Archives par mot-clé : idées

Un plan mené à la baguette !

(cc) Maelys Gosset 17/12/2015
(cc) Maelys Gosset 17/12/2015

Consigne : « Mon mémoire, un montage narratif. »

Après une longue et fructueuse recherche autour du mythe présidentiel et de la place du Président dans l’imaginaire et dans la société américaine, l’étape de l’élaboration du plan a été cruciale. En effet, alors que j’avais en ma possession de nombreuses informations, l’heure était à la sélection et à l’organisation de mes arguments. Le plus dur étant pour moi de mettre de côté ma tendance à me disperser dans mes idées et à me laisser emporter par mon enthousiasme de livrer tout ce que j’avais pu découvrir !

Comme un puzzle, il m’a fallu agencer différentes pièces pour harmoniser ma réflexion afin que chaque partie et chaque argument viennent nourrir ma thématique et ainsi proposer un angle original et pertinent. Néanmoins, toutes les informations recueillies m’ont détachée de mon film. Ainsi, je me suis rendue compte que je me perdais peu à peu, et me laissais aller de digressions en digressions. Le nombre de caractères imparti m’a permis de recadrer mon travail, de me concentrer sur l’essentiel. Je me suis donc astreinte à rester focalisée sur le lien entre mes idées et le film. Le mot d’ordre était donc : discipline !

Maelys GOSSET

Esprit embué

hunger f3

En écrivant la dernière ligne de mon Travail Préparatoire à la Recherche l’année dernière, j’étais sure de moi : tous les points concernant ma problématique étaient traités. Mon plan était fixe, organisé de manière cohérente et répondait à la problématique. Cependant, au moment de me replonger pleinement sur mon travail dans le but d’écrire mon mémoire final, tout s’est embrouillé. Comment pourrais-je compléter mon analyse ? De quelle manière m’y prendre ? Devrais-je changer ma problématique et repartir à zéro ? Ou devrais-je ponctuer celle-ci de mes dernières recherches en organisant un tout nouveau plan ? Tant de questions qui m’ont plongé dans le flou, embuant et enfumant mon esprit de manière à me perdre dans une mare d’informations.

Avant de céder à la panique, j’ai tenté d’appréhender cette nouvelle étape de façon calme et raisonnée. Après une longue discussion avec mon directeur de mémoire, j’ai compris qu’il était possible d’apporter à mon TPR les informations nécessaires afin de le transformer en mémoire. Il suffisait alors de structurer ce dernier et de venir glisser les éléments nouveaux de manière à le rendre complet et intelligible. En commençant les recherches premières, le dessin d’un nouveau plan a commencé à se dessiner dans ma tête. Il permettait alors, selon moi, de mêler les éléments déjà présents dans ma rédaction aux nouveaux aspects qui finalement correspondent également à la ligne directrice de ma problématique. Maintenant, reste à creuser et rédiger…

E.Donès

De nouveaux horizons

Sigmund Freud
Sigmund Freud

Depuis septembre, la plus grande difficulté selon moi concernant le travail de mémoire a été de se replonger dans un travail qui était pour moi terminé. En effet, le Travail Préparatoire à la Recherche avait pour but de nous approprier le film qui sera l’objet de notre mémoire. Mais j’y ai passé tellement de temps et d’énergie que le rendu final était pour moi une fin en soi. Or, comme son nom l’indique, le TPR n’était que la préparation au mémoire, la base indispensable à poser avant de commencer le vrai travail de recherche qui nous attend maintenant. J’ai alors du mal à reprendre les idées que j’avais construites pour les déconstruire, les réordonner et reprendre un travail plus en profondeur.

Afin de pallier ce blocage, mon travail va obligatoirement passer par de nombreuses lectures. C’est je pense la seule manière de se détacher de l’analyse filmique déjà réalisée l’année dernière et de dégager de nouvelles pistes d’analyse, notamment au niveau psychanalytique, avec Sigmund Freud ou Philippe Jeammet par exemple. Mon mémoire portera sûrement sur le thème de la violence adolescente : des notions psychanalytiques et sociologiques me seront donc essentielles. Recouper ces nouvelles notions avec Deep End me permettra d’avancer de manière plus productive et de ne pas rester bloquée sur le premier travail effectué l’année dernière.

Tiphaine Robion