Archives par mot-clé : John Ford

Telle est la question

photo billet problématique
(cc) Camille Coquereau (23/11/2015)

 

Consigne : “Ma problématique, un casse-tête chinois.”

L’homme qui tua Liberty Valance regorge de thèmes à étudier. Après une année passée sur la Loi, c’est la haine de soi que j’étudie à présent. Celle-ci, que l’on peut voir surgir à travers le personnage éponyme, éclate également en Tom Doniphon, que je considère comme le héros du film. J’ai donc travaillé sur ce thème et un plan a émergé, assez rapidement. La problématique, quant à elle, reste introuvée. J’aimerais parler de cette haine que ressent Tom Doniphon et mettre en avant l’affrontement entre sa nature et sa culture. Sa culture, c’est celle d’un homme de l’Ouest, un cowboy. Cependant, suite à l’arrivée de Stoddard, venant de l’Est, cette culture est remise en question et Stoddard répand peu à peu la sienne. Ainsi, Doniphon, coincé face à une culture qu’il ne comprend et ne maîtrise pas, s’isole et fait exploser ses pulsions de haine envers lui-même.

Comment parvenir à formuler cela ? C’est actuellement ce sur quoi je travaille. Après avoir mis à plat les axes que je souhaite aborder dans mon mémoire, mon plan s’est formé. L’idée qui le guide est celle qui est expliquée ci-dessus. Néanmoins, impossible pour moi pour l’instant de la formuler en mots, en problématique. Je dois rencontrer mon directeur de mémoire bientôt. Suite à cela, j’espère avoir la confirmation que mon plan tient la route et, ainsi, pouvoir voir avec lui si l’idée que je souhaite problématiser est envisageable.

Camille Coquereau

“Who was Tom Doniphon ?”

doniphon 3
(cc) Camille Coquereau (23/10/2015)

Consigne : “Mes personnages & moi”

L’homme qui tua Liberty Valance, c’est Ransom Stoddard. Ou peut être Tom Doniphon, on ne sait pas très bien. Toujours est-il que Liberty Valance sera tué par l’un des deux. Entre Stoddard et Doniphon, je ne sais qui choisir, à l’image d’Hallie dont le cœur balance entre les deux. Le premier vient de l’Est et ne comprend pas que la violence puisse être la seule solution pour régler un conflit. Le second est un cowboy, persuadé qu’un homme doit être fort et pour qui le colt est synonyme de résolution de problèmes. Finalement, le héros, c’est lui.

Comment le cerner, le grand Doniphon ? Lors de sa première apparition, il est figuré par un cercueil. J’apprends alors, larme à l’œil, qu’il est mort. L’histoire qui va suivre est la sienne. Imposant par sa carrure de cowboy, main vissée au pistolet qu’il porte à la ceinture à tout instant, je le crains un peu, tout de même. La force est sa manière de répondre aux violences et il est considéré comme plus fort que l’homme le plus dangereux du pays. Paradoxalement, une forme d’admiration naît chez moi à son égard. Derrière cette force ce cache l’amour qu’il porte pour Hallie. Celle-ci lui préférant l’homme de l’Est, mon cœur se brise alors en même temps que le sien. Trop d’époques nous séparent, rendant l’identification impossible. Néanmoins, l’humanité de cet homme dur au cœur brisé m’atteint et le rend alors totalement fascinant.

Camille Coquereau