd’hui que j’ai fait le bon choix, car je ne me lasse toujours pas de voir ce film, et j’ai constamment envie d’en savoir plus, que ce soit de simples anecdotes ou des faits marquants dans la vie de l’auteur. Je ne regrette qu’une seule chose : avoir suffisamment de mémoire pour ne pas oublier la fin entre deux visionnages.