Archives par mot-clé : force

Million Dollar Maggie

(cc) Camille Nivat 26/10/15
(cc) Camille Nivat 26/10/15

Consigne : “Mes personnages & moi”

Maggie ? Frankie ? Sans oublier Scrap ? Après avoir passé autant de temps à leur côté, il devient difficile de ne privilégier qu’un personnage. A croire que tous, à leur façon, ils me touchent, ils me ressemblent, ils me fascinent. Mais quitte à n’en choisir qu’un, le héros qui m’est le plus cher n’est autre que Maggie. Ses interrogations personnelles sont bien plus proches de celles que j’ai eu à me poser par le passé ou de celles que j’aurai à me poser à l’avenir. J’ai énormément d’admiration pour sa détermination – à tel point que j’en ai fait le sujet de mon mémoire. Maggie sait clairement ce qu’elle veut et se donne les moyens d’atteindre ses objectifs, en balayant d’un revers de main les rejets, les brimades ou bien encore les remarques machistes. De plus, en parallèle de cette volonté à toute épreuve, Maggie reste quelqu’un d’extrêmement humain, sensible, spontané et, d’une certaine façon, fragile. Et c’est par ces aspects que l’identification est possible.

Million dollar Baby joue énormément sur la complémentarité entre force et fragilité. Cette complémentarité apparaît au travers de la relation entre Maggie et Frankie, qui peut se définir de deux manières distinctes. Tout d’abord, le rapport entre entraîneur et boxeur. Dès le début de leur entente sportive, Frankie met les choses au clair. Maggie ne doit pas se plaindre, ni même pleurer. Elle ne doit pas laisser paraître sa faiblesse, mais se démener à chaque instant. De plus, le choix de la boxe n’est pas anodin. En effet, il s’agit d’un sport qui se base sur une violence explicite, très visuelle. Par la suite apparaît le rapport entre père et fille. Frankie va donner une place toute particulière à Maggie – ceci va passer par des marques explicites d’affection et de tendresse. Mais aussi par le terme gaëlique, Mo Cuishle (Ma Chérie, Mon Sang). Maggie, malgré toute sa détermination, reste en manque de repère parental. Son père est décédé alors qu’elle était encore enfant. Sa mère, quant à elle, ne cesse de la critiquer, et désapprouve ouvertement l’amour de Maggie pour la boxe. Selon elle, Maggie devrait se trouver un mari et avoir des enfants. A mes yeux et au vu de cette remarque, cette complémentarité peut être poussée encore plus loin. Jusqu’à une complémentarité entre masculin et féminin…

Camille Nivat