Archives par mot-clé : lien

Les 400 possibilités

(cc) Coline Portet
(cc) Coline Portet

 

Consigne : “Mon mémoire, un montage narratif”.

Un mémoire ça se construit, ça s’imbrique, ça s’assemble pour former un développement de pensées uniforme. C’est donc au fur et à mesure du temps que l’on trouve sa structure. Une fois les idées trouvées et dévoilées, il me faut les agencer, les relier et les positionner. Pas si simple de montrer l’évolution de sa pensée sur un bout de papier!

On essaye, on efface, on raye. Petit à petit, une structure se dessine, puis une autre. Les possibilités sont multiples. Je construis un parcours, je flèche mes idées mais surtout j’essaye de les raccorder. Le but étant que mon mémoire soit fluide, clair et limpide, qu’il se lise simplement et facilement. J’essaye de créer un mémoire où chacune de mes idées est claires et j’essaye de faire en sorte que l’ordre de leurs apparitions soit cohérent. L’une doit amener l’autre. Une première partie un peu générale, une deuxième partie bien centrée sur le film et une troisième partie plus originale, une sorte d’ouverture plus libre. Voilà donc la dernière version de ma structure, elle me semble judicieuse et justifiée. Mais cela est encore susceptible de bouger. A présent, j’essaye de rattacher toutes mes petites parties les unes entre les autres avec des transitions, en cours d’élaboration…

Coline Portet.

Serais-je une répliquante ?

Consigne : “Mes personnages & moi”

Réplicant : un androïde en tout point similaire à l’homme à ceci près qu’il ne ressent aucune émotion …

Les personnages principaux de Blade Runner de Riddley Scott sont tous des réplicants : Roy Batty, Pris, Zhor , Rachael et peut-être Deckard (la question reste en suspens même si le réalisateur s’est prononcé)… Malgré des scènes intenses avec chacun des personnages : la mort de Roy, les doutes de Rachael ; je ne m’identifie à aucun des personnages. Ils me parlent par la remise en question de leur identité, de leur existence. Aucun ne me rebute ou me fascine. Ils ne sont que des clés pour appréhender le sujet de l’histoire.

La mise en scène et le montage mettent le spectateur dans un état de contemplation. C’est ainsi que nous percevons les personnages : nous contemplons leur vie et leurs doutes. Le film n’en est pas moins fort, il n’utilise simplement pas l’attachement et l’identification au personnage, mais plutôt une esthétique particulière.

Julie T.

Cher poète,

Guru Dutt film-L'Assoifé

Consigne: Mon film, entre amour et haine.

Un jour d’octobre 2013, je vous découvre, Vijay le poète et toi Guru Dutt le réalisateur. Je vous mentirais en disant que je vous ai choisis. C’est l’envie de connaitre l’Inde et son cinéma qui m’ont amené à vous adopter. Je connaissais le cinéma populaire de Bollywood, cinéma que j’ai connu dans mon enfance et pendant mes vacances au Maroc. Ton cinéma est tout autre. Je t’ai découvert dans une société excessive et traditionaliste. Je me suis plongé dans « L’Assoiffé » en buvant chacune des scènes du film, où tu m’as laissé ta sensibilité exacerbée, ton envie de culture et de poésies incarnées. En grande admiration de ton travail et de ta sensibilité artistique. J’étais prêt. Nous passerons de longs mois ensemble à refaire le monde, où devrais-je dire à connaitre ton monde. Vijay et toi, vous ne faites qu’un, votre révolte face à un monde corrompu par l’argent, par l’injustice et le mépris des artistes m’ont touché. Le cinéaste et le poète que tu étais ont résonné en moi. Anne Barratin disait “Il n’y a pas de choix, il y a des rencontres.” c’est celle que nous avons faites.

Face à cette rencontre cinématographique le “MOI” en tant que chercheur est une réflexion mettant en lumière ce que le réalisateur a voulu laisser comme empreinte dans l’espace-temps. Mon regard de chercheur est un regard critique sur le film. Ma méthode, en premier lieu: connaître la vie de l’auteur. Puis, après avoir vu le film plusieurs fois, vient la phase de questionnement et d’interprétation. Enfin, je me suis penché sur le travail de l’auteur en tant que cinéaste, en me demandant qu’a-t-il voulu dire ? Pourquoi ce choix ? Cette mise en scène ou cette lumière ? En utilisant des outils d’analyse filmique (découpage séquentiel, analyse de séquence, étude des plans). C’est bien après ce travail de recherche que je me suis rendu compte qu’un certain lien se créait et l’affect pouvait prendre le dessus. C’est pour cela, qu’en tant que chercheur, je dois m’efforcer de garder une distance sur l’objet de ma recherche en gardant un esprit critique sur le fonctionnement du film.

Najib MABCHOUR