Archives par mot-clé : finalisation

Clap de fin.

(cc) Camille Nivat 10/03/2016
(cc) Camille Nivat 10/03/2016

Il est amusant de repenser à la genèse de ce teaser. En moins de trois heures, nous avions déjà défini les grandes lignes du projet, sélectionner les éléments primordiaux et nous nous étions mises d’accord sur un premier jet de scénario. De toute évidence, le groupe fonctionnait bien, très bien même. Et ça s’est confirmé dans le reste du processus de création! Pendant que certaines reprenaient certains détails du scénario, d’autres s’attaquaient à l’organisation du tournage. Et toute cette préparation nous a permis de faciliter la captation filmique. Le jour J, les plans se sont enchaînés et ce, malgré les nouvelles idées qui nous obligeaient à improviser. La journée de prise de vue s’est terminée étrangement tôt par rapport à nos prévisions préalables. Nous avons alors pris véritablement conscience de l’importance de l’organisation anticipée d’un tel tournage.

Lors de l’écriture, nous doutions quelque peu – voir fortement –  de notre capacité à matérialiser chacune de nos idées. Nous craignions tout particulièrement l’étape de captation ; nous avions peur d’être déçu lors de la visualisation de nos rushs. Et pourtant, il n’en a rien été. Certes, l’image n’était pas parfaite, la lumière laissait parfois à désirer ; nous avons même remarqué quelques faux-raccords au sein du décor. Mais rien d’insurmontable! Le montage nous permettrait de retoucher, voir faire disparaître les petites imperfections de nos plans. C’est cette dernière étape du processus de création qui s’est révélée être non seulement la plus longue mais aussi la plus difficile. Nous n’ignorions pas l’importance du montage, mais nous n’avions peut-être pas assez appréhendé l’exigence de cette étape. Le teaser final devait faire sens et présenter le plus clairement possible l’émission “Copains comme lardons”. C’est ce à quoi nous aspirions et c’est justement – je pense – ce à quoi nous sommes parvenues !

Camille Nivat

Quelle avancée…

Consigne: « Mon travail de recherche, alors… heureux? »

En proposant mon Travail Préparatoire à la Recherche fraichement rédigé l’année dernière, j’étais sûre du travail que j’avais fourni. Selon moi, les idées étaient bien exposées et répondaient entièrement à la problématique posée. Alors, quand en septembre on m’a demandé de trouver les failles de ma rédaction et de cibler les nouvelles idées à développer ma réponse fut brève: « J’ai déjà tout dit ». 
Les intervenants m’ont alors aiguillé en me disant que j’allais forcément trouver des propositions nouvelles mais que cela demandait du temps et une certaine organisation. Totalement cloisonnée par les barrières imposées par le TPR, j’ai commencé à paniquer pensant que je ne trouverais jamais une manière de creuser le sujet.

Et bien non, je n’avais pas tout dit. En relisant attentivement l’ensemble de mon travail, de nombreuses parties me sont apparues comme obsolètes. La rédaction alors épurée, une nouvelle problématique s’est dessinée. Repartir sur une problématique ciblée et claire m’a permis d’avancer chronologiquement et de créer un cheminement rédactionnel qui fait sens. 
J’ai alors compris grâce à la rédaction de ce mémoire que l’organisation était le maître mot de tout travail de recherche. En partant d’une idée claire, les sous-parties et paragraphes s’enchainent de manière naturelle et le travail qui en découle est simplifié. J’ai alors découvert une nouvelle manière de travailler basée sur l’organisation qui me sera utile tout au long de mon parcours professionnel.

Emilie D.